Un cénotaphe littéraire pour les morts sans sépulture : Mathias Énard en thanatographe

In: Mathias Énard et l’érudition du roman
Author: Cornelia Ruhe

Purchase instant access (PDF download and unlimited online access):

$30.00

Résumé

Cet article est consacré au roman ZoneZone (2008) de Mathias Énard, un roman qui donne la parole à Francis, un vétéran de la guerre de Croatie devenu espion au service de la République française. Les listes de victimes, de bourreaux et de crimes de guerre que le narrateur ressasse en un flux monologique de 512 pages, rythment ce roman qui prend, avec sa structure paratactique, le caractère d’une liste, en référence à son intertexte central : l’auteur yougoslave Danilo KišKi , Danilo. Énard s’inscrit ainsi dans la tradition de la thanatographie, une écriture portant sur l’expérience de la mort violente. Tel son modèle, il a recours à une stratégie élaborée de l’abréviation et de l’énumération, déplaçant l’évocation de l’horreur du niveau manifeste du texte au niveau latent.

Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 76 76 16
Full Text Views 1 1 0
PDF Downloads 0 0 0