Une défense de la langue arabe dialev ctale dans un journal de l’Association des Oulémas algériens en 1936 : démontrer l’unicité de la langue arabe par la richesse de ses parlers

In: Arabica
View More View Less
  • 1 Inalco

Purchase instant access (PDF download and unlimited online access):

€29.95$34.95

Whereas the Algerian Ulama are usually perceived as an elite, giving value only to fuṣḥā Arabic and despising the local dialects, an article promoting the vernacular Arabic language (ʿāmmiyya) and enhancing its use was published in one of their newspapers in February 1936. This original argumentation leads us to question their link to the Arabic language, conceived as a comprehensive entity composed by a founding language and its various branches. In colonial context, the priority was in fact to preserve this language from foreign influences to struggle against acculturation.

Alors qu’il est communément admis que les Oulémas algériens, par élitisme, ne prêtaient de valeur qu’à l’arabe éloquent (fuṣḥā) et méprisaient les parlers locaux, un journal de l’Association des Oulémas Musulmans Algériens publia en février 1936 un article qui défendait l’usage et l’intérêt de la langue arabe dialectale (ʿāmmiyya). Cette argumentation originale nous permet d’interroger leur rapport à la langue arabe, conçue comme un tout cohérent composé d’une langue-mère aux différentes branches. En contexte colonial, la priorité était en fait de préserver cette langue des influences étrangères, pour lutter contre l’acculturation.

This article is in French.

  • 10

    Cf. Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, Presses Universitaires de France, 1979, ii [De l’insurrection de 1871 au déclenchement de la guerre de libération (1954)], p. 438-439.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • 23

    En 1928, c’était à propos de l’arabe littéral et de son inadéquation dans la société égyptienne moderne que Salāma Mūsā utilisait le terme de riṭāna. Cf. Mūsā, al-Yawm wa-l-ġad, p. 74.

  • 57

    Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, ii, p. 534.

  • 67

    Charles Wendell, The Evolution of the Egyptian National Image, from its Origine to Aḥmad Luṭfī al-Sayyid, Berkeley, University of California Press, 1972, p. 280 ; cité dans Suleiman, Arabic Language, p. 173.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • 77

    Leonhardt, La grande histoire du latin, p. 88.

  • 79

    Leonhardt, La grande histoire du latin, p. 48.

  • 88

    Gruzinski, La pensée métisse, p. 315.

  • 98

    Fin 1931, vingt écoles libres dépendaient de l’Association des Oulémas, soixante-dix écoles en 1935, quatre-vingt-dix en 1947. John Damis, « The Free-School Phenomenon, the cases of Tunisia and Algeria », International Journal of Middle East Studies, 5 (1974), p. 434-449 et Kateb, École, population et société, p. 44, d’après un document sur le problème scolaire indigène dans le fonds d’archives d’Aix-en-Provence, Centre des Archives Nationales d’Outre-Mer, FR ANOM 3CAB93.

  • 101

    Cor 55, 3-4 ; trad. Masson, p. 663.

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 384 208 31
Full Text Views 232 9 0
PDF Views & Downloads 19 8 0