Save

Systèmes ou pensée ? L’histoire de la philosophie en question au Collège de France (1951)

Systems or thought? Challenging the history of philosophy at the Collège de France in 1951

Systeme oder denken? Herausforderungen der geschichte der philosophie am Collège de France (1951)

系统亦或思考?法兰西学院的哲学史疑义

In: Revue de Synthèse
Author: Giuseppe Bianco
View More View Less
Full Access

Résumé

Cet article cherche à éclairer l’élection de Martial Gueroult (1891-1976) à la chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques en 1951, et, indirectement, le succès de son approche « structurale » de l’histoire de la philosophie. Ceux qui occupaient des rôles clés dans la gestion de l’économie disciplinaire des sciences humaines ne devaient pas contredire dans leur travaux les axiomes qui avaient réglé la pratique de l’histoire de la philosophie depuis le début du XIXe siècle tout en faisant montre d’innovation dans ce champ. Dans un premier temps nous résumons la méthode historiographique proposée par Gueroult ; un deuxième temps l’inscrit dans une tradition d’historiographie de la philosophie ; le troisième temps situe sommairement la pratique de l’histoire de la philosophie au Collège de France et à la Sorbonne ; dans de quatrième et cinquième temps nous décrivons les rapporteurs et les candidats lors de l’élection au Collège de France, et les pièces pertinentes ; enfin nous considérons les stratégies adoptées pendant la campagne qui ont pu déterminer le résultat de l’élection.

Résumé

Cet article cherche à éclairer l’élection de Martial Gueroult (1891-1976) à la chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques en 1951, et, indirectement, le succès de son approche « structurale » de l’histoire de la philosophie. Ceux qui occupaient des rôles clés dans la gestion de l’économie disciplinaire des sciences humaines ne devaient pas contredire dans leur travaux les axiomes qui avaient réglé la pratique de l’histoire de la philosophie depuis le début du XIXe siècle tout en faisant montre d’innovation dans ce champ. Dans un premier temps nous résumons la méthode historiographique proposée par Gueroult ; un deuxième temps l’inscrit dans une tradition d’historiographie de la philosophie ; le troisième temps situe sommairement la pratique de l’histoire de la philosophie au Collège de France et à la Sorbonne ; dans de quatrième et cinquième temps nous décrivons les rapporteurs et les candidats lors de l’élection au Collège de France, et les pièces pertinentes ; enfin nous considérons les stratégies adoptées pendant la campagne qui ont pu déterminer le résultat de l’élection.

Sintesi

Che cosa ha fatto sì che Martial Gueroult (1891-1976) divenisse uno dei più acclamati storici francesi della filosofia? Come riuscì a imporre, tanto in Francia quanto in paesi molto lontani, come il Brasile, il suo metodo sincronico di “analisi strutturale” delle “architetture filosofiche”, riuscendo così a opporsi ai metodi diacronici, squalificandoli come degli approcci non-filosofici ai testi della filosofia? Fino alla fine degli anni Quaranta, Gueroult era passato inosservato. A differenza di alcuni suoi colleghi, non si era mai occupato di attualità politica o culturale, limitandosi a pubblicare i suoi studi eruditi di storia della filosofia in riviste e in collane specializzate. Durante gli anni Cinquanta, dopo essere stato eletto professore al Collège de France, sulla cattedra intitolata “Storia e tecnologia dei sistemi filosofici” e ancor più, dopo la pubblicazione, nel 1953, di un imponente studio su Cartesio (Descartes selon l’ordre des raisons), Gueroult divenne improvvisamente una guida e un modello per diverse generazioni di studiosi di filosofia. Oggi, l’epoca in cui Gueroult rappresentava la figura tutelare della storia della filosofia concepita come “scienza rigorosa” sembra essere definitivamente alle nostre spalle. Il suo metodo ha tuttavia aperto la strada all’approccio “analitico” alla storia della filosofia, che tenta di isolare le argomentazioni logiche presenti nei testi.

Quest’articolo ricostruisce l’elezione di Gueroult al Collège de France, tenta di spiegare le ragioni della sua vittoria contro gli altri candidati fornendo alcuni elementi utili al fine di spiegare il successo del suo metodo storiografico. Durante il marzo 1951, la candidatura di Gueroult si era opposta a quelle di altri due storici della filosofia affermati, ovverossia Alexandre Koyré (1892-1964) e Henri Gouhier (1898-1994). Il famoso storico Etienne Gilson (1884-1978), il quale aveva occupato fino al 1950 una cattedra di Filosofia Medioevale al Collège, era strettamente legato a questi due candidati, i quali erano stati suoi allievi e colleghi all’Ecole Pratique d’Hautes Etudes durante gli anni Venti e Trenta; Gilson aveva inoltre partecipato a diverse elezioni al Collège, tentando di far eleggere i candidati che proponevano un programma di ricerca innovativo e interdisciplinare. Ci si potrebbe dunque chiedere perché i membri del Collège – un’istituzione destinata a promuovere “la scienza in divenire” – avessero accolto la candidatura di Gueroult e non quella di un candidato che era al contempo innovatore e affermato, ovverossia Koyré.

Al fine di comprendere il successo di Gueroult, quest’articolo tenta innanzitutto di mettere in luce alcuni fattori macro-strutturali, spesso trascurati dalla storiografia della storia della filosofia e il loro impatto sulle strategie degli agenti. Tutti gli accademici, e ancor più coloro che occupavano i ruoli chiave nella gestione dell’economia disciplinare delle scienze umane, dovevano confrontarsi con gli assiomi impliciti che avevano regolato la pratica della storia della filosofia da più di un secolo. Di conseguenza, al Collège, una parte consistente dei membri dell’assemblea, tentò di promuovere un candidato, Gueroult, il quale, pur inscrivendosi in una lunga tradizione, dava l’impressione di innovare.

Al fine di comprendere nei dettagli questo risultato, il saggio prende in considerazione la maniera in cui l’inerzia strutturale delle istituzioni aveva pesato sugli attori. I professori del Collège de France erano legati, da un lato, a colleghi operanti nelle istituzioni di educazione superiore (Università di Strasburgo, Sorbona, École pratique des hautes études); d’altro lato, a causa della strutturazione dell’insegnamento della filosofia in Francia, i professori universitari interagivano con i professori che insegnavano nell’istruzione secondaria. Il saggio tenta inoltre di comprendere la posizione di tutti questi attori in seno al campo religioso e al campo del potere, i quali interagiscono con il campo intellettuale. La relazione presentata da Jean Pommier (1893-1976), durante l’assemblea dell’11 marzo 1951, al fine di promuovere la creazione di una cattedra di “Storia e Tecnologia dei Sistemi Filosofici”, tanto quanto il discorso tenuto del suo candidato prediletto, sono il risultato di una lunga storia e la sintesi di trent’anni di battaglie e collaborazioni tra diversi attori implicati nel rinnovo delle differenti cattedre.

Per comprendere le circostanze dell’elezione di Gueroult, questo saggio procede seguendo sei momenti. Il primo momento riassume il metodo storiografico proposto da Gueroult e mostra come esso dipendesse dai suoi studi sull’idealismo tedesco degli anni Venti. Il secondo momento iscrive Gueroult in una tradizione storiografica che promuoveva una lettura interna dei testi. Il terzo momento si concentra sull’insegnamento della filosofia in Francia, situando la pratica della storia della filosofia nelle cattedre del Collège de France e delle università. Il quarto e il quinto momento sono dedicati alla descrizione degli attributi dei candidati (Gueroult, Gouhier e Koyré) e dei loro sponsor (Pommier, Baruzi, Braudel, Broglie e Perrin). L’ultimo momento prende in considerazione le strategie argomentative adottate dai relatori, prima e durante gli incontri.

Rechercher comment chaque doctrine se constitue à travers et au moyen des intrications de ses structures architectoniques et de sa technique probatoire, quels problèmes elle doit de ce chef affronter, tel est l’objet d’une technologie des systèmes. Par elle sera précisé et approfondi le sens authentique de chaque doctrine. Méthode positive, suggérée par l’expérience et la pratique, elle ne peut se juger qu’à l’épreuve des résultats. Elle ne procède pas de vues systématiques. En revanche, elle est capable d’en inspirer, car elle place sur un plan solide le problème de l’essence et de la vérité des philosophies. Elle nous invite à rechercher ce qui, malgré les diversités de leurs techniques et de leurs formes, les fonde et les rend possibles comme objets universels et permanents d’une réflexion indéfinie.

C’est ce problème que nous approfondirons1.

Ces mots, que Martial Gueroult (1891-1976) prononçait le 4 décembre 1951, au terme de la leçon inaugurale de la chaire d’Histoire et technologie des monuments philosophiques, constituaient un véritable manifeste pour une historiographie de la philosophie qui se voulait rigoureuse. Trouver un objet et une méthode pour la pratique de l’histoire de la philosophie était alors essentiel, étant donnée la menace que les sociologues marxistes et les historiens des Annales représentaient aux yeux des philosophes. La chaire de Gueroult avait été créée en mars 1951, grâce aux crédits libérés par la chaire d’Histoire de la philosophie du Moyen Âge, occupée par Étienne Gilson (1884-1978) jusqu’en 19502.

Austère et réservé, Gueroult était, jusqu’alors, passé presque inaperçu. À la différence de certains de ses collègues, il n’avait jamais écrit sur l’actualité politique ou culturelle, se limitant à publier ses études érudites d’histoire de la philosophie dans des revues et collections spécialisées. Au cours des années 1950, et encore plus après la publication de Descartes selon l’ordre des raisons (1953), il devint soudainement, pour plusieurs générations d’agrégés de philosophie, un véritable « emblème totémique3 ». Des historiens de la philosophie comme Ginette Dreyfuss (1912-1985), Geneviève Rodis-Lewis (1918-2004), Louis Guillermit (1919-1982), Victor Goldschmidt (1914-1981) ou Gérard Lebrun (1930-1999) ont traité ses livres comme des textes sacrés. Les deux derniers, missionnaires du maître, les ont exportés au Brésil, où la plupart des historiens de la philosophie ont adopté sa méthode comme étant la seule légitime. Gueroult a inspiré Louis Althusser (1918-1990), Jules Vuillemin (1920-2001) professeur de Philosophie de la connaissance au Collège de 1962 à 1990, Gilles-Gaston Granger (1920-2016), candidat de 2e ligne lors de l’élection de Vuillemin au Collège, Gilles Deleuze (1925-1995), Michel Foucault (1926-1984), Jacques Derrida (1930-2004) et Pierre Bourdieu (1930-2002), professeur de Sociologie a u Collège de France de 1981 à 2001.

Ces figures ont transmis les textes de Gueroult à la génération suivante au cours des années 1960, c’est-à-dire à Pierre Macherey, Étienne Balibar, Alain Badiou, Alain Grosrichard, Jean-Claude Milner, Michel Tort, François Regnault ou Jacques Bouveresse, professeur de Philosophie du langage et de la connaissance au Collège de France de 1995 à 2010. Ils fréquentaient tous les séminaires de Louis Althusser, de Jacques Lacan (1901-1981) ainsi que celui de Georges Canguilhem (1904-1995). Aujourd’hui, l’époque où Gueroult a été la figure tutélaire de l’histoire de la philosophie conçue comme « science rigoureuse » est derrière nous. Cependant, sa méthode a ouvert la voie à l’approche « analytique », selon laquelle les textes philosophiques sont étudiés à partir de leurs « arguments » logiques. Cette approche a été développée grâce aux travaux de Vuillemin, et ceux de Jacques Bouveresse.

Cet article cherche à éclairer les circonstances de l’élection de Gueroult et, indirectement, du succès de son approche « structurale » ou « architectonique » des textes philosophiques. Nous verrons que ceux qui occupaient des rôles clés dans la gestion de l’économie disciplinaire des sciences humaines ne devaient pas contredire dans leurs travaux les axiomes qui avaient réglé la pratique de l’histoire de la philosophie depuis le début du XIXe siècle – tout en donnant néanmoins l’impression d’innover dans leur champ. La question se pose de savoir comment le Collège de France, une institution destinée à héberger « la science en voie de se faire » plutôt que la « science faite », pour reprendre les mots d’Ernest Renan4 (1823-1892), a accueilli les travaux de Gueroult. Les professeurs du Collège de France sont liés et interagissent d’une part, avec les acteurs des institutions d’enseignement supérieur (que ce soit à l’université de Strasbourg, à la Sorbonne ou à l’École pratique des hautes études) et, d’autre part, avec ceux de l’enseignement secondaire, notamment les classes de terminale et les khâgnes. À ce cadre général, s’ajoute le positionnement des acteurs au sein du champ religieux et du pouvoir. Le rapport présenté à l’assemblée du 11 mars 1951 pour la création d’une chaire d’Histoire et de technologie des systèmes philosophiques, et l’aptitude de son candidat Martial Gueroult à l’occuper, conservé aux Archives du Collège de France, cristallise une histoire institutionnelle de longue durée et fournit une synthèse de trente ans de batailles et de collaborations entre différents acteurs des renouvellements de chaire au Collège de France, dont nous ne pouvons donner ici que quelques éléments.

Afin de comprendre les circonstances de l’élection de Gueroult, qui touche nécessairement aux autres élections en philosophie, traitées dans l’article d’Alain de Libera dans ce dossier, cet essai se structure en six moments. Le premier résume la méthode historiographique proposée par Gueroult en 1951 ; le deuxième l’inscrit dans une tradition d’historiographie de la philosophie ; le troisième situe sommairement la pratique de l’histoire de la philosophie dans l’enseignement des chaires du Collège de France et des Facultés de Lettres, entre 1830 et 1950 ; les quatrième et cinquième moments sont consacrés à la description des attributs des rapporteurs et des candidats, des présentations, des projets de chaires et des lettres échangées par les candidats, les rapporteurs et l’administrateur. Le dernier moment considère, enfin, les stratégies adoptées par les professeurs avant et pendant les assemblées, dans le but d’expliquer les facteurs ayant déterminé les nominations.

Monuments

La méthode exposée par Gueroult dans sa leçon inaugurale est le résultat de plus de trente ans de travail. Elle fut mise au point dans ses deux thèses sur l’idéalisme allemand, vraisemblablement terminées en 1922, mais soutenues en 1930 : la principale, L’Évolution et la structure de la doctrine de la science chez Fichte (1929), dirigée par Léon Brunschvicg (1864-1944), et la secondaire, La Philosophie transcendantale de Salomon Maïmon (1930), dirigée par Léon Robin (1866-1947). Dans la première, les différentes étapes de la rédaction de la Doctrine de la science étaient présentées comme autant de « moments successifs de l’autogenèse du système5 ». Puisqu’une logique oriente l’élaboration de la doctrine, l’historien est censé ne retenir que celle-ci, et ne pas s’intéresser aux déterminants psychologiques ou sociologiques, à savoir au « contexte ». Celui-ci ne doit être considéré que comme l’ensemble des obstacles qui conditionnent la « mise en œuvre » du système « à travers maintes hésitations et maints retards6 ». C’est parce que « les systèmes se révèlent comme étant chacun absolument par soi, autosuffisants » qu’ils doivent alors être conçus comme « indépendants de l’acte de la pensée subjective qui les appréhende ou les met au jour7 ». Cette défense de l’indépendance de la logique est comparable à celle que Jean Cavaillès (1903-1944) avait mise en œuvre dans l’étude du développement des mathématiques. Ses conséquences étaient extrêmes, car elle impliquait notamment qu’il aurait fallu expliquer « la transformation d’un personnage de Fichte » à partir de « la transformation de la doctrine8 ».

Pour reprendre une formule rendue célèbre par Victor Goldschmidt9, Gueroult oppose à une lecture des textes suivant le temps « historique » de leur composition, une lecture qui suit le temps « logique » des démonstrations. Celles-ci constituent des résolutions de problèmes structurés par les concepts. Combinés entre eux, les concepts composent un monument capable de résister à l’érosion du temps historique. Sans que celui-ci ne soit jamais cité, le terme « monument » est probablement emprunté à Étienne Souriau (1892-1979), professeur d’esthétique à la Sorbonne pendant les années 194010. Dans L’Instauration philosophique (1939), Souriau avait traité la philosophie comme une opération d’instauration ou de construction de « monuments11 ». Le reste du vocabulaire méthodologique de Gueroult vient de Kant et des postkantiens. C’est le cas des notions de problème (Aufgabe), concept (Begriffe12), démonstration (Demonstration), architecture (Architektur) et système (System13), héritées de Kant, qui les avait reprises de la Schulphilosophie wolfienne. Le terme « technique » joue également un rôle important chez Kant : dans la première Critique, et plus précisément dans la « Méthodologie transcendantale » (A834/B862), l’unité du schéma est définie comme « technique », lorsque le schéma s’accorde simplement à l’empirie, tandis que le schéma a une unité « architectonique » lorsqu’il dépend directement de l’idée. La science (Wissenschaft), écrivait Kant, « ne peut se former techniquement, en raison de l’analogie des éléments divers ou de l’application accidentelle de la connaissance in concreto à toutes sortes de fins extérieures et arbitraires, mais architectoniquement, en vertu de l’affinité des parties et de leur dépendance d’une unique fin suprême interne, qui rend d’abord possible le tout ».

Depuis les années 1930, les termes « technique » et « technologie14 » sont de plus en plus présents dans les discours sur le rapport entre science et formations sociales. En 1933, l’Institut d’histoire des sciences, fondé deux ans auparavant par l’agrégé de philosophie Abel Rey (1873-1940), avait pris le nom d’Institut d’histoire des sciences et des techniques15. Avec son élève, Gaston Bachelard (1884-1962), Rey, proche d’Henri Berr (1863-1954), dirigeait une série intitulée « Exposés d’histoire et philosophie des sciences » dans le cadre de la collection « Actualités scientifiques et industrielles » des éditions Hermann. En 1937, il avait participé à l’édition du premier tome de l’Encyclopédie française, consacré à la notion d’« outillage mental ». Dans le domaine de l’histoire, les historiens Lucien Febvre (1878-1956) et Marc Bloch (1886-1944), également proches de Berr, furent les promoteurs d’une nouvelle discipline, l’« Histoire des techniques », en préparant un numéro des Annales d’histoire économique et sociale consacré aux « Réflexions sur l’histoire des techniques » dès 193516. Durant la même période Pierre-Maxime Schuhl (1902-1984) et Georges Friedmann (1902-1977) se consacrent eux aussi au problème de la technique dans des ouvrages sur le machinisme et la philosophie17. En 1948, le Journal de psychologie publie des communications issues d’un colloque sur le travail et les techniques18, qui s’était tenu en 1941, parmi lesquelles se trouve les avancées de Marcel Mauss (1872-1950) sur la notion de « techniques du corps19 ». Il convient également de rappeler, dans ce survol de l’émergence de la technique comme problème philosophique et problème pour les sciences humaines, les travaux sur les techniques du professeur de Préhistoire au Collège de France de 1969 à 1982, André Leroi-Gourhan20 (1911-1986).

En définissant la philosophie comme une série de monuments, Gueroult formule également pour la première fois sa « philosophie de l’histoire de la philosophie », qui devait s’incarner dans un livre posthume, la Dianoétique21. Dès sa leçon inaugurale, puis dans ses essais ultérieurs, Gueroult distingue nettement son approche de celle de ses prédécesseurs au Collège de France et à la Sorbonne, Henri Bergson (1858-1941), Louis Lavelle (1883-1951), et Étienne Gilson, et des historiens de la philosophie tels Victor Cousin (1792-1967), Charles Renouvier (1815-1903), Émile Boutroux (1845-1921), Octave Hamelin (1856-1907), Victor Delbos (1862-1916), Émile Bréhier (1876-1952), Henri Gouhier (1898-1994) et Étienne Souriau.

Deux histoires

Malgré ces efforts, et bien que Gueroult ne l’ait lui-même jamais affirmé, la méthode « structurale » appartient à une certaine orientation de l’historiographie de la philosophie. Au début du XIXe siècle, Victor Cousin avait introduit en France l’histoire de la philosophie, genre littéraire né en Allemagne un demi-siècle auparavant, et l’avait intégré à son enseignement de la philosophie dans le secondaire et dans le supérieur. L’histoire de la philosophie, censée fournir une béquille à la philosophie spiritualiste, s’opposait aux histoires de la pensée et de la culture proposées par Condorcet (1743-1794) et, après lui, par Saint-Simon (1760-1846) et Auguste Comte (1798-1857). Dans l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (1795), Condorcet inscrivait la temporalité de la pensée humaine dans le cadre de l’étude de l’évolution des sciences et de la société. Après la Révolution, Joseph-Marie de Gérando (1772-1942) avait refusé cette vision dynamique dans Histoire comparée des systèmes philosophiques (1804), et l’avait remplacée par un comparatisme statique servant à expliquer les systèmes philosophiques à partir des questions éternelles auxquelles ceux-ci auraient cherché à répondre. Cousin adapta cette approche, tout en la combinant avec des éléments de la philosophie hégélienne, car, selon lui, un excès d’histoire ne pouvait que condamner la philosophie au scepticisme.

Un demi-siècle plus tard, les philosophes de la Troisième République avaient fait de l’éclectisme spiritualiste cousinien un repoussoir absolu dans leur entreprise de réforme de la philosophie. En s’inspirant des approches philologiques promues en Allemagne, notamment par Eduard Zeller (1814-1908), Émile Boutroux réfutait autant les classifications statiques que le recours à la téléologie, et séparait nettement l’ordre chronologique des faits de l’ordre logique des concepts. Chaque doctrine philosophique était conçue comme le résultat contingent d’une création, que l’historien de la philosophie était supposé prendre en considération objectivement, selon la cohérence interne du résultat conceptuel. Au sein du cadre général mis en place par Boutroux, plusieurs positions comprises entre deux extrêmes étaient néanmoins possibles.

D’une part, une orientation, héritée du positivisme, affirme que les « systèmes » sont incompréhensibles pour autant qu’ils ne sont pas inscrits dans le cadre plus général de l’histoire des sciences et des techniques, des arts et de la culture, à savoir, dans ce qui s’est plus tard appelé les « mentalités ». Cette position était inspirée de la Volkerpsychologie allemande et elle avait été défendue par un proche d’Émile Durkheim (1858-1917), Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939), qui avait enseigné l’histoire de la philosophie à la Sorbonne, avant de s’affirmer comme ethnologue. À l’autre extrémité, d’autre part, des philosophes se sont consacrés à l’examen des doctrines dans leur cohérence interne, indépendamment de leur contexte d’émergence. Octave Hamelin, ancien collaborateur du néo-kantien Charles Renouvier (1815-1903)22, professeur à l’université de Bordeaux, à l’École normale et, enfin, à la Sorbonne, appartenait à ce deuxième groupe. La profonde diversité des positions de Lévy-Bruhl et de Hamelin, nés à un an de distance l’un de l’autre et élèves de Boutroux, est manifeste dans leurs cours respectifs sur Descartes. Si le premier inscrivait Descartes dans les débats scolastiques23 et dans l’état de la science et de la culture du XVIIe siècle, le deuxième affirmait dès la première leçon que « l’ordre systématique des doctrines ou l’ordre organique de leur développement […] est plus vrai que l’ordre chronologique24 ».

Ces deux orientations ont fait des héritiers au cours du XXe siècle. Un premier groupe a progressivement établi des collaborations avec des savants de la cinquième section de l’École pratique des hautes études, avec des membres des Annales et de l’Année sociologique, du Centre international de synthèse d’Henri Berr, ainsi que de l’Institut pour l’histoire et la philosophie des sciences d’Abel Rey. Les historiens de la philosophie du deuxième groupe occupaient des postes dans l’enseignement secondaire, dans les Facultés des Lettres et à l’École normale, où il fallait à tout prix défendre la philosophie comme discipline sui generis.

Plusieurs controverses ont séparé ces groupes. À titre d’exemple, on peut évoquer celle qui est née au cours de la discussion qui avait suivi un exposé de Léon Robin (1866-1947), présenté à la Société française de philosophie le 25 avril 1935. Cet élève de Hamelin, professeur d’histoire de la philosophie antique à la Sorbonne, avait soutenu dans La Pensée grecque et l’origine de la pensée scientifique (1926) que les systèmes philosophiques de l’antiquité devaient être saisis dans leur cohérence logique, indépendamment de la relation qu’ils auraient pu entretenir avec la science de leur époque. Quelques années plus tard, Abel Rey avait rétorqué que, bien au contraire, ceux-ci étaient incompréhensibles s’ils étaient séparés du contexte scientifique, technique et social25.

À la fin des années 1930, Robin avait été le premier à prendre connaissance du livre qui a hanté Gueroult pendant toute sa vie, la Dianoématique26. À travers une « défense de l’histoire de la philosophie », cet ouvrage visait à formuler une « défense de la métaphysique » en tant que discipline « autonome27 ». D’après Gueroult, l’histoire de la philosophie révèle « un contenu propre qui fait que chaque doctrine, indépendamment de sa signification historique ou psychologique, recèle une matière éternellement instructive du point de vue philosophique28 ». Gueroult luttait contre le « nouveau positivisme », qui abordait l’histoire de la philosophie suivant une logique « paléontologique », et réduisait les systèmes à des « fossiles, morts à jamais29 ».

Cette expression, « nouveau positivisme », fait allusion aux auteurs proches de Lévy-Bruhl et la notion de « structure » trahit une intention polémique. Dans Les Fonctions mentales dans les sociétés inférieures (1910), Lévy-Bruhl avait parlé d’une « structure mentale » sous-tendant chaque civilisation. Quinze ans plus tard, Émile Bréhier soulignait l’importance de cette notion dans l’introduction de son Histoire de la philosophie30, pour comprendre le cadre plus ample dans lequel était née la philosophie en Grèce. En 1940, faisant de nouveau allusion à Lévy-Bruhl, Bréhier faisait dépendre la philosophie d’une « certaine structure mentale31 », avant d’affirmer, en 1949, que les « découvertes de Lévy-Bruhl [en ethnologie] [avait] une portée beaucoup plus générale en philosophie », car en philosophie, « la préoccupation de la structure domine décidément celle de la genèse, dont la recherche cause tant de déceptions, et l’originalité de Lévy-Bruhl » avait été « d’avoir découvert, dans la mentalité primitive, une structure irréductible32 ».

Alors que les « nouveaux positivistes » pensaient qu’il fallait retrouver dans la philosophie la structure mentale propre à une société à tel moment donné, pour les « systématiques », la structure logique d’un système devait être analysée indépendamment du contexte. Gueroult a qualifié ces deux manières de faire l’histoire de la philosophie d’« horizontale » et de « verticale ». Cette dernière, la « verticale », pratiquée par les philosophes, considère « les doctrines en elles-mêmes, pour elles-mêmes33 ». L’horizontale, pratiquée par les historiens « des idées » et « de la culture34 », envisage « la succession des doctrines, le mouvement des idées à travers le temps, le passage de l’une à l’autre, la transformation des thèmes et des problèmes », mais, ce faisant, en exagérant l’« histoire », elle risque de générer « scepticisme et découragement35 ».

Chaires

Avant les années 1870 et le développement de ces deux orientations historiographiques, le Collège de France a comporté, dans le champ de la philosophie, trois lignées de chaires de Philosophie grecque et latine, la première créée en 1542 et occupée jusqu’en 1769, la deuxième, créée en 1547 et occupée jusqu’en 177336. Ces lignées se sont arrêtées lorsque, dans le premier cas, la chaire a été transformée en Physique mathématique, dans le deuxième, en Littérature française. Le destin de la troisième lignée de chaire de Philosophie grecque et latine, elle-même issue de la transformation en 1814 de la chaire de Langues et philosophie grecques, est le plus connu, car Bergson en a été le dernier titulaire. La chaire est devenue une chaire d’Histoire et antiquités nationales en 1905, après le transfert de Bergson à la chaire de Philosophie moderne37. Alors que pendant les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles le mot « philosophie » désignait des pratiques de production de savoir hétérogènes, sans qu’il soit possible de la distinguer de ce que nous appelons aujourd’hui « science », sa signification se fixa seulement dans les décennies suivant la réorganisation napoléonienne de l’université38. Jusqu’en 1870, il n’y avait à la Sorbonne que trois chaires de philosophie : celle de Philosophie dogmatique, celle de Philosophie antique et celle de Philosophie moderne.

Ces chaires appartenaient à la faculté des Lettres, où l’on enseignait aussi la poésie et l’éloquence françaises et latines, l’histoire ancienne et moderne, la géographie et la littérature grecque. Alors que dans les universités allemandes, les disciplines étaient organisées de manière holiste, en France, les « lettres » ont été séparées des sciences naturelles par les réformateurs, à la suite des tensions postrévolutionnaires. Ce choix politique a déclenché un conflit entre les différents producteurs de connaissance. Comte s’était formé à l’École polytechnique, qui abritait des républicains et des saint-simonistes. Le mouvement positiviste qu’il avait inauguré proposait ainsi une idée évolutive de la raison, et affirmait la caducité de la religion et de la métaphysique. Ce faisant, il constituait une menace pour la politique épistémologique du « juste milieu » défendue par Victor Cousin et ses élèves à la Sorbonne.

À partir de 1830, et pendant plus d’un siècle, les héritiers de Cousin et du spiritualisme ont occupé de manière interrompue la chaire de Philosophie grecque et latine du Collège de France, ainsi que la chaire de d’Histoire de la philosophie moderne ou Philosophie moderne, créée en 1874 pour Jean-Félix Nourisson (1825-1899), juriste et agrégé de philosophie39. La chaire a été occupée par le juriste Gabriel Tarde (1843-1904) entre 1900 et 1904, par Henri Bergson entre 1904 et 1921. Renommée chaire de Philosophie en 1921, elle a été occupée par le mathématicien catholique Édouard Le Roy (1870-1954) jusqu’en 1940, puis, à partir de 1941 par Louis Lavelle, avant que le phénoménologue Maurice Merleau-Ponty (1908-1961), qui en a été le dernier titulaire, n’y soit nommé, et qu’elle ne soit remplacée par la chaire de Philosophie de la connaissance, occupée par Vuillemin entre 1962 et 1990, puis renommée chaire de Philosophie du langage et de la connaissance, et occupée par Bouveresse entre 1990 et 2010, comme on l’a vu ci-dessus. Si l’on exclut Jules Barthélemy-Saint-Hilaire (1805-1895), professeurs de Philosophie grecque et latine (1838-1852), Tarde et Le Roy, à partir des années 1830, les titulaires des chaires de philosophie étaient tous des agrégés.

Au cours de la Troisième République et ailleurs qu’au Collège de France, les agrégés ont promu de nouvelles manières d’aborder l’histoire de la philosophie. Les facteurs déterminants de ce changement sont multiples : la loi relative à la liberté de l’enseignement supérieur (1875), la laïcisation, la rivalité avec le système académique allemand, la traduction de textes étrangers, la création de chaires, de revues et collections de livres, de congrès et de sociétés savantes. Cela a rendu possible l’émergence d’un « champ philosophique40 » et celle de nouvelles disciplines comme la psychologie, la sociologie et l’ethnologie au Collège de France et dans les sections de l’École pratique des hautes études qui fut, pour plusieurs d’entre eux, l’antichambre du Collège de France : cela fut le cas, par exemple, d’Alfred Loisy, de Lucien Febvre, de Marcel Mauss, d’Étienne Gilson, de Louis Massignon, de Georges Dumézil41. On ne peut mentionner ici que quelques aspects de cette émergence.

Les agrégés de philosophie n’étaient pas formés aux sciences naturelles et formelles. Seul Louis Couturat (1868-1914) s’était plié à une formation parallèle, à l’École pratique des hautes études. C’est seulement en 1909 que fut créée, à la Sorbonne, la première chaire de Philosophie dans ses rapports avec les sciences exactes, occupée par Gaston Milhaud (1858-1918), agrégé de philosophie, et reprise en 1920 par un autre agrégé de philosophie, Abel Rey. Au Collège de France, entre 1892 et 1897, le polytechnicien Paul Tannery (1843-1904) avait enseigné l’Histoire des sciences et des techniques, comme suppléant de Charles Lévêque (1918-1900), agrégé de philosophie et spiritualiste, qui occupait la chaire de Philosophie grecque et latine. C’est seulement en 1920 que Pierre Boutroux (1880-1922), agrégé de mathématiques, enseigna au cours des deux dernières années de sa courte vie, à la chaire d’Histoire des sciences au Collège de France, qui fut ensuite supprimée42.

En marge des chaires à l’École pratique, des diplômés de l’École pratique tenaient des séminaires libres. Les littéraires dépourvus du titre de l’agrégation auraient très difficilement pu accéder à des postes universitaires dans les facultés de Lettres. C’est le cas de Louis Massignon (1883-1962), d’Alexandre Koyré, remplaçant d’Étienne Gilson, et ensuite nommé à la chaire d’Histoire des idées religieuses dans l’Europe moderne, d’Henry Corbin (1903-1978), suppléant de Koyré entre 1937 et 1939 et recruté à la chaire d’Islamisme et religions de l’Arabie en 1954, et d’Alexandre Kojève (1902-1968), suppléant de Koyré entre 1932 et 1937. Au cours de conférences tenues à l’École pratique, d’autres philosophes, formés en Allemagne, comme Alfred Stern (1899-1980), Bernhard Grœthuysen (1880-1946) ou Georges Gurvitch (1894-1965) eurent aussi l’opportunité d’introduire des textes qui ne pouvaient pas être enseignés dans les facultés des Lettres.

Au sein de la cinquième section de l’École, fondée en 1886, qui s’ajoutait aux quatre existantes : « Mathématiques, Physique et Chimie », « Sciences naturelles », « Physiologie », et « Sciences historiques et philologiques », s’est établi un cercle vertueux d’échanges de savoirs en philologie, linguistique, histoire des religions et sociologie, qui a contribué à l’historicisation et à la pluralisation de l’idée de raison dans la philosophie pratiquée au Collège de France et à l’École pratique. Ces approches allaient à l’encontre de l’historiographie de la philosophie promue par la majorité des agrégés de philosophie, qui enseignaient dans le supérieur, mais surtout dans le secondaire.

L’élection de Gueroult a été l’aboutissement de deux mois de campagne, impliquant ces acteurs ainsi qu’Edmond Faral (1882-1958), professeur de Littérature latine du Moyen Âge au Collège depuis 1924 et administrateur du Collège entre 1937 et 1955, ce qui avait fait de lui une véritable éminence grise en matière d’élection. Ceux-ci, au cours des trois décennies précédentes, avaient aussi participé à d’autres élections, tant au Collège de France que dans d’autres institutions universitaires.

Gate-Keepers

En 1950, le Collège de France abritait trois professeurs formés en philosophie, mais seules deux chaires mentionnaient la philosophie dans leur intitulé. Gilson occupait la chaire d’Histoire de la philosophie du Moyen Âge depuis 1932 (jusqu’en 1950), Lavelle, celle de Philosophie depuis 1941 (jusqu’en 1951) et Jean Baruzi, celle d’Histoire des religions depuis 1933 (jusqu’en 1951). Tous catholiques, ils appartenaient à la même classe d’âge, et étaient marqués par l’œuvre de Bergson.

L’ainé des trois, Baruzi43, n’était pas agrégé et n’occupait pas de chaire de philosophie. Après avoir travaillé sur Leibniz, il avait rédigé une thèse de doctorat inspirée de l’approche moderniste de Loisy, développée dans Saint-Jean de la Croix et le problème de l’expérience mystique (1924). D’abord professeur dans le secondaire, chargé de cours de philosophie à la faculté des Lettres de l’université de Besançon (1931-1933), il avait été suppléant de Loisy à la chaire d’Histoire des religions entre 1926 et 1931. Son élection au Collège avait été une entreprise compliquée44 : à l’assemblée du 13 novembre 1932, la chaire d’Histoire des religions avait été transformée en chaire d’Histoire de la civilisation moderne, et c’est Lucien Febvre qui y est élu à l’assemblée du 8 janvier 193345. Baruzi est entré au Collège de France quelques mois plus tard, en avril 1933, une fois la chaire d’Épigraphie grecque transformée en une chaire d’Histoire des religions, qui n’a donc été supprimée que très brièvement46. Au cours des années qu’il avait passées en Espagne pour rédiger sa thèse, Baruzi était devenu un bon ami de l’hispaniste Marcel Bataillon (1885-1977). On ne sait pas s’il l’a soutenu pour son élection en 1945 à la chaire de Langues et littératures de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine47.

Né en 1884, agrégé de philosophie en 1907, Gilson48 était au départ proche du moderniste Lucien Laberthonnière (1860-1932), mais il avait, avant la guerre, rejoint le camp doctrinal opposé, se ralliant au néo-thomisme. Diplômé de l’École pratique, il avait été à la Sorbonne l’élève de Durkheim au moment de son important cours sur l’histoire des systèmes éducatifs français, et de Lucien Lévy-Bruhl, alors qu’il enseignait Descartes. Dans la thèse La Liberté chez Descartes et la théologie (1913), dirigée par Lévy-Bruhl, destinée à montrer comment Descartes parlait encore le langage de la scolastique, Gilson avait détrôné le philosophe de son image de figure tutélaire de la modernité. L’historien de la philosophie apportait ainsi de l’eau au moulin de l’apologétique catholique, mais la méthode qu’il avait utilisée ne pouvait que déplaire à la plupart des agrégés de philosophie, qui abhorraient les excès de l’historicisme, et qui considéraient Descartes comme le premier philosophe français moderne. Nommé maître de conférences à Strasbourg en 1919, Gilson avait côtoyé Lucien Febvre, Marc Bloch (1886-1944), Maurice Halbwachs, Maurice Blondel (1861-1949) et Maurice Pradines (1874-1958). Si l’École pratique était la « petite chapelle » de la « grande église » qu’était le Collège de France au cours de l’entre-deux-guerres, l’université de Strasbourg était « la salle d’attente » de la Sorbonne49. Entre 1919, date de naissance de l’université, qui avait remplacé l’ancienne Université impériale allemande, et les années 1950, de nombreux philosophes, sociologues et historiens avaient enseigné à la faculté de Lettres de Strasbourg, pour intégrer d’abord la Sorbonne, puis le Collège de France : ce fut le cas de Gilson, de Febvre, de Bloch, d’Halbwachs, de Gueroult et d’Hyppolite. En 1932, il s’installa au Collège de France à la chaire d’Histoire de la philosophie au Moyen Âge, créée grâce aux crédits libérés par la suppression de la chaire de Philosophie grecque et latine. Il publie des dizaines de tomes, dont le volumineux L’Être et l’Essence (1948), qui replaça la vague de l’existentialisme au sein de la grammatique scolastique50.

Lavelle, né en 1883 dans un petit village de la Nouvelle-Aquitaine, non-normalien, avait été influencé par Bergson, et encore plus par Hamelin, dont il avait suivi les cours à la Sorbonne. Agrégé en 1909, docteur en 1921, il fut l’auteur de deux thèses : La Dialectique du monde sensible, dirigée par Léon Brunschvicg (1864-1944) et La Perception visuelle de la profondeur, dirigée par Léon Robin. Peu intéressé par le développement des savoirs positifs, ce que Brunschvicg lui reprocha à plusieurs reprises, Lavelle fut un professeur de khâgne qui aspirait à faire œuvre de métaphysicien, notamment en publiant des livres aux titres tonitruants, presque complètement dépourvus de références bibliographiques51. Sa correspondance déposée aux Archives du Collège de France montre qu’il avait développé un vaste réseau de connaissances à travers sa collection de chez l’éditeur Aubier52. Elle comporte un grand nombre de lettres de remerciement de ses collègues53.

Lavelle avait enseigné à l’université de Strasbourg, mais en tant que suppléant. Dans une lettre du 14 octobre 1921, Gilson avait confié à Lavelle que « malgré toute la sympathie et l’estime » qu’il avait pour lui, il ne le considérait pas « comme le spécialiste de l’histoire de la philosophie exigé pour Strasbourg » et avait initialement préféré soutenir « la candidature d’un historien “du type normal” », comme Martial Gueroult, « un esprit de toute première valeur ». Ce dernier, déprimé, avait pris le poste au lycée de Vendôme (1923-1929). Gilson avait alors, contre toute attente, proposé à Lavelle de faire de lui un suppléant, disant préférer « un bon philosophe » à un « mauvais historien54 ».

Au retour de Gueroult, et à son élection à Strasbourg, Lavelle fut contraint de se replier à nouveau dans le secondaire. Avec l’arrivée de la guerre, il se réfugia à Bordeaux où, grâce à Émile Mireaux (1885-1969), ancien directeur du Temps (1932-1942), devenu secrétaire d’État à l’Instruction publique du gouvernement Pétain, Lavelle fut nommé Inspecteur général de l’éducation publique. Nous sommes en 1941 : c’est à ce moment que Georges Politzer, Jean Cavaillès (1903-1944) et Albert Lautman (1908-1944) s’engagent dans la Résistance au prix de leur vie. C’est aussi à ce moment que Georges Canguilhem, qui prendra le maquis deux ans plus tard, décide de quitter la khâgne du lycée Pierre Fermat de Toulouse – refusant d’enseigner « Travail, famille, patrie », valeurs que Lavelle défendait activement55.

Si Gilson avait des comptes à régler avec Baruzi depuis les élections des années 1930, il en avait aussi avec Lavelle. En 1941, Le Roy, successeur de Bergson, avait pris sa retraite, laissant la chaire de philosophie vacante. Gilson avait proposé à ses collègues de remplacer cette chaire par une chaire d’Histoire des idées philosophiques dans la France moderne, proposition qu’il justifiait en déclarant qu’il n’y avait « aucun philosophe digne de ce nom en France56 », sauf Émile Meyerson (1859-1933), proche de Lévy-Bruhl et de Rey. Gilson déclarait, sarcastiquement, qu’un enseignement nommé « philosophie » était présent dans les lycées et à la Sorbonne où les professeurs préparaient les élèves à l’enseignement dans les lycées à travers, « hélas ! l’agrégation57 ». Gilson opposait les khâgnes et les lycées, où la philosophie n’était que reproduction, aux véritables institutions de recherche, tel le Collège de France. La chaire d’histoire de la philosophie qu’il aurait voulu créer se proposait de relier chaque doctrine philosophique « aux expériences personnelles de l’homme qui l’a construite. Histoire politique, religieuse, scientifique, industrielle sociale, toutes contribueraient à cette œuvre ». Gilson précisait, de manière tranchée, que l’« histoire des idées inclut celle des systèmes58 ».

L’Assemblée décida, avec 16 votes contre 7, de maintenir la chaire de Philosophie. Gilson tenta néanmoins de soutenir, contre Lavelle, Maurice Pradines, son ancien collègue de Strasbourg, en assurant que celui-ci, âgé, n’enseignerait que quelques années. Dans la présentation de Pradines faite par Gilson, transparaît clairement le mépris que celui-ci nourrissait pour Lavelle. En citant les écrits caustiques d’Hippolyte Taine (1828-1893), il y opposait les philosophes intéressés aux données scientifiques, aux simples « prédicateurs mondains » capables seulement de produire de la « philosophie littéraire », par des moyens « dialectiques », c’est-à-dire, à travers un « verbalisme stérile59 ». Il faisait appel à la clairvoyance de l’assemblée par ces mots :

il serait […] déplorable que notre désir de maintenir la chaire de Philosophie du Collège de France eût pour effet d’y ramener la philosophie plus de 60 ans en arrière. Ne donnons pas à Victor Cousin cette revanche sur Taine. Il ne l’a pas méritée. En vous recommandant aujourd’hui la candidature de M. Maurice Pradines, je vous propose, en toute conscience, un moyen sûr d’éviter ce péril60.

À l’assemblée du 25 mai 1941, grâce à sa position d’inspecteur de l’Éducation et soutenu par le littéraire Mario Roques (1875-1961), professeur d’Histoire du vocabulaire français, vice-président du Collège et proche de l’administrateur Edmond Faral (1882-1958), Lavelle fut nommé à la chaire avec 17 voix contre 5 pour Pradines – dont Roques s’était moqué, en raison de sa supposée surdité. Sans doute Lavelle et Gilson, qui ne faisaient pas cours les mêmes jours, firent tout pour s’éviter. En octobre 1942, le remerciant de lui avoir envoyé La Philosophie française dans l’entre-deux guerres, une collection d’articles écrits pour Le Temps, Gilson complimente Lavelle pour avoir créé le genre du « feuilleton philosophique61 ». Deux ans plus tard, le 10 septembre 1945, il le remercie de nouveau, cette fois pour lui avoir envoyé Du Temps à l’éternité, un livre qui, selon Gilson, « abonde en dialectique ». Gilson commente que « la foi dans la dialectique » lui manquait. « Chaque fois que je m’y essaie j’ai l’impression de raconter une histoire dont je ne suis pas sûr qu’elle soit arrivée62. »

Les postulants

Lorsque Gilson part à la retraite, s’y affrontent la vielle garde, incarnée par Lavelle, qui a traversé sans heurts les années de Vichy, de l’Occupation et de la Libération, et les nouveaux producteurs de connaissances. Une bonne partie des agrégés de philosophie perçoivent alors les sciences de l’homme comme une menace63 : les psychologues, les sociologues et les historiens choisissent de fonder leurs études sur des matériaux empiriques et non pas sur des raisonnements a priori, même si ce sont par ailleurs en grande partie des agrégés de philosophie qui ont contribué à leur essor. En 1950, l’élection de Fernand Braudel à la chaire d’Histoire de la civilisation moderne (1950-1972), occupée auparavant par Febvre, renforçait cette menace. Avec ce dernier, Braudel avait longuement enseigné à l’École pratique et s’était fait promoteur de la création de la sixième section, « Économie, sociétés, civilisations ». Comme son prédécesseur, Braudel avait peu de patience pour les historiens de la philosophie « classiques ». Dans les rapports de présentation rédigés en faveur des trois candidats principaux, Gouhier, Koyré et Gueroult, les auteurs insistent à la fois sur l’originalité des candidats, et les situent par rapport au conflit entre philosophie et histoire, notamment à ce moment particulièrement délicat où l’histoire de la philosophie était menacée par l’histoire et par la sociologie « marxiste ».

Baruzi soutenait Gouhier pour une chaire d’Histoire de la philosophie dans les temps modernes64. Il avait insisté sur l’importance de l’« expérience concrète » à l’origine de chaque création philosophique. Cette expérience nécessitait, selon lui, une approche « biographique » sur laquelle Gouhier, normalien et agrégé de philosophie depuis 1921, s’était spécialisé. Celui-ci enseignait à la Sorbonne depuis presque une décennie, après l’avoir fait dans les universités de Lille et de Bordeaux65. Gouhier se démarquait par son intérêt pour des auteurs et philosophes français au moment où plusieurs de ses homologues s’intéressaient à des auteurs allemands comme Marx, Hegel, Husserl ou Heidegger.

Le deuxième candidat était Koyré. Né à Tagarog en Russie, il avait fait une partie de sa scolarité à Göttingen, où il avait travaillé sur la question des fondements des mathématiques sous la direction d’Edmund Husserl (1859-1938). Arrivé à Paris en 1908, il était diplômé de l’École pratique après avoir présenté l’Essai sur l’idée de Dieu et les preuves de son existence chez Descartes (1922). Auteur d’une thèse de doctorat de l’université, L’Idée de Dieu dans la philosophie de saint Anselme (1923) et docteur ès lettres en 1929 (La philosophie de Jacob Böhme. Étude sur les origines de la métaphysique allemande et La philosophie et le problème national en Russie au début du XIXe siècle), dès 1931 il devint directeur d’études de la cinquième section de l’École pratique, où il occupa la chaire d’Histoire des idées philosophiques et religieuses dans l’Europe moderne66. Ses érudites Études galiléennes (1939) avaient impressionné la communauté scientifique. Les défauts de Koyré étaient liés à ses origines : il avait fait une partie de sa scolarité en Allemagne et il n’était pas agrégé ; de plus, selon ce qui transparaît des échanges entre Pommier et Faral, il n’avait pas le talent oratoire essentiel pour enseigner au Collège.

Deux physiciens ont soutenu Koyré, François Perrin (1901-1992), professeur de Physique atomique et moléculaire (1946-1972), et Maurice de Broglie (1875-1960), Physique générale et expérimentale (1942-1945), et deux anciens collègues de l’École pratique, Lucien Febvre, à la retraite, et Louis Massignon, absent, qui ne fit pas de présentation. Dans son rapport, de Broglie67 fut extrêmement concis, se contentant de souligner l’importance de l’enseignement de l’histoire de la pensée scientifique, très rare en France. Perrin, plus disert, souligna d’abord que Koyré, « un philosophe », allait traiter d’un domaine d’études voisin de celui propre à Gilson, tout en se concentrant davantage sur l’« étroite interaction de la Philosophie et de la Science dans certaines grandes périodes du développement de la pensée68 ». En conclusion, il soulignait la relation entre les études scientifiques et les circonstances politiques et les effets de la guerre : la chaire, censée « former des jeunes philosophes pouvant reprendre la tâche passionnante de la recherche dans les conséquences philosophiques du renouvellement actuel des fondements de la Science » visait en effet à reprendre une tâche interrompue par la guerre et « tragiquement compromise dans notre pays par la disparition prématurée d’hommes tels que [Jean] Cavaillès ou Lautman, victimes de la tyrannie étrangère et des passions racistes qui accroissaient sa barbarie69 ». Febvre avait élaboré davantage, soulignant la nécessité, depuis le temps de Paul Tannery et de Émile Boutroux, de la création d’une chaire d’Histoire de la pensée scientifique. En soulignant les liens entre les travaux de Koyré et ceux de son collègue Marc Bloch sur l’« histoire de la technique70 », il faisait de la chaire une véritable nouveauté, honorant ainsi la tradition du Collège, qui est de promouvoir les savoirs dans leur devenir. Febvre proposait de suivre ainsi non pas la devise « omnia docet », mais « nova docet71 ».

Koyré avait soumis ses « titres et travaux » de manière soignée72. Il y affirmait que son travail y avait été inspiré « par la conviction de l’unité de la pensée humaine73 », par-delà des « compartiments étanches » disciplinaires. Son approche était intégralement contextualiste : tant la philosophie que la religion, la science et l’art doivent être abordés à partir de leur « milieu intellectuel » et des « habitudes mentales » des savants74. Il inscrivait ainsi sa candidature à la chaire d’Histoire de la pensée scientifique dans une tradition qu’il prétendait « faire revivre » : celle de figures comme Tannery, Pierre Duhem (1861–1916), Arthur Hannequin (1856-1905), Léon Brunschvicg, Émile Meyerson et Boutroux.

Le troisième candidat était Gueroult. Né au Havre en 1891, il était normalien, agrégé en 1919 et docteur en philosophie en 1929. Il avait publié deux livres érudits sur la philosophie moderne, Dynamique et métaphysique leibniziennes (1934) et Étendue et psychologie chez Malebranche (1939) qui lui avait valu d’être élu à la Sorbonne en 1945. Avant de rejoindre Paris, il avait adressé une courte lettre à Lavelle pour le remercier de lui avoir envoyé son livre récent, Du Temps et de l’éternité. Lui annonçant être sur le point de « devenir parisien » et de pouvoir donc « faire [sa] connaissance », il se déclarait disponible pour rencontrer Lavelle à Paris. Nous ne savons pas si les deux hommes se sont effectivement rencontrés, mais la lettre de Gueroult resta sans réponse75.

Gueroult était présenté par Jean Pommier (1893-1976), titulaire, depuis 1946, de la chaire d’Histoire des créations littéraires en France, instituée après la vacance de la chaire de Poétique occupée de 1937 à 1945 par Paul Valéry (1871-1945). Contemporain de Gueroult à l’École normale, agrégé de lettres en 1919, maître de conférences à la faculté de Strasbourg de 1923 à 1934, Pommier avait obtenu son doctorat en 1931 et avait été professeur à la Sorbonne entre 1934 et 1946. Pommier et Gueroult avaient un ami commun, de la même promotion normalienne, le philosophe Claude-Louis Estève (1890-1933)76. Lui aussi agrégé de philosophie en 1919 puis professeur dans le secondaire, Estève, proche de Bousquet, s’était intéressé à des questions de poétique chez les surréalistes, et chez Proust, Mallarmé, Gide et Valéry. Mort brutalement au cours des années 1930, Estève était très proche de Gueroult. Les deux hommes avaient subi ensemble quatre longues années de captivité au cours de la Première Guerre mondiale. On peut facilement imaginer qu’ils ont dû avoir l’occasion de converser longuement ensemble dans l’espace fermé du château de Plassenburg en Bavière, l’un des châteaux les plus impressionnants d’Allemagne. Cette proximité pourrait avoir influencé à la fois l’approche « systématique » aux œuvres philosophiques de Gueroult et l’approche leibnizienne et « symbolique » aux œuvres poétiques d’Estève.

En présentant la chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques, Pommier avait commencé par souligner l’importance d’une approche contextualiste en histoire de la philosophie. Pourtant l’histoire de la philosophie n’a de sens en tant que discipline que si elle examine aussi les systèmes en eux-mêmes, et les traite comme des « poèmes », à savoir des œuvres faites77. Seule la « rigueur inhumaine » de la construction propre au « palais d’idées78 » du système le rend capable de résister à l’érosion du temps historique. Suivant sans doute les indications de Gueroult, Pommier opposait l’approche de son candidat à celle, intuitionniste, de Bergson, qui concevait la possibilité d’« une philosophie sans œuvre philosophique » et, donc, aussi d’« un art sans œuvre d’art ». Dans sa présentation, Pommier cite les études sur la « logique interne » propre aux « formes plastiques79 » d’Henri Focillon (1881-1943), professeur d’Esthétique et histoire de l’art au Collège de France de 1938-1943, exilé en 1940, révoqué en 1942 et réintégré en 1945. Par une ruse rhétorique habile, le rapporteur avait également cité Pierre Boutroux, soulignant que les recherches de Gueroult étaient susceptibles de s’inscrire dans une « technologie générale ». Le mot « technologie », absent de tous les écrits de Gueroult d’avant 1951, fut rajouté au dernier moment, dans les titres et travaux du candidat. Il est probable que Pommier ait suggéré cet ajout, afin de gagner l’assentiment des savants et des historiens des Annales. En conclusion, adressant un clin d’œil aux membres les plus conservateurs de l’Assemblée, il confiait qu’il était essentiel d’éviter « de faire disparaître de l’affiche de nos cours l’Histoire de la philosophie80 ». La présentation ne pouvait déplaire à ses collègues littéraires, historiens et historiens de l’art, ainsi qu’aux savants.

Dans ses « titres et travaux », Gueroult présente ses travaux en trois volets : le premier est relatif à « l’influence des grands faits de l’histoire moderne sur la constitution et l’élaboration des grandes doctrines philosophiques [tant françaises, allemandes ou anglaises] : faits religieux […] faits politiques […] faits scientifiques81 » ; ce volet dépend d’un deuxième, plus important, qui concerne le conditionnement structural des diverses doctrines à partir de leur « structure interne » et de la « technique démonstrative » mise en place. Cette approche, élaborée dans la thèse de Gueroult sur Fichte, aurait dû être mise en place dans un autre ouvrage, en cours de rédaction, sur La Métaphysique de Descartes, à savoir ce qui deviendra Descartes selon l’ordre des raisons. Le troisième volet, enfin, regroupait les « investigations philosophiques concernant les conditions qui permettent aux philosophies de se constituer comme des monuments durables82 ». Gueroult annonçait être déjà sur le point de publier les trois premiers volumes, historiques, d’un ouvrage sur « Philosophie et histoire de la philosophie », à savoir ce qui allait devenir la Dianoématique.

Contrairement à Gouhier, Koyré et Gueroult, deux candidats ne trouvent aucun appui interne, et Faral lit rapidement leurs propositions : il s’agissait de Marcel Jousse (1886-1961), prêtre et enseignant à l’École d’anthropologie de Paris, qui proposait de transformer la chaire de Gilson en une chaire d’Anthropologie du geste, puis de Matthieu-Maxime Gorce (1898-1979), curé à Neufchâtel, qui proposait sa candidature à la succession de Gilson, sans transformation de l’intitulé.

La Campagne

Deux mois de campagne ont précédé la présentation des candidats le 11 mars 1951. Gueroult s’adresse d’abord à Lavelle pour qu’il le défende. Dans une lettre envoyée le 24 février, Gueroult confie à Faral que Lavelle montre un « refus persévérant83 ». Gueroult s’adresse alors à Baruzi qui avait d’abord voulu proposer la création d’une chaire d’Histoire de la pensée philosophique dans les temps modernes. L’intitulé était très proche de la chaire proposée par Gilson en 1941, mais l’ajout de « philosophique » à « pensée » trahissait l’intention diplomatique de préserver l’importance de la philosophie dans l’intitulé.

Baruzi jouait lui un double jeu, en faisant semblant de s’intéresser à Gueroult, alors qu’il appuyait son ami Gouhier. Il s’était proposé de faire une « double présentation », ce qui était inhabituel au Collège, sinon absurde, étant donné qu’il s’agissait de voter pour la création d’une nouvelle chaire, liée à un seul candidat. Ce comportement avait rempli Gueroult d’inquiétudes, lui qui craignait, avec raison, que sa candidature finisse par être perçue par l’assemblée comme une candidature de deuxième ligne, après Gouhier – qui avait déjà raté plusieurs élections, et ce malgré l’appui de Gilson. Dans une lettre envoyée le 24 février 1951 à Faral, Gueroult se plaint du manque de clarté de Baruzi, qui ne s’était pas « montré très enthousiaste », mais qui néanmoins « n’avait [pas] non plus refusé » de le soutenir84. Baruzi décida ainsi de ne présenter qu’une seule chaire, destinée à Gouhier, et sobrement intitulée Histoire de la philosophie dans les temps modernes.

Pommier exprima son mécontentement face à ce comportement, qui l’avait obligé à entrer en campagne à la dernière minute, alors qu’il sortait d’une maladie, et qu’il ne connaissait pas le travail de Gueroult de près. Dans une lettre envoyée à Faral le 28 février 195185, Pommier décrit la situation comme une véritable « affaire » et tourne de manière habile la situation à la faveur de Gueroult. Il en profite pour souligner les défauts des candidatures de Gouhier et de Koyré, et liquide avec mépris Lavelle, « sans sympathie pour Gueroult » parce que celui-ci « l’avait battu jadis (en 1922) à une élection à la Faculté [des Lettres] de Strasbourg » :

Gueroult a appris hier qu’il y avait parmi nous des gens pour croire “qu’il se présentait en seconde ligne”, conséquence évidente de ce faux départ […]. J’ai vu hier Gouhier, qui fait sa campagne avec beaucoup d’assurance et en parant aux objections possibles. Comme il ne peut tout de même pas dire qu’il connaît la philosophie allemande, il est bon à parler d’Histoire de la philosophie comparée, de ses compétences sur Kant en France, il nomme aussi quelques Anglais. Il parle beaucoup de la constitution d’une équipe pour les travaux d’histoire […]. Si nous voulons un historien plus historien que philosophe, il faut le prendre. Si nous voulons un historien plus philosophe qu’historien, si nous voulons l’espoir philosophique, dans son authenticité, sa vigueur et presque son formalisme, il faut prendre Gueroult. D’ailleurs je sais depuis longtemps par nombres d’étudiants que c’est le meilleur historien de la philosophie de la Sorbonne, celui qui a la réputation de prendre le taureau par les cornes et de s’attaquer aux problèmes les plus difficiles […].

Koyré aura, entre autres partisans, plusieurs camarades de l’École des Hautes Études. Le seul électeur qui n’ait pas voulu entendre Gueroult est, paraît-il, Dumézil, qui vote Koyré. Les travaux, dont on m’a signalé une lacune qui m’avait échappé, valent pourtant, me semble-t-il, mieux que sa personne. Je fais allusion à son débit si lent si lourd et si sourd86.

Pommier, n’ayant pas caché son irritation, expliquait comment Gueroult avait longtemps pensé que son projet aurait au moins été compris « par voie d’allusions caractéristiques dans le rapport de Jean Baruzi », mais que, face au comportement ambigu de Baruzi, qui paraît en réalité vouloir soutenir Gouhier, Gueroult avait finalement été contraint de revenir à un « un mode plus conforme à notre coutume87 », à savoir, en trouvant, dans la figure de Pommier, un rapporteur qui le soutenait sans ambiguïté.

Dans cette situation extrêmement compliquée, Gueroult fut élu contre Koyré, mais de justesse, et seulement au deuxième tour. Le premier tour s’était soldé avec 17 votes pour la chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques, 17 votes pour la chaire d’Histoire de la pensée scientifique, 5 votes pour la chaire d’Histoire de la philosophie dans les temps modernes et un vote blanc. Au deuxième tour, 21 votes avaient été donnés à la chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques, 16 à la chaire d’Histoire de la pensée scientifique, un pour la chaire d’Histoire de la philosophie dans les temps modernes, et toujours un vote blanc.

Alors que la présentation de Pommier était, sur le plan rhétorique, mieux construite, la longue et molle allocution de Baruzi, qui apparaissait comme un agent double, avait été particulièrement inefficace et ne mettait pas en relief l’excellente candidature de Gouhier, qui en ressortait comme un simple auteur de « biographies intellectuelles » de philosophes français. Les appuis de Koyré étaient multiples et puissants : les anciens collègues de l’École pratique, comme Braudel, professeur d’Histoire de la civilisation française (1950-1972), et Dumézil, titulaire de la chaire de Civilisation indo-européenne (1949-1968), mais également les savants, cooptés par Perrin, professeur de Physique atomique et moléculaire (1946-1972) et de Broglie, professeur de Physique générale et expérimentale (1942-1945)88. Néanmoins, la formule choisie, celle de la triple présentation, ne fut pas particulièrement efficace ; l’absence de Massignon, et la nécessité de mobiliser quatre appuis pouvaient rendre la candidature suspecte, comme si elle ne tenait pas debout toute seule. Koyré ne plaisait pas à l’aile plus « conservatrice » du Collège, mal disposée à renoncer à la très classique chaire d’Histoire de la philosophie au profit d’une chaire d’Histoire de la science, qui plus est, confiée à un Russe qui flirtait avec les historiens et les sociologues. Il faut enfin ajouter que tout candidat proche de Gilson courait le risque d’être l’objet de suspicion. L’historien catholique, qui avait pris sa retraite en décembre 1950 pour des raisons de santé, venait d’être pris à partie dans une violente campagne de presse menée contre lui en réponse à la parution, dans le journal Le Monde, d’un article où il s’exprimait contre l’Alliance atlantique. Ainsi, début 1951, l’Assemblée du Collège de France avait refusé de lui accorder l’honorariat, geste inconcevable au regard de son impressionnant profil scientifique et de près de vingt ans d’enseignement89. Autant Gouhier, présenté quatre fois par Gilson au Collège, que Koyré, candidat en deuxième ligne au moment de l’élection de Gilson en 1932, ne pouvaient que déplaire à l’aile droite.

Dans cette situation, il est fort probable que l’Assemblée ait privilégié le candidat neutre, « du centre », qui proposait en effet un « juste milieu » entre histoire et philosophie. Cet aspect ressort clairement de la présentation de Lavelle. Une fois les autres candidats écartés, celui-ci fut obligé, au cours de l’assemblée du 26 juin 1951, de présenter les deux candidats pour la chaire validée : en première ligne Gueroult et, en deuxième ligne, Jean Hyppolite, son élève. En voulant « justifier le titre nouveau » qui avait « surpris » plusieurs des membres du Collège, celui de « technologie des systèmes », Lavelle avait présenté la chaire comme le résultat d’une synthèse ou, mieux, d’un compromis. Il s’agissait en effet du dépassement de deux types d’histoires de la philosophie : une histoire de la philosophie historienne, donc « érudite », et une histoire de la philosophie philosophique, donc « dialectique90 ». Deux mois après sa « synthèse », le premier septembre, Lavelle trouve la mort : son œuvre, déjà ignorée par la grande majorité de ses contemporains, ne représente qu’une curiosité historique. Les rares spiritualistes qui le célèbrent encore comme « l’un des plus grands métaphysiciens du XXe siècle » – selon la plus récente réédition de certains de ses ouvrages aux Éditions du Félin – sont aussi ceux qui mettent volontiers de côté ses fonctions institutionnelles sous Vichy, ainsi que celles de Chevalier. Baruzi, quant à lui, est mort deux ans après avoir publié son dernier volume, Création religieuse et pensée contemplative (1951). Après une énième défaite au Collège de France, Gouhier continua discrètement à la Sorbonne son travail d’historien ouvert à tous les étudiants. Il dirigea notamment le diplôme d’études supérieures sur Leibniz d’un certain Pierre Bourdieu. Koyré, touché par une défaite cuisante et inattendue, quitta la France et s’installa définitivement aux États-Unis, où il contribua à faire de l’histoire de la science une discipline à part entière. Il influença, entre autres, le travail capital de Thomas Kuhn (1922-1996).

Épuisé et déprimé à la suite du décès de son épouse et de la violente campagne menée contre lui, Gilson s’exila à Toronto, où il enseigna à l’Institut pontifical d’études médiévales jusqu’à la fin de sa vie. Il est difficile de savoir si son candidat favori avait été Koyré, en deuxième ligne au moment de son élection, ou Gouhier, le « fils adoptif ». Ce qui est certain, c’est que sa méthode n’était pas compatible avec celle de Gueroult, dont il avait pourtant admiré les premiers travaux. Dans une première lettre du 29 juin 1953, envoyée après la publication du premier volume de Descartes selon l’ordre de raisons, livre qui a déclenché vingt ans de polémiques avec Ferdinand Alquié (1906-1985), Gilson reprocha à Gueroult son manque d’esprit historique. Son Descartes continuait certes « la grande tradition française, à la Boutroux, d’histoire de la philosophie installée à l’intérieur des textes », mais aussi avec l’idée, très française, selon laquelle « la philosophie recommencera toujours avec Descartes ». C’était bien cet exceptionnalisme – selon lequel « tout est nouveau chez Descartes, même ce qui chez lui paraît ancien » – que Gilson ne pouvait accepter. Malgré des « magnifiques débuts il y a 25 ans », son collègue avait fini par traiter « Descartes comme s’il s’agissait encore de Fichte qui, lui, était un vrai métaphysicien91 ». Dans la lettre suivante, du 16 juillet 1953, il répondait à des objections que Gueroult lui avait faites, et il concluait en le remerciant, ironiquement, de l’avoir introduit à un « monde philosophique si différent92 » du sien. Il devait sans doute juger ce monde de fables, fait d’imposants châteaux philosophiques, comme étant une brillante construction imaginaire.

Annexe

Rapport sur la création d’une chaire d’histoire et technologie des systèmes philosophiques93, présenté par Jean Pommier, à l’Assemblé des Professeurs du 11 mars 1951

Mes chers Collègues,

Au moment de recommander à vos suffrages un projet d’enseignement d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques, je crois licite et opportun de rappeler brièvement les conditions un peu particulières de sa présentation. Pendant un certain temps, le candidat que je dois, dans cette circonstance, pouvoir nommer, M. Gueroult, a pensé que ce projet serait compris sinon explicitement du moins par vois d’allusions caractéristiques dans le rapport de M. Jean Baruzi. De là les déclarations qu’il a faites dans ses premières visites à un certain nombre d’entre nous. Si l’on préféra ensuite – et l’on eut raison – revenir à un mode plus conforme à notre coutume, ces vicissitudes n’avaient pas altéré un instant, - ai-je besoin de le dire ? – la netteté, la fermeté d’une conception qui a retrouvé son autonomie la rigueur de sa dénomination et l’ampleur de ses perspectives.

L’histoire de la philosophie n’en est plus à chercher sa méthode. Si peu charnelles que paraissent être les spéculations d’un Malebranche ou d’un Spinoza, elles appartiennent pourtant à un point de l’espace et de la durée ; elles sont prises, elles aussi, dans le réseau compliqué des influences. Elles procèdent d’une tradition à plusieurs voix, mais où, d’ordinaire, une certaine voix domine et captive. Un jour, chez un libraire de la rue Saint-Jacques, Malebranche feuillette un ouvrage de Descartes, Le traité de l’Homme : « Il entrevoir une science », nous dit Fontenelle, « et il sent qu’elle lui convient. Il achète le livre, le lit avec empressement, et … avec un tel transport qu’il lui en prenait des battements de cœur qui l’obligeaient quelquefois d’interrompre sa lecture. » L’histoire étudie ces filiations, suit le jeu serré des polémiques, enregistre le retentissement des grands faits religieux, politiques, économiques, etc. … Je n’insiste pas : quel historien de la philosophie digne de ce nom oserait aujourd’hui négliger ce conditionnement de la pensée abstraite ?

Conditionnement qui n’agit pas de façon uniforme. C’est ainsi que la nationalité des philosophes, par exemple, les porte à repenser diversement un même évènement de l’histoire universelle. La Révolution française se réfracte chez nous en des philosophies qui visent à l’établissement d’un bonheur terrestre par la transformation effective des institutions. En Allemagne, elle rencontre dans l’esprit de la Réforme, dans le leibnizianisme, un écho bien différent : l’accent est mis sur la régénération intérieure, le conflit de l’individu est moins avec la société qu’avec la nature et la destinée, et la cité de Dieu supplante celle des hommes.

À peine avons-nous fait quelques pas que nous franchissons des frontières. Mouvement naturel, inévitable, pour l’historien de la philosophie, comme pour celui des sciences. Il est significatif qu’aucun des projets qui nous sont soumis n’ait, ou ne paraisse avoir, un cadre national. Et en effet, où que se manifeste le génie spéculatif, dans un jardin d’Athènes ou une lunetterie d’Amsterdam, sur les bords de la Baltique de la Saale, dans un doyenné d’Irlande ou dans une baie de Naples, l’historien doit s’y établir. Plus ou moins longtemps, selon l’importance de la révélation. Or, sans rien enlever à nos gloires – la révolution cartésienne n’a-t-elle pas, à sa manière, ébranlé le monde ? – il est difficile de refuser à l’Allemagne certains titres à la possession de ce qu’on appelait au temps de Mme de Staël le sceptre de la pensée philosophique. C’est pourquoi – sans que cette exigence ait rien de tendancieux – de demande [2] à notre historien la maitrise [maîtrise] de l’idiome et des systèmes germaniques.

Il serait très désirable aussi qu’il connût l’histoire de ces sciences, vers lesquelles la philosophie s’est maintes fois tournée, depuis qu’elle ne contemple plus uniquement la face mystique de la Théologie ; depuis que le commun objet n’est plus Dieu, mais son mode de l’étendue. Comment isoler Descartes de Galilée, Leibniz de la dynamique, Cournot du calcul des probabilités ?… Et l’influence n’est pas à sens unique. La science agit, certes, sur la philosophie, la physique de Newton sur la pensée kantienne. Mais la philosophie n’est pas moins efficiente, soit à l’intérieur d’un cerveau, soit par ses répercussions au dehors. Chez Descartes, c’est l’illumination philosophique de l’unité du savoir humain qui le conduisit à l’union de l’algèbre et de la géométrie en une seule discipline analytique. Et c’est une critique purement philosophique de la notion de différentielle, développée par Berkeley dans son Analyst, qui contraignit les purs mathématiciens à réviser leurs conceptions en fonction de l’idée de limite.

Ainsi les sciences et la philosophie se fécondent mutuellement dans la formation de leurs techniques. Fait capital, mais dont l’étude ne constitue pas encore une initiation véritable au système. Quand on a montré que la notion maîtresse de force physique conditionne la conception leibnizienne de la substance, on n’a encore rien dit du système de Laibniz (sic). L’interaction du concept scientifique et du concept philosophique met en œuvre des notions détachées qui ne s’intègrent pas dans le tout. L’originalité profonde du système se dérobe encore. Comment faire pour la saisir et la représenter ?

On n’y parviendra pas, choyons-nous, en se contentant d’énoncer didactiquement le contenu du système, la vision du monde, la Weltanschauung de son auteur. Les Traités d’histoire de la Philosophie sacrifient souvent à ce mode d’exposition. Mais se borner à raconter une philosophie, c’est laisser s’évaporer son essence même. Je relisais l’autre jour quelques pages de Renan, sa Réponse au discours de réception du romancier Cherbuliez. Un roman, c’est bien attrayant ; mais d’un autre côté, l’histoire, la science, les études sociales ont tant d’intérêt ! Alors, comme la vie est courte, on pourrait peut-être imprimer les romans en revenant à l’ancien système des manchettes, qui permettait de ne parcourir que les marges. Les réflexions de Cherbuliez ne sont pas rapportées, mais il est probable que ce mode singulier de « consommation », comme disait Valéry, ne dut pas lui agréer beaucoup plus qu’à Valéry lui-même la mise en prose d’un poème, cette hérésie des hérésies.

Or, un système philosophique est lui aussi une manière de poème, du moins au sens étymologique de ποίηµα d’œuvre faite, ; il s’est élevé et il se tient debout par une contexture spéciale, – formée par le philosophe, certes, mais non pas dans sa liberté absolue. Je m’approcherai de ces mystères en me servant d’exemples qui me sont plus familiers. Un poème n’est pas pour ainsi dire jamais le pur produit de la spontanéité créatrice ; une nécessité gît dans les mots, dans leur valeur relative, dans leurs combinaisons métriques, fans leurs accords de timbres. De même pour le romancier : son invention rencontre des scènes typiques dont elle ne peut éluder les conditions ; elle se débat avec les personnages et leur logique aberrante. Plus une œuvre est systématique, et plus l’auteur s’est lié les mains. Balzac était libre de ne pas faire revenir ses personnages ; mais, en s’y décidant, il s’est livré d’avance à toutes les conséquences de son principe, conséquences si étendues que la Technologie de La Comédie Humaine demeure, sur ce point, fort incomplète. Il n’est donc pas exagéré de dire que l’objet coopère avec le sujet à sa propre réalisation.

Que ceci soit encore plus frappant en mathématiques, nous le savons bien. Un géomètre est libre de tracer sur le sable un cercle ou un triangle, mais ce cercle qu’il a tracé lui devient aussitôt plus infrangible [3] que celui du Romain : il est enfermé dans les propriétés de la figure. Et le philosophe ? ses concepts à lui se précisent et se durcissent à mesure qu’il les assemble ; ils tendent sous ses yeux, par leurs affinités propres à telles ou telles cristallisations. Il fut pourtant qu’il maintienne, à travers tout, la validité de son système, qui veut être un monument de vérité, et de vérité totale : c’est à dire qu’il doit en assurer à la fois la solidité démonstrative et les symétries architecturales.

L’on concevra sans peine que de telles entreprises comportent plus d’un drame secret. Le philosophe n’abandonnera pas de gaîté de cœur au jeu des concepts ; à leur rigueur inhumaine, certains postulats moraux, certaines exigences religieuses, auxquelles il ne tient pas moins qu’à ses vues intellectuelles. Des là des développements parasitaires, de là des impasses, toutes sortes d déséquilibres internes qui semblent mettre en péril la stabilité de la masse. Mais non ? le système survit à ces crises ; il se soutient, sinon comme une construction parfaite, du moins comme une convergence de ses parties vers cette clef de voûte immatérielle qu’est la simple Idée de son accomplissement.

Cette victoire de l’organisation me permettra une dernière remarque. On comprendra mieux, il me semble, notre idée des structures doctrinales si on la met en contraste avec une philosophie comme celle de Bergson. On sait que pour Bergson, la substance de vérité est tout entière dans l’intuition initiale. La traduction spatiale et sociale ne fait ensuite que dégrader la génialité première ; l’élan créateur déchoit dans la vaine géométrie des mots, condamnés par hypothèse à défigurer ce qu’ils expriment. La constitution d’un système, c’est la chute d’un ange. Ainsi la philosophie serait donnée avant d’être faite, et il pourrait y avoir une philosophie sans œuvre philosophique, comme, et par le même principe, un art sans œuvre d’art.

Or, la méthode que nous définissons ici implique une conception opposée. Non seulement l’intensité spirituelle ne s’affaiblit pas dans la réalisation, mais, en dépit ou peut-être à cause des résistances objectives, elle s’y renforce, elle y tend vers son ἀκµή. Le dessin de l’œuvre, loin de trahir une main appesantie, laisse voir pour ainsi dire la peinte aigüe de la pensée créatrice. Que parlais-je il y a un instant de la chute d’un ange ? L’ange ici s’avance, plus brillant que jamais, dans sa demeure dans ce que j’appellerai, selon la belle expression d’Arnauld, son palais d’idées.

Je ne voudrais pas m’attarder, mais les allusions faites en cours de route à des réalités aussi différentes que la littérature et la cristallographie, sont-elles tout à fait dénuées de signification ? Il semble que non, et d’autant moins qu’on pourrait les multiplier. Songeons, par exemple, à la vie des formes plastiques : « Rien n’est plus tentant », a écrit Henri Focillon, « et rien dans certains cas n’est mieux fondé – que de montrer les formes soumises à une logique interne qui les organise. De même que sous l’archet, le sable répandu sur une plaque vibrante se meut pour dessiner diverses figures qui s’accordent avec symétrie, de même un principe caché, plus fort et plus rigoureux que toute fantaisie inventive, appelle l’une à l’autre les formes, etc. … » Serions-nous en présence d’une loi de la nature ? Allons-nous déboucher sur les vastes perspectives d’une Technologie générale ? Il ne serait pas sage, pour quelques aperçus présentés à la hâte, d’aller si vite et si loin. Nous n’avons voulu qu’indiquer l’intérêt et la portée d’une histoire de la philosophie axée sur l’étude des structures. Et peut-être, si cette science était accueillie parmi nous, son exemple ne serait-il pas sans fruit. Ainsi se recommanderait, même pour d’autres disciplines, une méthode non moins attentive aux réactions de l’objet qu’aux impulsions du sujet, et où l’on accompagnerait le flux de l’invention assez loin pour assister à ses brisures, à ses divisions, à toute une mise en jeu de forces imprévisibles au départ.

[4] Je ne voudrais pas, mes chers Collègues, abuser de votre attention. Vous savez, par le candidat lui-même, que cet ordre de recherches n’épuisera pas son activité. L’histoire de la philosophie, se doublerait pour lui – comment dire ? – d’une Histoire de cette histoire. Il suffit, pour passer d’un plan à l’autre, de changer les yeux qui examinent le passé philosophique. L’historien décrit et démontre, abstraction faite de toute doctrine personnelle ; il ne juge pas. Bien différente est l’attitude du philosophe dogmatique, qui écrit l’histoire ou qui la lit. De même qu’en littérature, les créateurs, quand ils se mêlent de critique, montrent ordinairement une originalité intolérante, le passé de la philosophie prend une teinte très caractérisée sous le regard du philosophe. C’est évident quand il s’agit de doctrines rivales. Mais je pense plutôt au sens que la philosophe d’une époque attribue à l’ensemble de la tradition ; à ces conflits où s’aperçoit plus d’un trait d’une querelle des anciens et des modernes. Quiconque s’intéresse aux phénomènes de causalité réciproque rencontrerait ici un bon exemple. D’une part le jugement de valeur que la philosophie porte sur son passé dépend de la contexture de l’historiographie ; et d’autre part la contexture et les méthodes de l’historiographie dépendent de l’idée que la philosophie se forme du sens et de la valeur de son histoire. Quand la philosophie se frappe d’une excommunication rétrospective, la cause en est souvent la répulsion que lui inspire une certaine sorte d’historiographie.

Pour nous, qui regardons ici cette science de l’extérieur, je sais bien ce que nous attendons d’elle. Nous attendons qu’elle nous montre, comme dans un miroir magique, la diversité des évocations. Esprit humain, est-ce l’histoire de tes égarements qui va nous apparaître, ou celle de ta sagesse ? T’es-tu brisé dans la frénésie des sectes, ou développes-tu, par cercle ou par spirale, les orbes de ta propre révélation ? Repars-tu de zéro à chaque expérience, et cette suite d’essais absolument irréductibles nous condamne-t-elle à la poussière des monographies ? Nous n’avons pas fini de poser des questions, – si une réponse peut leur être faite du haut d’une de nos chaires ?

Je souhaite qu’il en soit ainsi, et que cette originalité, que cette nouveauté trouve parmi nous leur place. Devant un programme aussi riche, on pourrait craindre qu’une ambition généreuse ne trompe celui qui l’a conçu sur ses possibilités. Mais, en fait, le plus gros des recherches est déjà terminé ; les principaux résultats sont déjà consignés dans de volumineux manuscrits qui attendent seulement leur mise au point. L’auteur ne demande qu’à être libéré des entraves et des servitudes universitaires pour donner cette suite aux livres important qu’il a publiés. De toute façon son enseignement bénéficierait des avantages de la position centrale qu’il occupe dans le vaste domaine de l’histoire philosophique, prospecté par lui depuis plus trente ans. Grâce au titre très large de sa chaire, il pourrait se porter à sa convenance sur les points de l’histoire antique ou moderne où les édifices doctrinaux se prêtent le mieux à ses expériences.

Ainsi nous éviterions une décision que je regretterais pour ma part : celle de faire disparaître de l’Affiche de nos Cours la rubrique de l’Histoire de la Philosophie. Et cependant, réponse n’en serait pas moins donnée à tous ceux qui s’interrogent sur les lois fondamentales de la connaissance. Dans un opuscule intitulé L’imagination et les mathématiques selon Descartes Pierre Boutroux écrivait : « Descartes n’a pas voulu seulement, en créant sa mathématique, enrichir la science de découvertes précieuses et de nombreux faits inconnus avant lui ; il s’est proposé surtout d’ouvrir à l’esprit humain des voies nouvelles pour découvrir la vérité ». Tant il est vrai que les problèmes de méthode doivent demeurer et demeurent au premier plan de nos curiosités, à quelque catégorie nominale qu’appartienne notre discipline.

Pour les traiter comme ils doivent l’être, pour assurer cet enseignement d’intérêt général, il nous faut un maître suffisamment qualifié par la tournure [5] de son esprit et la nature de ses travaux. Le candidat auquel je me pense me semble-t-il, à ces conditions : il serait exactement l’homme de sa chaire. Nul doute qu’il ne voue à la tâche, à la lourde tâche que nous lui confierons, l’ardeur d’une intelligence visiblement dominée par la plus fougueuse des vocations.

Liste des références

  • Albert (Karl), 1986, « Louis Lavelle et la philosophie allemande », Revue de l’Institut catholique de Paris, vol. 18, p. 25-35.

  • Bianco (Giuseppe), 2018, « The Misadventures of the “Problem” in “Philosophy” », Angelaki. Journal of the Theoretical Humanities, vol. 23, n°2, p. 8-30.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Bourdeau (Michel), Chazel (François) (dir.), 2002, Auguste Comte et l’idée de science de l’homme. Paris, L’Harmattan, p. 153-184.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Bourdieu (Pierre), 2016, Méditations pascaliennes, Paris, Éd. du Seuil.

  • Braunstein (Jean-François), 2015, « Abel Rey et les débuts de l’Institut d’histoire des sciences et des techniques (1932-1940) », dans Bitbol (Michel) (dir.), L’Épistémologie française, 1830-1970. Paris, éd. matériologiques, p. 163-180.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Bréhier (Émile), 1925, « Les postulats de l’histoire de la philosophie », Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. 100, n°3, p. 48-78.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Bréhier (É.), 1940, La Philosophie et son passé. Paris, Presses universitaires de France.

  • Bréhier (É.), 1949, « Originalité de Lévy-Bruhl », Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. 139, 1949, p. 385-388.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Catana (Leo), 2008, The Historiographical Concept “System of Philosophy”. Its Origin, Nature, Influence and Legitimacy. Leiden, Brill.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Cavaillé (Jean-Pierre), 1989, « Notes et documents sur le “Descartes de Lucien Lévy-Bruhl” », Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. 179, n°4, octobre-décembre, p. 453-463.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Charle (Christophe), Delangle (Christine), 1987, « La campagne électorale de Lucien Febvre au Collège de France, 1929-1932. Lettres à Edmond Faral », Histoire de l’éducation, n°34, p. 49-69.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Chevassus-au-Louis (Nicolas), 2004, Savants sous l’Occupation. Enquête sur la vie scientifique française entre 1940-1944. Paris, Seuil.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Chimisso (Christina), 2008, Writing the History of the Mind: Philosophy and science in France, 1900 to 1960s. Aldershot, Ashgate.

  • Devaux (André), 1986, « Naissance et essor de la collection “Philosophie de l’Esprit” (1934-1984) », dans Revue de l’Institut catholique de Paris, vol. 18, 1986, p. 5-23.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Domenicali (Filippo), Le Tinnier (Fabien), 2017, « Étienne Souriau : Fragments pour une biographie intellectuelle », Nouvelle revue d’esthétique, vol. 1, n°19, 2017, p. 151-196.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Dreyfuss (Ginette), 1989, « Avertissement de l’éditeur », dans Gueroult (M.), 1989, op. cit.

  • Estève (Claude-Louis), 1938, Études philosophiques sur l’expression littéraire. Paris, Vrin.

  • Fabiani (Jean-Louis), 1988, Les Philosophes de la République. Paris, Minuit.

  • Fabiani (J.-L.), 1989, « Sociologie et histoire des idées : l’épistémologie et les sciences humaines », dans Les Enjeux philosophiques des années 50. Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou, p. 115-130.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Febvre (Lucien), Bloch (Marc), 1935, Annales d’histoire économique et sociale « Réflexions sur l’histoire des techniques », vol. 7, n°36.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Fédi (Laurent), 2002, « Renouvier critique de Comte », dans Bourdeau (Michel) et Chazel (François) (dir.), op. cit.

  • Feuerhahn (Wolf), 2016, « De la Sorbonne au Collège de France, Enjeux du titre des chaires de Ribot », Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. 4, t. 141, p. 477-488.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Feuerhahn (W.), 2017, La Politique des chaires au Collège de France, Paris, Collège de France/Les Belles Lettres [coll. « Docet Omnia »].

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Feuerhahn (W.), 2017a, « L’atelier des intitulés du Collège de France », dans Feuerhahn (W.), p. 15-50.

  • Feuerhahn (W.), 2020, « L’École pratique des hautes études, antichambre du Collège de France ? », dans Fournet (Jean-Luc), 2020, op. cit., p. 275-322.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Fournet (Jean-Luc) (dir.), 2020, Ma grande église et ma petite chapelle. 150 ans d’affinités électives entre le Collège de France et l’École pratique des hautes études. Paris, Collège de France-École pratique des hautes études.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Friedmann (Georges), 1946, Problèmes humains du machinisme industriel. Paris, Gallimard.

  • Gilson (Étienne), 2019, Œuvres complètes, t. 1. Paris, Vrin.

  • Giolito (Claude), 2001, « Pratique et fondement de la méthode en histoire de la philosophie chez Martial Gueroult », Revue de métaphysique et de morale, n°2, p. 69-95.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Goldschmidt (Victor), 1970, « Temps historique et temps logique dans l’interprétation des systèmes philosophiques » (1953), dans Questions platoniciennes. Paris, Vrin, 1970, p. 13-21.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Gouarné (Isabelle), 2019, Les Sciences sociales face à Vichy. Le colloque Travail et Techniques de 1941. Paris, Classiques Garnier.

  • Gueroult (Martial), 1952, Leçon inaugurale : faite le mardi 4 décembre 1951. Paris, Collège de France.

  • Gueroult (M.), 1952b, « La voie de l’objectivité esthétique : M. E. Souriau », dans Mélanges d’esthétique et de science de l’art offerts à Étienne Souriau. Paris, Nizet, 1952, p. 95-124.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Gueroult (M.), 1930, Évolution et structure de la Doctrine de la Science de Fichte, 2 volumes. Paris, Les Belles Lettres.

  • Gueroult (M.), 1935, « Claude-Louis Estève », Bulletin de l’Association amicale des élèves de l’École normale supérieure, p. 66-69.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Gueroult (M.), 1938, « Préface », dans Estève, 1938, op. cit.

  • Gueroult (M.), 1974, « La méthode en histoire de la philosophie », Philosophiques, vol. 1, n°1, p. 7-19.

  • Gueroult (M.), 1989, Philosophie de l’histoire de la philosophie. Paris, Aubier, t. I.

  • Halbwachs (Maurice), 1999, « Ma campagne au Collège de France », Revue d’histoire des sciences humaines, vol. 1, n°1, p. 189-229.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Hamelin (Olivier), 1931, Le Système de Descartes. Paris, Alcan.

  • Henriet (Patrick) (dir.), 2018, L’École pratique de hautes études. Invention, érudition, innovation. De 1868 à nos jours. Paris, Somogy-EPHE.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Koyré (Alexandre), 2016, De la mystique à la science. Cours, conférences et documents, 1922-1962, Pietro Redondi (éd.). Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux ».

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Leroi-Gourhan (André), 1943-1945, Évolution et techniques. L’Homme et la matière, vol. I : Milieu et techniques. Paris, Albin Michel, coll. « Sciences d’aujourd’hui ».

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Lescourret (Marie-Anne), 1994, Emmanuel Lévinas. Paris, Flammarion.

  • Mateu (André), 1986, « Louis Lavelle et René Le Senne fondateurs de la collection “Philosophie de l’Esprit” », dans Revue de l’Institut catholique de Paris, vol. 18, p. 3-4.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Mauss (Marcel), 2012, « Les techniques et la technologie », dans Le travail et les techniques, numéro spécial du Journal de psychologie. Paris, Presses universitaires de France, p. 71-78.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Michel (Florian), 2018, Étienne Gilson : Une biographie intellectuelle et politique. Paris, Vrin.

  • Munari (Silvia) (éd.), 2005, Lettres de Marcel Bataillon à Jean Baruzi, autour de l’hispanisme. Turin, Nino Aragno.

  • Petit (Annie), 1995, « L’héritage du positivisme dans la création de la chaire d’histoire générale des sciences au Collège de France », Revue d’histoire des sciences, vol. 48, t. 4, p. 521-556.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Robin (Léon), 1935, « L’histoire et la légende de la philosophie », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n°60, 1935, p. 161-175.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Robin (L.), 1936, « Sur la notion d’histoire de la philosophie », Bulletin de la Société française de philosophie, n°36, p. 101-140.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Schatzberg (Eric), 2019, Technology. Critical History of a Concept. Chicago, Chicago University Press.

  • Schuhl (Pierre-Maxime), 1938, Machinisme et philosophie. Paris, Félix Alcan, [coll. « Nouvelle encyclopédie philosophique »].

  • Surprenant (Céline), 2017, « Le rôle des professeurs du Collège de France dans la création de l’EPHE », dans Fournet (Jean-Luc), 2020, op. cit., p. 147-171.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
*

Giuseppe Bianco, ne en 1976, est Research Assistant a Ghent University. Il a travaille sur l’histoire de la philosophie et l’histoire intellectuelle europeenne (19eme et 20eme siecle). Il est notamment l’auteur d’Apres Bergson (aux Presses Universitaires de France, 2015) et de L’angle mort des annees 1950 (dirige avec F. Fruteau de Laclos, aux Publications de la Sorbonne, 2016) ou, plus recemment, de “What was serious philosophy for the young Bergson?” (in A. Lefebvre, N. Schott, Interpreting Bergson. Cambridge University Press, Cambridge, 2020, p. 27-57) et de “Philosophies of Life” (in W. Breckman and P. Gordon (ed.), The Cambridge History of Modern European Thought, Cambridge University Press, 2019, p. 153-175). Adresse : 25, rue Keller, 75011, Paris. Adresse electronique : giuseppe.bianco@ugent.be. Site web : https://www.giuseppebianco.org.

1

Gueroult, 1952, p. 33.

2

Archives du Collège de France, Professeurs. Dossiers personnels 1790-1957, Étienne Gilson, 16 CDF 156, « Décret de mise à la retraite (30 décembre 1950) ».

3

Pour reprendre l’expression que Pierre Bourdieu avait utilisée pour caractériser Georges Canguilhem. Voir Bourdieu, 2016, p. 24.

4

Titulaire de la chaire de Langues hébraïque, chaldéenne et syriaque (1862-1892), révoqué en 1864, réintégré en 1870 ; administrateur du Collège de France (1883-1892).

5

Giolito, 2001, p. 72.

6

Gueroult, 1930, vol. 2, p. 242.

7

Ibid., vol. 1, p. 179.

8

Ibid., p. 153.

9

Goldschmidt, 1970.

10

Gueroult, 1952b.

11

En 1952, Souriau tenta, sans succès, de se faire élire à la chaire de Philosophie du Collège de France, laissée vacante par Louis Lavelle. Voir Domenicali et Le Tinnier, 2017.

12

Bianco, 2018.

13

Catana, 2008.

14

Pour cet aspect, voir Schatzberg, 2019.

15

Voir Braunstein, 2015.

16

Voir Febvre, 1935.

17

Voir Schuhl, 1938 et Friedmann, 1946.

18

Voir Gouarné, 2019.

19

Mauss, 2012.

20

Leroi-Gourhan, 1943-1945.

21

Le titre pourrait avoir été inspiré par Jean-Henri Lambert, qui, dans le Plan d’une l’architectonique ou théorie de ce qui est simple et premier dans la connaissance philosophique et mathématique (1771), avait appelé « Dianoiologie », la doctrine des lois universelles de la pensée.

22

Sans oublier l’aversion de Renouvier pour le positivisme. Voir Fédi, 2002.

23

Cavaillé, 1989.

24

Hamelin, 1931, p. 18.

25

Voir Robin, 1936 et 1935. Sur cette controverse, voir Chimisso, 2008.

26

Dreyfuss, 1989, p. v.

27

Gueroult, 1989, p. 18.

28

Ibid.

29

Ibid.

30

Bréhier, 1925.

31

Bréhier, 1940, p. 41.

32

Bréhier, 1949.

33

Ibid., p. 9.

34

Ibid.

35

Gueroult, 1974, p. 8.

36

D’autres chaires ont eu « philosophie » ou « philosophique » dans leur intitulé : la chaire de Philosophie morale, occupée par François-André-Adrien Pluquet (1716-1790) de 1776 à 1781. Cette chaire fut réunie par lettre patente du 8 janvier 1778 à la chaire d’Histoire, créée en 1769 par transformation de la chaire d’Hébreu, pour constituer la chaire d’Histoire et philologie morale ou d’Histoire et morale, une chaire d’Histoire générale et philosophique des législations comparées, dont Eugène Lerminier (1803-1857) fut le titulaire de 1831 à 1849 et la chaire de Philosophie sociale, occupée par Jean Izoulet (1854-1929) entre 1897 et 1929. Voir « Tableau des chaires depuis 1800 », L’Annuaire du Collège de France, n°112, 2013, p. 23-57.

37

Sur le transfert de Bergson, voir Feuerhahn, 2017, p. 37.

38

Pour l’histoire des chaires de philosophie, et de leur transformation, voir Alain De Libera, « La philosophie au tournant des années 1940 : Étienne Gilson » dans le présent dossier.

39

Dans le décret de création, l’intitulé de la chaire est Histoire de la philosophie moderne, mais la chaire est ensuite désignée dans les textes officiels Philosophie moderne. Voir Archives du Collège de France, Professeurs. Dossiers personnels, 1790-1957, Jean-Félix Nourrisson, 16 CDF 323-2, décret nommant Nourrisson professeur d’histoire de la philosophie moderne (1er janvier 1874). Nourrisson avait été chargé d’un cours de philosophie moderne avant d’être professeur en 1872-1873 (16 CDF 323-1a-1b).

40

Fabiani, 1988.

41

Voir Feuerhahn, 2016, Feuerhahn 2020, et Surprenant, 2020 dans Fournet, 2020. Voir aussi le Dictionnaire prosopographique de l’EPHE, https://prosopo.ephe.fr/.

42

Voir Petit, 1995.

43

Le Fonds des frères Jean et Joseph Baruzi (1876-1952) sont déposés à l’Institut de la mémoire de l’édition contemporaine : https://portail-collections.imec-archives.com/ark:/29414/a0114540780964pRUSS.

44

Charle et Delangle, 1987.

45

Archives du Collège de France, Assemblées de Professeurs. Comptes-rendus xx-xxie siècles, assemblée du 13 novembre 1932, 4 AP 455-e, « Chaire d’Histoire des religions : transformation en chaire d’Histoire de la civilisation moderne », Assemblées de Professeurs. Registres et pièces annexes, assemblée du 13 novembre 1932, 2 AP 13, p. 314-331, p. 345, et 4 AP 457-d, « Chaire d’Histoire de la civilisation moderne : présentation de L. Febvre en 1re ligne, G. Zeller en 2e. Assemblées de Professeurs. Registres et pièces annexes, assemblée du 13 novembre 1932, 2 AP 13, p. 335-343, ici p. 337-338.

46

Archives du Collège de France, Assemblées de Professeurs. Registres et pièces annexes, assemblée du 2 avril 1933, 2 AP 13, p. 344-349, ici p. 345.

47

Voir Munari, 2005.

48

Michel, 2018, Shook 1984.

49

Voir Lescourret, 1994, p. 52-53.

50

Sur l’élection de Gilson au Collège de France, voir l’article de Alain de Libera dans ce dossier. Élu professeur à l’École pratique avant de l’être au Collège, Gilson s’était consacré à la fois à la promotion du néo-thomisme – en publiant des ouvrages comme Le Thomisme : introduction à la philosophie de Saint Thomas d’Aquin (1919), et en collaborant à des revues catholiques comme La Vie intellectuelle et Sept – et avait travaillé, en tant qu’historien, sur le Moyen-Âge, en publiant notamment l’imposante La Philosophie au Moyen Âge (1922). Sa rencontre avec le libraire Joseph Vrin fut à l’origine de la création des éditions Vrin.

51

La Dialectique de l’éternel présent, composé par les tomes De l’Être (1928), De l’acte (1938), Du temps et de l’éternité (1945), et De l’âme humaine (1951), La Conscience de soi (1933), La Présence totale (1934), L’Erreur de Narcisse (1939).

52

Avec René Le Senne (1882-1954), également catholique et professeur de khâgne à Paris, Lavelle dirigea pendant dix ans la collection « Philosophie de l’esprit » chez l’éditeur catholique Aubier. Créée en 1934, à un moment où l’avant-garde philosophique inspirée de Paul Nizan (1905-1940) et Georges Politzer (1903-1942) exécrait la vie intérieure et le spiritualisme, la collection avait eu le mérite de publier quelques textes d’auteurs allemands, tous liés à des thématiques religieuses. Dans la collection, figurent des ouvrages du phénoménologue catholique Max Scheler (1936), des jésuites Auguste Valensin (1934) et André Niel (1945) et du théologien Maurice Nédoncelle (1942), des livres des chrétiens orthodoxes Nicolas Berdiaev (1936, 1944, 1946) et Vladimir Soloviev (1939), deux ouvrages de Fichte postérieurs à la querelle de l’athéisme, La Destination de l’homme (1942) et L’Initiation à la vie bienheureuse (1944), les Études kierkegaardiennes de Jean Wahl (1938), Je et Tu de Martin Buber (1937), Homo Viator de Gabriel Marcel (1946), mais aussi les Traités et sermons de Maître Eckart (1943) et la thèse de Maurice de Gandillac sur Nicolas de Cues (1941). En revanche, la collection n’avait publié aucun livre portant sur la philosophie et l’histoire de la science, ni des ouvrages de sociologie ou de psychologie. Voir Devaux, 1986, Mateu, 1986 et Albert, 1986.

53

Halbwachs, 1999, p. 209.

54

Archives du Collège de France, Fonds Louis Lavelle 1899-1999, Lettre de Gilson à Lavelle datée du 14 octobre 1921. Fonds Louis Lavelle, LVE-9-G-18.

55

À quelques occasions, comme lors de l’enterrement de Bergson, Lavelle avait remplacé, en tant que suppléant, Jacques Chevalier, secrétaire d’État à l’Instruction publique. Celui-ci avait rédigé une circulaire sur le renvoi obligatoire, avant le 19 décembre 1940, de tous les fonctionnaires juifs – au nom de la première loi antisémite du 3 octobre 1940 Voir Singer, 1992. Des centaines de collègues de Lavelle furent destitués, s’engagèrent dans la Résistance ou fuirent la France : en sociologie et ethnologie, Marcel Mauss, Raymond Aron (1905-1983), Georges Friedmann (1902-1977), Georges Gurvitch (1894-1965), Claude Lévi-Strauss (1908-2009), Henri Lévy-Bruhl (1884-1964), Anatole Lewitsky (1903-1942), Paul Rivet (1876-1958), et Boris Vildé (1808-1942) ; en histoire, Paul Léon (1874-1962), Paul Mantoux (1877-1956), en linguistique, Émile Benveniste (1902-1976), Jules Bloch (1880-1953) et Marcel Cohen (1884-1974), en psychologie, Ignace Meyerson (1888-1983) et Henri Wallon (1879-1962), en philosophie, Vladimir Jankélévitch (1903-1985), Jean Wahl (1888-1974) et Alexandre Koyré. Lorsque Maurice Halbwachs fut déporté à Buchenwald, où il mourut peu après sa déportation, Lavelle, son collègue au Collège, donnait tranquillement ses cours de métaphysique. Pour une vue d’ensemble sur la situation du champ scientifique sous le gouvernement de Vichy et l’Occupation, Voir Chevassus-au-Louis, 2004.

56

Rapports de présentation – 1800-1960, « Rapport en faveur de la création d’une chaire d’Histoire des idées philosophiques dans la France moderne par É. Gilson. », 1941, 4 AP 498-n, 4 p.

57

Ibid., p. 2.

58

Ibid., p. 4.

59

Rapports de présentation – 1800-1960, « Présentation des titres et travaux de M. Pradines, candidat à la chaire de Philosophie, par É. Gilson », 1941, 4 AP 499-w,7 p., p. 2.

60

Rapports de présentation – 1800-1960, « Présentation des titres et travaux de M. Pradines, candidat à la chaire de Philosophie, par É. Gilson », 1941, 4 AP 499-w,7 p., p. 4.

61

Fonds Louis Lavelle, Lettre de Gilson à Lavelle du 1er octobre 1942, LVE 9 G 18.

62

Fonds Louis Lavelle, Lettre de Gilson à Lavelle du 10 septembre 1945, LVE 9 G 18.

63

Voir Fabiani, 1989 et Bourdieu, 2016.

64

Rapports de présentation – 1800-1960, « Rapport en faveur de la création d’une chaire d’Histoire de la philosophie des temps modernes, par Jean Baruzi », 1951, 4 AP 542-r, 14 p.

65

Né à Auxerre en 1898, Gouhier avait été diplômé de l’École pratique en 1923 (La Pensée religieuse de Descartes, 1924), il avait obtenu un doctorat en 1926, en rédigeant deux thèses sur Malebranche, La Philosophie de Malebranche et son expérience religieuse et La Vocation de Malebranche. Il s’était ensuite fait connaître par des ouvrages de critique littéraire et théâtrale sur le positivisme, Maine de Biran et par un livre sur les rapports entre histoire et philosophie. Il a publié Notre ami Maurice Barrès (1928), L’Essence du théâtre (1943), La Vie d’Auguste Comte (1931), La Jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme (trois tomes : 1933, 1936, 1941), Les Conversions de Maine de Biran (1947), La Philosophie et son histoire (1943).

66

Après avoir occupé divers postes de chargé de cours à l’Institut d’études slaves entre 1922 et 1925, de chargé de conférences à l’École pratique entre 1922 et 1930 à la chaire de Gilson, et de maître de conférences à la Faculté des Lettres de Montpellier en 1930-1931.

67

Voir Rapports de présentation – 1800-1960, « Rapport en faveur d’une chaire d’Histoire de la pensée scientifique, par Lucien Febvre », 1951, 4 AP 542-p, 4 p. ; [Rapport de l’exposé de M. de Broglie (1 p., 11 mars 1951, 4 AP 542-n)].

68

« Rapport en faveur d’une chaire d’Histoire de la pensée scientifique, par Francis Perrin », 1951, 4 AP 542-o, 3 p., p. 2.

69

Ibid., p. 3.

70

« Rapport en faveur d’une chaire d’Histoire de la pensée scientifique, par Lucien Febvre », 1951, 4 AP 542-p, 4 p., p. 2.

71

Ibid., p. 3.

72

Assemblées des Professeurs. Comptes rendus xx-xxie siècle, 1884-2010, « Titres et travaux d’A. Koyré : fascicule » (février 1951), 4 AP 542-h.

73

Ibid., p. 10.

74

Ibid., p. 12.

75

Lettre de Martial Gueroult à Louis Lavelle du le 20 octobre 1945, Fonds Louis Lavelle, Collège de France, LVE 9 G 39.

76

Voir Gueroult, 1935 et 1938.

77

Rapports de présentation – 1800-1960, « Rapport en faveur de la création d’une chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophies, par Jean Pommier », 1951, 4 AP 542-q, p. 5.

78

Ibid., p. 7.

79

Ibid.

80

Ibid., p. 10.

81

Professeurs. Dossiers personnels des professeurs nés entre 1789 et 1958, Curriculum vitae de Gueroult et bibliographie (6p. Dactylographiées), 16 CDF 170, p. 4.

82

Ibid., p. 5.

83

Chaires. Historiques et évolution, Philosophie, Histoire de la philosophie au Moyen Âge, Lettre de M. Gueroult à l’administrateur (24 février 1951), 14 CDF 57-f.

84

Chaires. Historiques et évolution, Philosophie, Histoire de la philosophie au Moyen Âge, Lettre de M. Guéroult à l’administrateur (24 février 1951), 14 CDF 57-f.

85

Chaires. Historiques et évolution, Philosophie, Histoire de la philosophie au Moyen Âge, Lettres de J. Pommier à l’administrateur (2 pièces ; 26-28 février 1951), 14 CDF 57-f.

86

Ibid.

87

Rapports de présentation – 1800-1960, « Rapport en faveur d’une chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques, par Jean Pommier », 14 CDF 57-g1, 5 p.

88

Quelques-uns de ces éléments ont été soulignés par Feuerhahn dans Feuerhahn, 2017a, p. 5-50, qui reprend des hypothèses formulées par Pietro Redondi dans Koyré, 2016.

89

« Les professeurs du Collège de France confèrent l’honorariat à M. Étienne Gilson », Le Monde, 27 décembre 1956 : « On se rappelle que pendant les premiers mois de 1951 une violente campagne de presse fut déclenchée contre M. Étienne Gilson, ancien sénateur et membre de l’Académie française. Lorsqu’il demanda à prendre sa retraite au Collège de France avant de se rendre aux États-Unis, où il fit une série de conférences universitaires, puis au Canada, l’honorariat lui avait été refusé. La majorité requise étant de 17 suffrages, il n’en obtint que 16 – 9 de ses collègues s’étaient prononcés contre, 7 avaient déposé des bulletins marqués d’une croix.

Les adversaires de M. Étienne Gilson, sur la foi d’accusations portées contre lui par M. Waldemar Gurian, Américain d’origine allemande, professeur à l’université de Notre-Dame (Indiana), voyaient en lui le champion du « neutralisme » et un détracteur systématique du pacte atlantique. »

90

Rapports de présentation – 1800-1960, « Présentation des titres et travaux de Martial Gueroult et Jean Hyppolite, candidats à la chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques, par Louis Lavelle », 1951, 14 CDF 57-g2.

91

Fonds Martial Gueroult, Correspondance, correspondance reçue 16 juillet 1953-20 juillet 1955, 70 CDF 168-15. La date qui figure est celle du 29 juin 1955, mais le fait que Gilson remercie Gueroult pour l’envoi du premier tome de Descartes selon l’ordre des raison, paru en 1953, laisse penser que la lettre avait été rédigée à ce moment-là.

92

Ibid.

93

Rapports de présentation – 1800-1960, 14 CDF 57-g1. Il existe un brouillon de ce rapport montrant quelques ratures : « Histoire et technologie des systèmes philosophiques. Rapport présenté par M. Jean Pommier », 1951, 4 AP 542-q.

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 293 90 0
Full Text Views 165 70 13
PDF Views & Downloads 207 98 13