Save

Le zoophyte comme limite du merveilleux naturel à la Renaissance

Le cas des conches anatifères

The zoophyte and the boundary of wonder at the Renaissance

The strange case of the concha anatifera

Der zoophyt als die grenze des wunderbaren natürlichen in der Renaissance

Der fall der concha anatifera

植形动物,与文艺复兴时期“自然奇观”的边界

关于藤壶的特殊案例

In: Revue de Synthèse
Author:
Laurent-Henri Vignaud Maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Bourgogne France

Search for other papers by Laurent-Henri Vignaud in
Current site
Google Scholar
PubMed
Close
Full Access

Résumé

Les zoophytes, étranges êtres mi-animaux mi-végétaux, fascinent les naturalistes depuis l’Antiquité. Ces hybrides sont généralement conçus comme des êtres intermédiaires qui rendent sensible la continuité naturelle à travers l’échelle du vivant. Mais quand il s’agit des « conches anatifères », des coquillages écossais que l’on dit naître du bois pourri et engendrer des oiseaux (les bernaches), le savoir naturaliste de la Renaissance atteint ses limites. Les érudits discutent de la possibilité du phénomène en reconsidérant les théories de la génération spontanée et en enquêtant sur ces merveilleux coquillages présents dans certains cabinets de curiosités. Remise en cause, la légende s’envole un peu plus loin, jusqu’en Chine, pour survivre à l’examen critique.

Abstract

The strange beings known as zoophyta, half animal, half vegetal, have captivated naturalists from Antiquity onward. They have seen these hybrids as missing links exemplifying the uninterrupted continuity of the chain of living beings. However, the case of the so-called concha anatifera, Scottish shells supposedly engendered from putrefying wood or fir-tree before maturing into birds (barnacle-goose), pushed Renaissance naturalist knowledge to its limits. Scholars of the time have debated its likelihood by reviewing ancient theories of spontaneous generation and looking at actual specimens kept as wonders of nature in European Wunderkammers and more directly accessible to them than the supposed phenomenon occurring in Northern regions. Called into question, the wonder ultimately flied away to reach China and survived this critical scrutiny.

Zusammenfassung

Zoophyten, seltsame Wesen, halb Tier, halb Pflanze, haben Naturforscher seit der Antike fasziniert. Diese Hybriden werden im Allgemeinen als Zwischenwesen aufgefasst, die für die natürliche Kontinuität auf der Skala der Lebewesen sensibilisieren. Doch bei den sogenannten Concha Anatifera, den schottischen Muscheln, die angeblich aus verrottendem Holz entstehen und Vögel (Gänse) hervorbringen, stößt das naturwissenschaftliche Wissen der Renaissance an seine Grenzen. Gelehrte diskutieren die Möglichkeit des Phänomens, indem sie die Theorien der Spontanzeugung überdenken und diese wunderbaren Muschelschalen untersuchen, die in einigen Kuriositätenkabinetten vorhanden sind. Als sie in Frage gestellt wird, fliegt die Legende ein wenig weiter, nach China, um die kritische Prüfung zu überstehen.

摘要

植形动物,介于动物与植物间的奇特存在,自古代以来便令自然学家们着迷。这类混种一般被认定为中介物种,向我们揭示生物层级类别之间的连续性。但在碰到 concha anatifera 这种苏格兰贝类生物时,由于人们说它生于腐木,并在成熟时生成鸟类(雁),因而将文艺复兴时期的自然学知识推展到极限。博学家们彼此讨论这个现象、重新思考古老的自生理论,并对这些在奇观展览柜中出现的神秘贝类详加考察。在受到质疑时,这份传奇性物件远飏中国,从批评性的考验中幸存。

Sketch

Among the many marvels bequeathed by medieval scholarly literature, there are few that do not find their inspiration in the authors of antiquity. The barnacle shells, these English, Irish or Scottish shells from which ducks or geese emerge, are among these exceptions. One of the first complete accounts about them appears in the 13th century in the Otia imperialia of Gervase of Tilbury, from earlier and mostly British sources dating back to the end of the 10th century. Undoubtedly linked to a northern folkloric background, the phenomenon joins a classic theme of ancient biology: that of intermediate beings, marvelous, which illustrate – a bit like our mythical “missing links” – the continuity of life in the natural order. Some examples are well known and have long aroused the interest of philosophers and scholars: the sponge, the coral, the mandrake root, the rose of Jericho, etc. Because the medieval tradition specifies that the fruits, worms, or shells that give birth to geese are themselves generated by coastal trees or driftwood in a state of putrefaction, barnacles are comparable to the zoophyta of the Greeks or the plantanimalia of the Latins. In Aristotelian or Plinian terms, these wonders are not so new. They are part of a mental and philosophical framework that was inherited by the scholars of the Renaissance who tried, in turn, to say their piece.

Nevertheless, on these questions as on others, the knowledge of the Latins (Pliny) and that of the Greeks (Aristotle) are not interchangeable. To these divergences were added, during the Renaissance, the contributions of the Neoplatonic tradition, which further extended the field of possibility in Nature. The scholars of this period, largely dependent on their medieval predecessors but admirers of classical texts, thus contributed to redefining the limits of the natural wonder by selecting the aspects of the legend that best suited them. The interest of the Moderns in fabulous stories, and especially that of zoophytes, is an avatar of the heckled fate of Aristotelian thought in the Renaissance. The mountain of new arrivals by whole boats from the colonies can deter the most reckless sceptics. The object, especially the one that is staged in the cabinets, acquires an autonomous and unprecedented epistemic value; so, does its iconographic avatar.

The debate that began during the Renaissance about this marvel took two directions. The first is to deal with the ambiguity of the classification of the anative conches in the tradition of botanical reflection on zoophytes. The example, although implausible, appears as emblematic of these strange “plant’animals”. The second one consists in exposing the causes that can allow such an unexpected type of engenderment. The barnacle conches then enter into the wider discussion on the possibility of spontaneous generation, a problem that preoccupied biologists until Pasteur. In the first case, the question is to know if a plant can bear an animal in its fruits, and secondly if an animal with a “vegetal” behavior, so to speak, like a shell, can engender a “sensitive” animal like a duck or a goose. In the second case, the question is to know by what processes a piece of rotting wood (i.e., a dead matter) would be able to give rise to shells and if these can give rise, in an even more prodigious way, to birds. The two problems are linked from the outset in Aristotle.

The role of iconography in the debate is decisive. Medieval illustrations represent the wonder in the form of a tree or a coastal bush from whose branches birds hang by their beaks. The real modern iconographic tradition begins in 1550 in the Cosmographia universalis of Sebastian Münster: his engraving represents a beautiful tree at the water’s edge from which hangs a kind of round fruit split in two, some of which, the most open, show the head of a duck. Other birds are swimming near the tree. An important step in the evolution of iconography was taken with the publication of Aldrovandi’s Ornithologia (1603). The Bolognese naturalist describes at length the barnacle goose and declares that he would rather err with the multitude than go against the advice of so many authors who attest to it. He produces first a mixed image where the beautiful tree of Münster is adorned with the feathered conches of Lobel and Pena, but above all, in the appendix, a series of seven small images of the conches and the goose. Discussions continued in the first half of the 17th century and led to the production of new images. Attention is now focused on shells, either as real objects or from their isolated representation of any Scottish shoreline and even barnacle geese.

Thus, the geographical wonder that makes us dream of distant lands is gradually replaced by a wonder by fragment or by relic: this is the mediating role played by the objects exhibited in the cabinets of curiosities. It is necessary to measure the change of glance which is thus induced: the attention is henceforth focused not on a mythical Nordic fir-tree which nobody ever saw but on shells (Lepas anatifera L.) which one finds almost everywhere, from the banks of the Thames to the bay of Naples.

Anative conches appear not only as the limit of the possibilities offered to Nature but also as the limit of what is conceivable, so much they lead to questioning the reality of the rarest phenomena. They then represent for the scholars of time what the “exceptional normal” is to historians now practising microstoria: a situation so exceptional that it makes it possible to define by contrast what is banal, demonstrating how far rules can be perverted and what they are when they are not. Zoophytes contributed to the emergence of a new type of rationality and naturalistic empiricism in the mid-17th century.

Parmi les nombreuses merveilles léguées par la littérature savante médiévale, rares sont celles qui ne trouvent pas leur inspiration chez les auteurs de l’Antiquité1. Les conches anatifères, ces coquillages anglais, irlandais ou écossais d’où sortent tout formés des canards ou des oies bernaches, font partie de ces exceptions. L’un des premiers récits complets à leur propos apparaît au XIIIe siècle dans les Otia imperialia de Gervais de Tilbury2, à partir de sources antérieures et pour la plupart britanniques qui remontent à la fin du Xe siècle3. Divers auteurs, tels Giraud de Barri, Urso de Salerne, Alexandre Neckam, Jacques de Vitry, Vincent de Beauvais, Roger Bacon, Pierre d’Irlande, Barthélemy l’Anglais, Pierre d’Espagne, Albert le Grand ou encore Jean de Mandeville en font mention. Il serait pourtant faux de prétendre que ces oiseaux, que l’on dit tantôt tombés d’un arbre (« variante méditerranéenne »4) ou nés dans des coquilles, sont une pure invention médiévale. Sans aucun doute lié à un fond folklorique septentrional, le phénomène rejoint un thème classique de la biologie ancienne : celui des êtres intermédiaires, plus ou moins merveilleux, qui illustrent – un peu à la manière de nos mythiques « chaînons manquants » – la continuité de la vie dans l’ordre naturel. Certains exemples sont bien connus et ont suscité depuis longtemps l’intérêt des philosophes et des savants : l’éponge, le corail, la racine de mandragore, la rose de Jéricho, etc. Parce que la tradition médiévale précise que les fruits, les vers ou les coquillages qui donnent naissance aux oies sont eux-mêmes engendrés par des arbres littoraux ou du bois flottant en état de putréfaction, les bernacles sont assimilables aux zoophyta des Grecs ou aux plantanimalia des Latins. En termes aristotéliciens ou pliniens, ces merveilles ne sont donc pas si nouvelles. Elles entrent dans un cadre mental et philosophique qu’ héritent les érudits de la Renaissance qui tâchent, à leur tour, d’en dire leur mot.

L’héritage antique

Néanmoins, sur ces questions comme sur d’autres, le savoir des Latins (en particulier Pline) et celui des Grecs (notamment Aristote) ne sont pas interchangeables. À ces divergences s’ajoutent, à la Renaissance, les apports de la tradition néoplatonicienne qui étend encore le champ du possible dans la Nature. Les savants de cette période, dépendants pour une grande part de leurs devanciers médiévaux mais admirateurs des textes classiques, contribuent donc à redéfinir les limites du merveilleux naturel en sélectionnant les aspects de la légende qui leur siéent le mieux.

Commençons par examiner l’héritage antique, notamment péripatéticien, à partir d’une source tardive mais qui résume parfaitement les grandes options du savoir naturaliste à la Renaissance. Il s’agit de l’une des Conférences du Bureau d’Adresse de Théophraste Renaudot consacrée aux « zoophytes ou plant’animaux »5. Le premier interlocuteur de cette Conférence datée de 1638, clairement identifié comme le plus aristotélicien, rappelle ainsi que parmi tout ce qui est « imaginable » en Nature, il existe des êtres dotés d’âmes « moyennes entre le sentiment et la raison, mais aussi entre la végétation et le sentiment » qui outrepassent les distinctions habituelles entre « âmes végétatives, sensibles et raisonnables ». De ces êtres intermédiaires, le grand Philosophe a parlé notamment dans le livre IV des Parties des animaux et à plusieurs reprises dans l’Histoire des animaux. Ses exemples sont cependant strictement limités aux animaux marins tels que méduses, huîtres, étoiles de mer ou éponges. C’est leur immobilité ou le fait qu’ils sont fixés aux rochers qui fait d’eux des zoophytes, leur définition s’établit donc strictement selon des critères fonctionnels : ce sont bien des animaux mais qui se comportent comme s’ils étaient des plantes ou, comme le dit le premier interlocuteur de la Conférence, « quelque chose de moins que l’animal, et de plus que la plante ». La distinction que vient brouiller le zoophyte est celle qui permet de séparer les choses qui sont (les pierres) des choses qui vivent (les plantes), des choses qui sentent (les animaux) et des choses qui pensent (l’homme). Aristote constate empiriquement que cette distinction, en temps normal pleinement pertinente, connaît quelques exceptions mais il limite ce constat au monde aquatique où se manifeste un continuum naturel à peine hiérarchisé, et peut-être ailleurs invisible, qui conduit des êtres les plus inertes à ceux qui sont le plus « animés », dont l’homme serait le modèle achevé. Cette démarche est celle d’un philosophe-classificateur qui, après avoir établi le critère de distinction des trois « âmes », est bien obligé de tenir compte des êtres qui n’entrent pas dans les cases. Mais Aristote n’introduit pas de merveilleux dans sa réflexion (éponges, étoiles de mer, corail, etc., ne sont pas si rares ni fabuleux), il ne suggère pas une échelle des êtres stricto sensu et n’utilise même pas de terme spécifique pour définir les animaux étranges dont il parle6.

En effet, le terme même de zoophyton est introduit au premier siècle de notre ère par Philon d’Alexandrie, un philosophe péripatéticien converti au platonisme. De là naît une seconde tradition, platonisante puis chrétienne, qui se superpose puis se substitue peu à peu à la doctrine aristotélicienne. Les deux autres interlocuteurs de la Conférence du Bureau d’Adresse en témoignent. Le propos du deuxième, assez court, sert de transition entre le discours des deux autres : ce deuxième débatteur affirme, au contraire du premier, que les « formes sont indivisibles, et particulièrement les âmes » et, évoquant le rasoir d’Ockham, recommande de ne pas multiplier les « choses sans nécessité » : si les êtres intermédiaires étaient possibles, il y aurait des « demi-hommes et demi-bestes », ce qui n’est pas. On voit ici poindre l’angoisse, en termes presque pré-darwiniens, de l’existence d’un être intermédiaire entre l’homme et l’animal – pensée ô combien sacrilège – ou, plus audacieux encore, entre l’homme et la plante, ce qui laisse soupçonner quelque intervention démoniaque7. L’avis de ce deuxième interlocuteur sonne comme un avertissement : on se trouve là en terrain sensible d’un point de vue théologique. Ces réserves étant faites, le troisième débatteur peut prendre la parole et la garder pour opérer la synthèse : il existe bien une différence entre les êtres (et les âmes) mais elle est plus en degré qu’en nature. Chaque « âme » réalise ses potentialités : les êtres les plus modestes sont seulement végétatifs, d’autres à l’âme plus développée sont sensibles, d’autres enfin (les hommes seuls) sont raisonnables. D’où cette curieuse formule qui vient tout résumer : « l’arbre pour exercer moins d’opérations de son âme que les animaux n’en est pas moins animal. » Plus continuiste encore que le premier mais plus nominaliste que le deuxième, ce troisième interlocuteur défend la thèse d’une seule et « même âme qui agit différemment » et dont on ne peut définir des états fixes si ce n’est au travers de cas singuliers.

Il n’y a donc en réalité dans la Nature que des êtres intermédiaires. D’où l’importance désormais des zoophytes dans la pensée naturaliste : ce ne sont plus des erreurs ou des écarts de la Nature, ce sont des modèles de l’ordre naturel. C’est pourquoi ce troisième débatteur a besoin d’étendre la catégorie des zoophytes, y compris par le merveilleux, s’éloignant ainsi de l’orthodoxie aristotélicienne. Il s’ensuit une énumération des principaux zoophytes « stars » de la Renaissance, bien plus rares et mystérieux que les éponges et le corail : l’agneau de Scythie ou Borametz (une plante de Tartarie dont la forme rappelle celle d’un agneau recouvert de laine et qui saigne si on la coupe), notre bois d’Écosse « lequel estant trempé dans l’eau se convertit en canard », l’arbre décrit dans l’Itinéraire d’Antonio Pigafetta (compagnon de l’expédition Magellan entre 1519 et 1522), dont les feuilles s’enfuient quand elles tombent à terre, les inévitables mandragores de Hongrie, le Baaras mentionné par Flavius Josèphe qui « reluit la nuit », le baume qui, d’après Pline, « frémit à l’approche du fer », le mimosa pudique, etc. Outre le poids des récits de voyages dans cette énumération, son imprégnation platonicienne est évidente. Elle se démasque lorsque l’interlocuteur soutient enfin que l’homme lui-même est « un arbre renversé », non pas tant par sa « figure » (les cheveux semblant, par exemple, être ses racines) que par sa nature d’« animal divin » qui cumule toutes les âmes mais aussi les subsume « comme font les degrez d’un escalier qui pour être plus haut ou plus bas n’en sont pas moins semblables ».

L’évocation par ce troisième débatteur du thème de l’escalier ou de l’échelle des êtres8 renvoie aux accointances du néoplatonisme avec le christianisme ainsi qu’aux dangers théologiques que cette alliance fait encourir à la philosophie. On trouve dans le Liber de sapiente (1510) de Charles de Bovelles une intéressante gravure qui illustre l’échelle des êtres : à gauche, la gradation classique (telle qu’on la trouve déjà chez Lulle ou Raymond de Sebonde) qui mène des éléments inertes, ou « subsistants », à l’homme « raisonnable » en passant par le végétal « vivant » et l’animal « sentant » ; à droite, une échelle propre à l’âme humaine qui peut se révéler inerte dans l’acédie, principalement « végétative » et préoccupée de se nourrir dans la gourmandise, prisonnière de ses « instincts animaux » dans la luxure et enfin pleinement « raisonnable » dans l’étude. Le sommet de l’escalier humain est donc occupé par le studiosus, animal divin par excellence. Mais cet anthropocentrisme est en partie remis en cause à la Renaissance du fait des découvertes de merveilles du Nouveau Monde qui accréditent l’idée d’une Nature à qui tout est permis. Ainsi, l’attribution de qualités animales voire humaines (comme la parole) aux végétaux ou aux êtres inférieurs n’est pas sans risque pour les auteurs, à l’instar de Cardan dont le De subtilitate (1550) fut censuré pour avoir attribué une « sensibilité » animale à certaines plantes, mais elle reste très communément défendue9. Quoi qu’il en soit, la prudence d’un Aristote qui fait des zoophytes une exception qui confirme la règle est abandonnée au profit d’une doctrine syncrétique qui s’accommode fort bien d’une Nature magicienne et joueuse, où la merveille occupe le premier rang et remplit un rôle heuristique10.

Les conches anatifères

Cette dimension paradigmatique des zoophytes est démontrable par l’exemple des conches anatifères qui nous préoccupent. De la Renaissance à la fin du XVIIe siècle, presque tous les naturalistes mentionnent cette merveille : Gesner au livre III de ses Historiae animalium (1555), Belon dans son Histoire de la nature des oiseaux (1555) lorsqu’il décrit l’oie nonnette, Lobel et Pena à la toute fin de leur Stirpium adversaria nova (1571), Daléchamps dans son Historia generalis plantarum (1586) en recopiant les précédents, Fabio Colonna dans son Phytobasanos (1592) lorsqu’il évoque une espèce de coquillage appelé anatife, John Gerard (1597) qui conclut son traité botanique The Herball par un chapitre sur le « Goose-tree or Barnakle-tree », Aldrovandi dans ses Ornithologiae (1603), Clusius dans une note additive à ses Exoticorum libri (1605), Liceti au détour de son De spontaneo viventium ortu (1618), Sennert en conclusion de ses Hypomnemata physica (1636), Harvey dans ses Exercitationes de generatione animalium (1651) et plus tard, sous une forme encyclopédique, dans les Centuriae (1661) de Thomas Bartholin et la Physica curiosa (1662) du P. Schott qui récapitulent tous deux longuement le savoir acquis depuis un siècle. Le débat se poursuit jusqu’au l’orée du siècle suivant, impliquant des savants comme Kircher et Francesco Redi.

Plusieurs de ces auteurs concluent leur livre par cet exemple : il faut y voir l’indice d’une pensée naturaliste qui atteint ses limites. Si une merveille aussi merveilleuse est vraie, de sorte que des canards ou des oies naissent de coquillages (tous n’ont pas l’air d’y croire), alors on pourra dire que la Nature est bien facétieuse et dotée d’une grande plasticité11. Le raisonnement est parfois inverse : partant du postulat que la Nature peut tout, l’histoire des conches anatifères vient en procurer une illustration qui, à défaut d’être pleinement crédible, est au moins fort démonstrative. C’est pourquoi, même quand il y a trace de scepticisme, tous ces auteurs en discutent sérieusement.

Une première chose est certaine : leur attitude est plutôt plus crédule que ne le fut celle des savants aux siècles précédents, et leur connaissance de la Nature exotique à travers la littérature de voyages encourage davantage au réenchantement du monde qu’à son désenchantement. En effet, parmi les savants qui ont discouru des bernacles au Moyen Âge, la plupart mettent en cause la légende : Roger Bacon, fidèle à la pensée d’Aristote, ne peut admettre de génération monstrueuse chez les plantes ; d’autres comme Urso de Salerne ou Barthélemy l’Anglais tâchent d’intégrer à toute force les bernaches dans une réflexion plus générale sur la génération dont elles représentent un cas extrême et somme toute rarissime ; Pierre d’Espagne estime qu’il est « contre la raison de penser qu’un animal aussi noble puisse naître d’un arbre » ; Albert le Grand affirme avoir vu ces animaux nicher, ce qui selon lui clôt le débat ; quant à Frédéric II, il va jusqu’à organiser une véritable expédition scientifique vers les îles britanniques pour vérifier si les bernaches pondent des œufs et si du bois pourri collecté dans ces régions peut donner naissance à de tels animaux, en vain. L’effort rationalisant de la pensée scientifique médiévale place donc la croyance aux conches anatifères sous condition. Le plus surprenant est que certains observateurs modernes, comme Belon12 ou le navigateur Barents parti explorer le Spitzberg13, qui mentionnent avoir vu les nids des oies bernaches ne sont pas non plus en mesure de faire cesser la controverse : ils apportent certes un témoignage de première main mais qui n’est pas plus déterminant ou décisif qu’un autre.

En effet, la littérature de voyage consécutive aux Grandes Découvertes a plutôt renforcé les légendes les plus extravagantes, tant la Nature du Nouveau Monde semblait merveilleuse. La profusion des espèces et leurs propriétés quelquefois étonnantes ne cessèrent de susciter l’admiration des Modernes en même temps qu’elles les conduisaient à réviser leur jugement sceptique. Jacques Daléchamps l’exprime ainsi à l’occasion de son propos sur les conches anatifères :

Les anciens historiens ont escrit beaucoup de choses que l’on tient pour fabuleuses et mesme on s’en mocque : & toutefois nous sommes contrains en fin de confesser qu’elles sont vray-semblables, pource que nous voyons devant nos yeux des miracles de nature beaucoup plus estranges que ceux dont il est fait mention ès histoires14.

De fait, le Grand Nord est comme un continent « nouveau » qui commence à peine à être mieux connu et décrit, comme en témoigne le succès rencontré par l’Historia de gentibus septentrionalibus (Rome, 1555) d’Olaus Magnus15. À l’inverse, l’argument des oies qui nichent avancé par des « viateurs », pour certains analphabètes, est de peu de poids face à l’autorité des anciens auteurs et, quand bien même ils auraient raison, rien n’interdit de penser que ces oies nées de bois pourri sur les rivages de l’Écosse viennent ensuite se reproduire sur quelque rocher perdu au milieu de la mer de Barents. L’hypothèse contraire, et pourtant vraie, à savoir que ces oies se reproduisent dans le Grand Nord puis viennent hiberner sur les côtes irlandaises et écossaises, n’est que très rarement évoquée. Lorsque plusieurs monographies, dont celles du hollandais Senguerdius (1658) et du médecin allemand Anton Deusing (1659), eurent sérieusement écorné la légende, il suffit qu’une nouvelle venue de Chine, annonçant qu’un oiseau y naît dans une fleur ou qu’il y existe un animal mi-poisson mi-oiseau16, vienne à l’oreille des naturalistes pour qu’une explication alternative du phénomène soit aussitôt trouvée. Elle est notamment formulée par le P. Kircher17 et est désignée dans l’historiographie comme la théorie « flottiste » : certains oiseaux pondent leurs œufs dans des rochers au bord de la mer mais il arrive que celle-ci brise la ponte ; la semence se répand alors dans l’eau et est consommée par les poissons qui, ainsi fécondés, se transforment au printemps en oiseaux puis, quand la semence est épuisée, redeviennent poissons jusqu’au prochain cycle. Une variante, également défendue par Kircher, est qu’un même phénomène se produit dans le Grand Nord mais que la semence volatile se fixe ici dans des algues, du bois flottant ou des coquillages pour ensuite donner naissance aux fameuses oies bernaches18.

Le débat qui s’engage à la Renaissance à propos de cette merveille prend donc deux directions. La première consiste à traiter l’ambiguïté classificatoire des conches anatifères dans la tradition de la réflexion botanique sur les zoophytes. L’exemple, quoiqu’invraisemblable, apparaît alors comme emblématique de ces drôles de « plant’animaux ». La deuxième consiste à exposer les causes qui peuvent permettre un type aussi inattendu d’engendrement. Les conches anatifères entrent alors dans la discussion plus vaste sur la possibilité de la génération spontanée, problème qui préoccupe les biologistes jusqu’à Pasteur. Dans le premier cas, la question est de savoir si un végétal peut porter un animal dans ses fruits, et secondairement si un animal au comportement pour ainsi dire « végétal » comme un coquillage peut engendrer un animal « sensible » comme un canard ou une oie. Dans le deuxième cas, la question est de savoir par quels procédés un morceau de bois en putréfaction (c’est-à-dire une matière morte) serait capable d’engendrer des coquillages et si ceux-ci peuvent donner naissance, de façon encore plus prodigieuse, à des oiseaux. En réalité, les deux problèmes sont liés dès l’origine chez Aristote. Celui-ci affirme en effet dans le même temps que les zoophytes appartiennent exclusivement au monde aquatique et, par ailleurs, que la génération spontanée est un phénomène qui concerne principalement les êtres imparfaits, tels qu’insectes, vers, certains poissons et la totalité des testacés : les coquillages n’ont, dit-il, ni mâles ni femelles comme les plantes, ne portent pas de fruits comme les animaux et s’engendrent « par une certaine coagulation de terre et d’eau » (G. A., I, 23)19.

En 1623, dans son célèbre Pinax, Gaspard Bauhin tente – sans y parvenir tout à fait – de mettre de l’ordre dans l’indétermination botanique des « arbres anatifères »20. Il repère trois traditions textuelles et iconographiques qui ne se recoupent que partiellement. La première est celle qui mentionne le bois de certains arbres nordiques qui, en se putréfiant, engendre des vers qui eux-mêmes se transforment en canards. C’est notamment la version transmise par l’historien écossais Hector Boèce en 152721, texte repris par la plupart des naturalistes de la Renaissance, par le juriste napolitain Alessandro Alessandri ou encore le médecin milanais Jérôme Cardan. La deuxième concerne ces arbres écossais dont les fruits tombant dans l’eau se transforment en canards. Les sources sont ici principalement tirées de la littérature géographique, en particulier Münster et Thevet. La troisième prétend que les feuilles de cet arbre se transforment en canards si elles tombent sur terre et en poissons si c’est dans l’eau. La référence est ici unique : Claude Duret22. Bauhin ne donne pas son avis mais n’oublie pas de recopier le témoignage des Hollandais qui ont vu les bernaches nicher dans le Grand Nord. On le voit, l’histoire exacte de ces curieuses bernaches n’est, dans le premier quart du XVIIe siècle, toujours pas fixée. Le syncrétisme philosophique propre à cette époque conduit nos auteurs à formuler une multitude d’hypothèses, soit pour rendre compte de l’hybridité des zoophytes, soit pour discuter de leur mystérieux engendrement. Parce que ces auteurs se lisent les uns les autres et se plagient, nous examinerons dans l’ordre chronologique quelques-uns de ces discours.

La tradition textuelle

Gesner (1555) aligne les autorités – à commencer par Hector Boèce qu’il recopie intégralement – sans prendre parti, mais il accorde une large place au récit du botaniste William Turner, auteur d’un herbier anglais paru en 1551, lequel affirme que les bernaches naissent d’un lichen qui envahit certains arbres du littoral écossais et adopte peu à peu forme animale avant de tomber dans l’eau et de prendre vie. Aristote (H. A., V, 19) qui signale ces « espèces de sachets plus gros que des grains de raisin » charriés par un fleuve de la région du Bosphore et d’où sortent de petits insectes qu’il nomme éphémères sert ici de caution23. Le débat prend à la même époque l’allure d’une polémique par la confrontation des deux meilleurs ennemis du XVIe siècle : Cardan et Scaliger. Cardan évoque les conches anatifères dans son De rerum varietate (1557) : il a des doutes mais rappelle que s’il est acquis – comme l’attestent Virgile et Homère – que l’Océan est « père des choses » (« patrem rerum ») et qu’il est fréquent que des animaux imparfaits naissent de la pourriture, il ne faut pas tant s’étonner si des animaux plus achevés y trouvent leur semence, rappelant que les rats dont certains Anciens disent qu’ils naissent de la boue sont des êtres parfaits et qu’en Égypte des animaux tels que des lièvres ou des petits chevreuils naissent des limons particulièrement fertiles du Nil24. Pour une fois, Scaliger renchérit sur Cardan dans ses Exercitationes (1557) plus qu’il ne le réfute : il allègue les gales des plantes décrites par Théophraste et les insectes auxquels elles donnent naissance et mentionne « une certaine coquille » présentée au roi François Ier dans « laquelle il y avait un petit oiseau, presque parfait » (« concha non admodum magna cum avicula intus pene perfecta »)25. Un an auparavant dans son commentaire aux deux livres du Pseudo-Aristote De Plantis, Scaliger renvoyait au « troisième mode d’engendrement, le plus rare » (« tertius modus hujuscemodi progressionis naturae est rarior ») que l’on rapporte, dit-il, faussement au phénix mais véritablement aux bernaches d’Écosse26.

L’histoire des conches anatifères est ensuite racontée en long dans l’Adversaria nova (1571) des botanistes Lobel et Pena qui prétendent avoir découvert de semblables coquillages sur la carène de navires échoués au bord de la Tamise : ils ne peuvent cependant garantir que ces coquillages naissent de vers qui rongent le bois pourri mais assurent qu’ils tombent aussi des arbres écossais et que ceux qui sont emportés par les flots deviennent des oiseaux27. Della Porta, dans sa Magia naturalis (1588), après avoir cité Olaus Magnus, Münster et Turner d’après Gesner, convoque Paracelse et Ficin, avant de s’engager dans une réflexion sur l’origine des anguilles dont Aristote (H. A., VI, 16) dit qu’elles ne portent pas d’œufs et sont issues de vers appelés « entrailles de la terre ». Della Porta promet même une recette à base d’algues et de boue capable d’accomplir un tel miracle naturel28. Bodin, dans son Universae naturae theatrum (1596), produit un raisonnement ambigu dont il a le secret : il croit entièrement à l’existence des conches anatifères puisqu’Ortelius lui a montré ces « coquilles », mais il pense qu’elles sont moins des « zoophites » que les moules qui viennent d’une algue puisque le volatile s’y engendre et s’y développe comme dans un œuf « ne plus ne moins que le petit embryon du ventre de sa mère », tandis que les moules nées d’une algue restent dans leur état et « n’abandonnent jamais leur coquille, mais se reserrent dedans, comme en une maison à doubles portes ». Bodin est donc l’un des rares à avoir remarqué la discordance entre l’histoire des conches anatifères et la théorie des zoophytes, puisqu’une fois devenues oies ou canards les bernaches ne sont rien d’autre que des oiseaux, comme les foulques que l’on dit pouvoir naître également du bois pourri29. Un autre démonologue, le P. Delrio, s’interroge dans ses Disquisitiones magicae (1599) : puisqu’il est notoirement permis aux magiciens de créer des êtres imparfaits (vermines, insectes, grenouilles), leur est-il aussi permis de créer des êtres parfaits ? Oui, quand il s’agit d’animaux nés de la pourriture d’un fruit ou du bois comme sont les bernaches (« quosdam anseres imperfectiores »), mais pas si leur mode de reproduction est sexué30. Le mode d’engendrement singulier des bernaches ne permet pas de les considérer tout à fait comme des animaux parfaits : quoi qu’en pense Bodin, leur parenté avec les zoophytes est indéniable. L’argument est, quelque temps plus tard, repris par le médecin allemand Taurellus qui assure dans son De rerum aeternitate (1604) qu’il y a autant de possibilités de procréation – des insectes et de la vermine mais aussi, pourquoi pas, des oies ou des canards – qu’il y a de sortes de putréfactions (« pro hujusce differentiis varia etiam nascuntur animalia »)31.

Il faut un esprit rompu aux controverses théologiques comme Wolfgang Franz pour pouvoir affirmer péremptoirement en 1612 que ces canards d’Écosse naissent ex coïtu comme tous les autres oiseaux, ainsi qu’il est conforme (« magis conveniunt ») aux Saintes Écritures32. Cet argument ne saurait impressionner l’alchimiste Libavius qui déploie, à peine deux ans auparavant, toutes les ressources de la science hébraïque, grecque et arabe pour attester la merveille. Selon lui, les bernaches s’apparentent aux cailles et à la manne offertes aux Hébreux dans le désert. Les oiseaux aquatiques (cygnes, canards, oies) sont des animaux de feu qui compensent leur chaleur naturelle en vivant dans l’eau ; leurs excréments étant eux-mêmes caloriques et secs, les poissons et tous les autres êtres maritimes (animaux ou végétaux) s’en nourrissent et peuvent ainsi muter, sous certaines conditions, en oiseaux… Le propos est fort obscur mais l’on comprend que l’existence des bernaches, qui « naissent de coquillages ou de vers » (« ex conchis et vermibus nascuntur »), en est la preuve la plus évidente33. Un autre alchimiste, qui fut aussi médecin personnel de Rodolphe II, Michael Maier, rédige en 1619 la première monographie sur le sujet. C’est un curieux traité mi-aristotélicien mi-apologétique : Maier prétend avoir examiné une centaine de coquilles et en tire la conclusion que le bois d’Écosse contient une substance grasse et résineuse (cause matérielle) qui sous la double influence des rayons solaires et de l’échauffement dû à la putréfaction (cause efficiente) engendre ces canards miraculeux pour le plus bel ornement du monde (cause finale)34. La messe est dite35. Ce même argument est repris dix-sept ans plus tard par Daniel Sennert qui se demande, en faux naïf, pourquoi, s’il a été facile au Créateur de faire des coquilles qui engendrent des coquilles, il lui serait impossible d’en créer qui engendrent des canards ! Sennert connaît pourtant parfaitement le témoignage des Hollandais qui ont vu les nids de ces oiseaux en Nouvelle-Zemble mais il pense qu’il n’est pas incompatible de les imaginer nés d’un bois écossais et possédant la faculté de couver36.

Les années 1650 voient la publication de plusieurs traités critiques à l’égard de la légende. William Harvey dans ses Exercitationes de generatione animalium (1651) s’en moque gentiment : s’il avait dû, dit-il, rapporter tout ce que l’on croit savoir au sujet de la multitude d’oiseaux des îles écossaises, il aurait craint de passer pour plus affabulateur que les vénérables auteurs qui ont discouru des bernaches. Au lieu de quoi il préfère parler de ce qu’il a vu (« quae ipsimet vidi »), à savoir les immenses colonies d’oiseaux de Bass Rock. Sanguerdius est nettement plus offensif dans ses Physicae exercitationes (1658) : si un jour un fœtus d’oiseau a réellement été vu dans une coquille, c’est que celle-ci l’aura gobé ou bien qu’un charlatan l’aura mis là (« industria et impostura humana »)37. Les canards ne sont pas des poires ou des pommes, à peine accepte-t-il que des coquillages puissent naître d’une algue ou du limon, mais il y a trop de différence entre les oiseaux (qui sont des animaux sanguins) et les poissons pour qu’ils puissent s’engendrer les uns les autres38. C’est ici le rappel d’une loi aristotélicienne parfois oubliée alors qu’elle était à l’origine même de la réflexion du philosophe sur les zoophytes : la Nature n’accomplit pas de saut. En outre, si le parfait peut engendrer l’imparfait, par dégradation, le processus inverse est impossible selon le Stagirite : les testacés naissent de la terre et de l’eau mais les oiseaux ne naissent pas dans les conques. Quant à Anton Deusing, s’il se contente de rassembler dans sa Dissertatio de mandragorae pomis (1659) tous les témoignages en défaveur du mythe des conches anatifères, ce simple florilège suffit à donner son sentiment et à fournir les sceptiques en arguments solides39.

En 1662, le P. Schott croit pouvoir donner un avis qu’il juge définitif. Son argumentation, en partie formelle, mérite notre attention. Schott estime que l’histoire est douteuse pour au moins quatre raisons : 1°) les auteurs qui mentionnent la merveille ne parviennent pas à se mettre d’accord pour savoir si les oiseaux nés ainsi sont des oies ou des canards ; 2°) ils affublent ces oiseaux de divers noms (bernaches, bernacles, brantas, clakis, rotgens, etc.) sans qu’on sache s’il s’agit ou non d’une même espèce ; 3°) la merveille est tantôt attestée en Écosse, tantôt en Irlande, tantôt aux Orcades et même le long de la Tamise ; 4°) pour les uns ces oiseaux pondent des œufs, pour d’autres ils apparaissent par génération spontanée soit d’un arbre, soit de bois pourri, soit de la mer, soit d’un coquillage, soit d’un lichen, soit d’une algue, soit du fruit ou de la feuille même de l’arbre. Cette incertitude factuelle est probablement le signe d’une forgerie : il est difficile de s’accorder quand on s’écarte de la vérité40. Schott affirme que ces oiseaux sont des oies plutôt que des canards, aux pattes noires et la tête semblable à celle d’un paon, qui se reproduisent par couvées dans le Grand Nord puis migrent vers les îles britanniques. Il se félicite enfin d’avoir pu contribuer à éclaircir ce point et d’en avoir aussitôt informé la République des Lettres, ainsi qu’il devrait être fait pour chacune des relations exotiques (« similium exoticarum narrationum ») qui passionnent les curieux, et de citer les exemples du phénix, du pélican, de la licorne, de la pierre bézoard, du béhémoth, du basilic et du dragon41.

La tradition iconographique

On ne peut comprendre une telle assurance, alors même qu’aucune doctrine biologique n’est fermement établie, si l’on n’étudie pas en parallèle ce qui se passe du côté des images produites dans les traités. Le rôle de l’iconographie dans le débat se révèle en effet déterminant. Les illustrations médiévales représentent la merveille sous la forme d’un arbre ou d’un buisson littoral aux branches duquel des oiseaux pendent par le bec42. La première image imprimée, celle qui figure dans l’Ortus sanitatis (1491), est plus sobre : on y voit quelques oisillons posés sur un arbuste dépourvu de fruits et de feuilles, sans que l’on puisse dire avec certitude s’ils y ont trouvé naissance. Le texte associé est celui d’Albert le Grand qui, comme on l’a dit, est plutôt sceptique sur la légende43. La véritable tradition iconographique moderne débute en 1550 dans la Cosmographia universalis de Sebastian Münster : sa gravure (fig. 1) représente un bel arbre au bord de l’eau d’où pendent des sortes de fruits ronds fendus en deux dont certains, les plus ouverts, laissent entrevoir la tête d’un canard. D’autres volatiles nagent auprès de l’arbre. Le texte, bref, est conforme à l’image et s’appuie sur le témoignage des « veteres cosmographi »44.

Figure 1
Figure 1

Münster (1550, p. 49) – coll. privée

Citation: Revue de Synthèse 143, 1-2 (2022) ; 10.1163/19552343-14234016

On peut considérer la gravure de Lobel et Pena (1571) comme une variante de celle de Münster sauf qu’il ne s’agit plus véritablement d’un arbre mais d’une sorte de rameau dont il est difficile de déterminer la taille et au bout duquel se trouvent non plus des fruits mais des coquilles d’où sortent des plumes. Contrairement à nombre de récits antérieurs, Lobel et Pena n’affirment pas avoir vu ces « arbres » ni mêmes les oiseaux qu’ils sont censés avoir engendrés mais ils décrivent avec beaucoup de minutie les coquilles qu’ils ont trouvées à Londres accrochées à la carène d’une vieille barque. Ce chapitre clôt l’Adversaria nova, comme pour signifier que leur science (ou la Nature) atteint là ses limites. Dans l’édition révisée de 1576, une phrase ajoutée précise qu’une branche portant des coquilles a été offerte à Lobel par un jeune marchand lillois45. C’est peut-être ce même rameau (fig. 2) que l’on retrouve dessiné, en compagnie d’une concrétion de bernacles et de l’image de l’Adversaria nova, dans les Icones (1581) de Lobel46. Peu à peu, l’attention se déplace de l’arbre nordique et des oiseaux écossais vers les conches.

Figure 2
Figure 2

Lobel (1581, II, p. 259) – coll. privée

Citation: Revue de Synthèse 143, 1-2 (2022) ; 10.1163/19552343-14234016

Comme Lobel et Pena, John Gerard choisit de conclure son The Herball (Londres, 1597) par l’histoire des conches anatifères en tant que merveille locale mais qui mérite d’être dite mondiale47. Sa gravure est presque semblable à celle de ses devanciers, à ceci près que le rameau est si grand et noueux qu’il paraît à nouveau un arbre et que, de l’une des cinq coquilles, sort non plus simplement des plumes mais la petite tête d’une oie bernache, comme sur la gravure de Münster. Lui aussi assure tenir ses informations de la tradition ainsi que de sa propre observation : avec l’aide de femmes de pécheurs, Gerard a écumé les bords de la Tamise et fini par trouver des rameaux de coquillages sur de vieilles planches pourries. Il ajoute qu’il a ramené l’un de ces rameaux chez lui et a ouvert les coquilles dans lesquelles il a découvert des « living things », pour les unes « without forme or shape », pour d’autres « in shape like a birde », dans d’autres encore « the birde readie to fall out ». Voici donc la légende confirmée par une observation directe. Qui plus est, le lien entre les rameaux de coquilles et la naissance merveilleuse des oies, seulement implicite chez Lobel et Pena, est ici clairement établi par une sorte d’étude embryologique. Il est d’autant plus intéressant de comparer ce texte à celui du lyncéen Fabio Colonna, paru cinq ans auparavant, que par un examen similaire, ce dernier aboutit aux conclusions exactement inverses48. Inspiré par les travaux d’Aristote et par ceux du naturaliste Rondelet, Colonna dissèque un coquillage napolitain (Lepas anatifera L.) en tout point semblable à ceux que l’on trouve en Grande-Bretagne : certes, de tels coquillages adhèrent aux coques des navires, mais si on les détache, ils se mettent à nager, et si les petits cils (ou cirres) qui sortent de la coquille ressemblent à des plumes, ils n’en sont pas pour autant ! Colonna refuse absolument que ces coquilles puissent être les « fruits » tombés d’un arbre et il s’abrite derrière l’autorité d’Aristote pour nier que la génération spontanée soit possible dans ce cas : des animaux imparfaits peuvent naître de la boue, des animaux marins inférieurs de limons, mais pas des coquillages de végétaux terrestres et encore moins des animaux supérieurs de coquillages marins ou lacustres. À l’appui de son propos, Colonna fait imprimer une gravure sur cuivre originale qui montre les coquilles dont il a fait l’anatomie, avec un détail assez précis des cirres ou fausses plumes.

Une étape importante dans l’évolution de l’iconographie est franchie avec la publication de l’Ornithologia d’Aldrovandi. Dans le troisième tome, paru en 1603, le naturaliste bolonais décrit longuement l’oie bernache et recopie scrupuleusement tous les témoignages, donnant toutes les bonnes raisons de croire ou de ne pas croire à leur génération prodigieuse. Pour finir, Aldrovandi se montre prudent et déclare préférer errer avec la multitude que d’aller contre l’avis de si nombreux auteurs qui en attestent (« malim tamen cum pluribus errare, quam tot scriptoribus clarissimis oblatrare »). Néanmoins, c’est par son illustration qu’Aldrovandi se montre novateur : il produit d’abord une image mixte où le bel arbre de Münster se trouve affublé des conches à plumes de Lobel et Pena mais surtout, en annexe, une série de sept petites images des conches et de l’oie49. Ces dessins (fig. 3), tout aussi inédits que ceux de Lobel ou Colonna, sont reproduits en 1606 dans son volume consacré aux animaux non sanguins : la figure 1 représente une conche composée de trois parties, la figure 2 une conche composée de cinq parties, la figure 3 une conche ouverte avec son pédoncule rentré, la figure 4 une conche reliée à un branchage par son pédoncule et d’où sortent de petites plumes, la figure 5 une conche ouverte présentant un « fœtus », la figure 6 le même « fœtus » sorti de sa coquille et la figure 7 une oie bernache adulte50. Nous trouvons ici comme une mise en image de l’autopsie des coquillages opérée par Gerard, sauf que le dessin d’Aldrovandi des « fœtus » est réaliste et ne ressemble en rien à un petit oiseau.

Figure 3
Figure 3

Aldrovandi (1603, p. 548) – coll. privée

Citation: Revue de Synthèse 143, 1-2 (2022) ; 10.1163/19552343-14234016

Entre temps, en 1605, Claude Duret fait paraître son Histoire admirable51. Ne sachant choisir entre les différentes thèses et traditions, et sans doute pour ne pas priver son lecteur d’un récit croustillant, Duret multiplie les images. Ce sont des xylographies assez grossières qui n’offrent pas la qualité de détails que l’on trouve chez Lobel, Colonna ou Aldrovandi. Une première gravure montre du bois qui « estant pourry, produit des vers puis des canards vivans et volans ». Une deuxième montre les « conches qui produisent des oyseaux », à savoir peu ou prou l’illustration de Gerard. Une troisième, variante de la précédente, montre un arbre qui produit « les fruits-canards » qui, une fois tombés à l’eau, se transforment en oiseaux. Une quatrième ajoute une autre version à la légende écossaise : celle d’un arbre décrit par Scaliger qui porte des « feuilles lesquelles tombées sur terre se tournent en oiseaux volants et celles qui tombent dans les eaux se muent en poissons ». Ainsi, Duret, faisant retour à l’arbre anatifère, ignore complètement l’iconographie des conches, mais il est à peu près le dernier52.

La micro-histoire des merveilles ou la connaissance par fragments

Les discussions se poursuivent dans la première moitié du XVIIe siècle et conduisent à la production de nouvelles images. En 1622, Andrea Chiocco offre aux lecteurs de son catalogue de la collection Calzolari le dessin d’un rameau chargé de conches qu’il tient pour être conservé dans un cabinet pisan53. Entre avril et mai 1630, le juriste Hugo Grotius et le philologue Claude Saumaise échangent quelques lettres au sujet des conches anatifères54. Dans la première, Saumaise déclare avoir rencontré dans un récent livre de plantes un « dessin de zoophyte » en tous points semblable à celui que Grotius lui a montré l’année précédente. Saumaise fait le lien avec le chapitre de l’Adversaria nova de Lobel et Pena et évoque la légende des oies bernaches. Grotius lui répond que des voyageurs hollandais (Barents et ses compagnons) ont affirmé que ces oies naissaient d’œufs et non d’arbres ou de coquilles, mais il ajoute foi à la génération spontanée des conches à partir de bois pourri qui contient encore quelque « esprit vital » (« nescio quis spiritus ») du moment qu’on lui laisse « assez de temps pour agir » (« ubi putredo vias aperuit et agendi spatium dedit »). Saumaise renchérit en se demandant pourquoi seul le bois écossais ou irlandais aurait cette propriété, mais pour les bernaches il remarque que les oiseaux et les coquillages n’ont rien de commun, contrairement à d’autres phénomènes de transformation comme celle du papillon né de la chenille qui conserve sa « forme » et la nuance de ses couleurs. Grotius conclut que toute l’histoire est « cousue de fil blanc » (« assutum ex fabula »). Dans une lettre datée d’avril 1628, Peiresc, peut-être l’auteur du dessin mentionné par Saumaise, confie aux Dupuy qu’il a remis la main sur une « pièce » de son cabinet de curiosités « quasi de mesme que ce qu’aulcuns ont appellé des conques anatifères »55. Il promet de la faire « portraire » et d’envoyer le dessin au juriste hollandais. Ce même Peiresc a, dans ses dossiers manuscrits, recopié intégralement le chapitre de Lobel et Pena, y compris la gravure, à laquelle il a ajouté deux dessins à la plume (fig. 4) : l’un des conches qui se trouvent dans le cabinet du médecin montpelliérain Laurent Joubert, l’autre de celles qu’il possède et qui proviennent de la collection de l’érudit italien Vincenzo Pinelli56. Aucun de ses dessins ne présente les cirres qui font penser à des plumes ; en revanche, sa lettre de 1628 précise bien que les pédoncules auxquels sont liés les coquillages « ne partent pas d’un seul tronc », bien qu’ils soient regroupés à leur base.

Figure 4
Figure 4

Peiresc (Bibl. Inguimbertine, Ms 1869, fol. 123v) – © Bibl. Inguimbertine (Carpentras)

Citation: Revue de Synthèse 143, 1-2 (2022) ; 10.1163/19552343-14234016

On voit que l’attention se concentre désormais sur les coquillages, en tant qu’objets réels (que l’on peut, par exemple, exposer dans un cabinet de curiosités) ou bien à partir de leur représentation isolée de tout rivage écossais et même des oies bernaches. Ainsi, après ceux de Lobel et Colonna mais avant ceux d’Aldrovandi, on trouve chez un autre italien, Ferrante Imperato, possesseur d’un célèbre cabinet, un dessin précis (fig. 5) des conches avec leurs cirres57. Les bernacles figurent encore en bonne place dans le « Museo cartaceo » de Cassiano dal Pozzo d’après un dessin réalisé par les lyncéens et transmis par le prince Cesi58. En 1655, le Danois Ole Worm offre aux yeux des lecteurs de son catalogue une gravure inédite des coquillages seuls, comme chez Colonna, Imperato ou Peiresc. Le texte ne tranche pas entre les partisans de la naissance par copulation ou par génération spontanée à partir de bois pourri, de fruits ou de conches tombés d’un arbre59. Seule l’image est nouvelle et ne se contente plus de mettre en scène une légende préécrite comme chez Münster, Gerard ou Duret. Il ne s’agit pas d’illustrer un propos mais de fournir une information sur l’apparence de ces coquillages que l’on prétend anatifères. Ici, l’image savante acquiert définitivement son autonomie : elle est à présent liée à un objet plus qu’à des mots et c’est cet objet qui est bel et bien au cœur des discussions.

Figure 5
Figure 5

Imperato (1599, p. 778) – coll. privée

Citation: Revue de Synthèse 143, 1-2 (2022) ; 10.1163/19552343-14234016

Lorsque l’anatomiste danois Thomas Bartholin rédige en 1661 sa notice sur la merveille, il est en mesure de rassembler tout cet héritage verbal et iconographique60. Il mentionne Lobel et Pena, Liceti61, Maier, Sennert, Worm, Clusius et Harvey et assure avoir reçu du botaniste Otto Sperling une grappe de conches anatifères qu’il a conservées dans son cabinet puis soigneusement examinées en s’aidant d’un microscope. Il observe ainsi que les cirres paraissent occuper tout l’intérieur de la coquille, ce qui laisse « peu de place » pour le reste du corps d’un quelconque animal (« ut pro capite reliquoque corpore parum supersit »), sans compter que les plumes chez les oiseaux se développent plutôt en dernier et une fois l’animal sorti de l’œuf. Il compare ces cirres à des pattes de bernard-l’hermite ou d’araignées et pense que s’il sort quelque chose de ces coquillages, ce sera « des vermisseaux ou des insectes ». Enfin, il est le témoin d’une gestation au cours de laquelle l’une des conches « enceinte » éjecte une de ses semblables comme pour lui donner naissance (« una concha praegnans aliam ex se profert et valvis apertis excludit »)62. Ces observations inédites permettent de produire une image originale, assez proche des dessins de Peiresc et de Worm, avec le détail d’un des cirres tel qu’il a été vu sous la lentille du microscope.

Ainsi passe peu à peu le merveilleux géographique qui fait rêver de terres lointaines au profit d’un merveilleux par fragment ou par relique : c’est le rôle médiateur que jouent les objets exposés dans les cabinets de curiosités63. Il faut dire que l’arbre qui, dit-on, pond des canards, reste insaisissable… Nombreux sont les auteurs qui, dès le Moyen Âge, soulignent que la merveille s’enfuit toujours un peu plus loin. Fabio Colonna, comme jadis Frédéric II, le note avec ironie : ceux qui ont prétendu que ces oies s’engendraient de coquillages seulement en Écosse et autres lieux éloignés ont sans doute cru que la fable serait ainsi plus facile à avaler (« fabulas nobis obtrudere facile credendas »)64. Encore mystérieuse au début de la période, la Nature septentrionale est de mieux en mieux connue au cours de la Renaissance. Le spécialiste en exotisme qu’est Clusius ne s’y laisse pas tromper et considère comme décisive l’observation des nids de l’oie bernache faite par des Hollandais aux alentours du Spitzberg65.

Par ailleurs, alors que la doctrine biologique est encore incapable de décider si des coquillages peuvent produire des canards – les adversaires comme les partisans de cette thèse s’appuyant sur Aristote pour en discuter – un savoir inédit s’élabore autour des conches elles-mêmes qui se manifeste par la production de nouvelles images qui ne sont plus de simples illustrations de textes préexistants. Subrepticement, le coquillage et ses cirres remplacent l’arbre écossais ou le rameau d’où pendent des canards. La merveille devient un problème d’embryologie qui doit être tranché par un examen précis de ces crustacés et de leur mode de reproduction. Ainsi faut-il comprendre la tardive et maladroite tentative de Sir Robert Moray pour soutenir, encore en 1661, la légende devant la Royal Society, société dont il avait été l’un des membres fondateurs. Moray témoigne avoir ramassé lui-même des coquilles sur un bois flottant (« a cut of a large firr-tree ») près du rivage de sa patrie écossaise et avoir trouvé à l’intérieur des embryons ayant l’apparence des oies bernaches (« supposed to be barnacles »). Son autopsie est un décalque parfait de celle de Gerard mais il précise que la vingtaine de coquillages qu’il a examinés étaient tous « morts et secs » (« dead and dry ») et confesse n’avoir vu aucun animal vivant en sortir ni personne qui l’aurait vu, bien que quelques personnes dignes de foi (« some credible persons ») le lui aient assuré. Moray tente ici de convaincre à travers une démonstration par les faits et avance ses propos avec prudence, comme pour satisfaire à l’habitus de la nouvelle compagnie ; mais, ce faisant, il concentre son discours sur les coquillages, comme font la plupart de ceux qui vont être amenés à douter de l’existence des conches anatifères66.

Certes, il ne s’agit pas ici d’affirmer que la connaissance par fragments qui apparaît dans les traités naturalistes au tournant des XVIe et XVIIe siècles conduit inéluctablement à la réfutation de la légende. Plusieurs auteurs, dont Liceti ou Borel67, prennent précisément appui sur la présence de ces drôles d’objets dans les cabinets de curiosités pour affirmer que l’histoire est crédible. Mais il faut mesurer le changement de regard qui est ainsi induit : l’attention se porte désormais non plus sur un mythique sapin nordique que personne n’a jamais vu mais sur des coquillages (Lepas anatifera L.) que l’on trouve presque partout, des rives de la Tamise à la baie de Naples. Certains peuvent donc continuer à y apercevoir les embryons de palmipèdes écossais, il n’en demeure pas moins qu’il n’est plus question dans les traités que de la micro-histoire de ces coquilles. Il est évident par ailleurs que les controverses contemporaines entre ovistes et animalculistes ou les travaux des physiologistes comme Malpighi qui révèlent la structure commune entre les animaux et les végétaux ont également été profitables au débat sur les conches anatifères68. Ainsi, on ne sera pas étonné d’apprendre que Francesco Redi, l’homme des premières expérimentations sur la génération spontanée, a dit son mot sur la légende dans une lettre (non datée) adressée au P. Kircher et publiée en 1712 dans ses Œuvres complètes, lettre dans laquelle il accuse le jésuite d’avoir cédé à la fascination pour l’exotisme alors même que « nell’interno del vostro cuore non lo crediate »69.

Conclusion

D’une certaine façon, l’intérêt des Modernes pour les histoires fabuleuses, et singulièrement celle des zoophytes, est un avatar du destin chahuté de la pensée aristotélicienne à la Renaissance. D’une part, comme l’a montré jadis Charles B. Schmitt, il n’y a pas un Aristote mais des Aristote70 : pour un Colonna qui emboîte le pas à l’Aristote rationnel et classificateur, il y a mille Scaliger ou Cardan qui font une lecture du Philosophe plus perméable (notamment aux idées platonisantes ou au goût pour les mirabilia cultivé par Pline). D’autre part, les érudits préférant questionner le comment que le pourquoi, aucune information ne mérite plus le rejet a priori. La montagne de nouveautés qui arrivent alors par bateaux entiers des colonies est en mesure de dissuader les sceptiques les plus téméraires. Néanmoins, si la connaissance to oti a un coût, celui pour nos auteurs de se montrer bien plus crédules que leurs devanciers, elle induit également une mutation heuristique dont les antiquaires ont été les pionniers71. L’objet, particulièrement celui que l’on met en scène dans les cabinets, acquiert une valeur épistémique autonome et inédite ; son avatar iconographique également.

Quant aux zoophytes comme les conches anatifères, dont l’incertitude ontologique se double d’une incertitude onomastique, ils apparaissent non seulement comme la limite des possibilités offertes à la Nature – et c’est en cela qu’ils sont paradigmatiques de cette limite – mais aussi comme la limite du pensable, tant ils conduisent à s’interroger sur la réalité des phénomènes les plus rares. Ils représentent alors pour les savants du temps ce que l’« exceptionnel normal » est aux historiens pratiquant aujourd’hui la microstoria : une situation si exceptionnelle qu’elle permet de définir par contraste ce qui est banal, manifestant jusqu’où les règles peuvent être perverties et ce qu’elles sont quand elle ne le sont pas72. Les zoophytes, comme dans une démonstration par l’absurde, en poussant les érudits-enquêteurs jusque dans leurs retranchements, ont pour ainsi dire contribué à faire émerger un nouveau type de rationalité et d’empirisme naturaliste au mitan du XVIIe siècle.

Liste des références

Ouvrages

  • Aldrovandi (Ulysse), 1603, Ornithologiae, hoc est de Avibus historiae Libri XII, Bologne, apud N. Tebaldinum.

  • Aldrovandi (U.), 1606, De reliquis animalibus exanguibus libri quatuor, Bologne, apud J. B. Bellagambam.

  • [Barents], 2000, Prisonniers des glaces. Les expéditions de Willem Barentsz (1594-1597). Les relations de Gerrit de Veer, éd. Xavier de Castro, Paris, Chandeigne.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Bartholin (Thomas), 1661, Historiarum anatomicarum & medicarum rariorum Centuria V & VI, Copenhague, typis Henrici Gödiani.

  • Bauhin (Gaspard), 1623, ΠΙΝΑΞ Theatri Botanici, Bâle, typis Ludovici Regi.

  • Belon du Mans (Pierre), 1555, L’histoire de la nature des oyseaux, Paris, chez Guillaume Cavellat.

  • Bodin (Jean), 1597, Le Théâtre de la nature universelle, Lyon, J. Pillehoste.

  • Boèce (Hector), 1527, Scotorum historiae, Paris, J. Bade.

  • Borel (Pierre), 1656, Historiarium et observationum medico-physicarum Centuriae IV, Paris, apud J. Billaine et Vve M. Dupuis.

  • Cardan (Jérôme), 1557, De rerum varietate Libri XVII, Bâle, per H. Petri.

  • Catelan (Laurent), 1638, Rare et curieux discours de la plante appellée mandragore, de ses especes, vertus et usage, Paris, aux despens de l’autheur.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • [Cesi], 2015, Flora: Federico Cesi’s Botanical Manuscripts, éd. B. Elliott, L. Guerrini et D. Pegler, Turnhout, Brepols, (The Paper Museum of Cassiano dal Pozzo. Series B: Natural History, 7).

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Chiocco (Andrea), 1622, Musaeum Franc. Calceolari, Vérone, apud Angelum Tamum.

  • Colonna (Fabio), 1592, ΦΥΤΟΒΑΣΑΝΟΣ, sive Plantarum aliquot historia, ex officina Horatii Salviani.

  • Daléchamps (Jacques), 1586, Historiae generalis plantarum, pars altera, Lyon, apud G. Rouillium.

  • Della Porta (Giambattista), 1588, Magiae naturalis Libri XX, Naples, apud H. Salvianum.

  • Delrio (Martin), 1599, Disquisitionum magicarum Libri sex, Louvain, ex officina Gerardi Rivii.

  • Deusing (Anton), 1660, Fasciculus dissertationum selectarum, Groningue, typis Joh. Colleni.

  • Duret (Claude), 1605, Histoire admirable des plantes et herbes esmerveillables et miraculeuses en nature, Paris, chez Nicolas Buon.

  • Gerard (John), 1597, The Herball, or Generall Historie of Plants, Londres, John Norton.

  • Gervais de Tilbury, 1992, Le livre des merveilles, trad. Annie Duchesne, Paris, Les Belles Lettres.

  • Gesner (Conrad), 1555, Historiae animalium Liber III qui est de Avium natura, Zürich, apud Ch. Froschoverum.

  • Graindorge (André), 1680, Traité de l’origine des macreuses, Caen, chez J. Poisson.

  • [Grotius], 1964, Briefwisseling van Hugo Grotius. 4, 1629-1630-1631, éd. Bernardus L. Meulenbroek, ’s-Gravenhague, M. Nijhoff.

  • Imperato (Ferrante), 1599, Dell’Historia naturale, Naples, per C. Vitale.

  • Jonston (Jan), 1662, Dendrographias, sive historiae naturalis de arboribus et fructicibus, Francfort-sur-le-Main, typis H. Polichii.

  • Kircher (Athanase), 1664, Mundi subterranei Tomus IIus in V. libros digestus, Amsterdam, apud J. Janssonium et E. Weyerstraten.

  • Kircher (A.), 1667, China monumentis, qua sacris qua profanis, Amsterdam, apud Jac. a Meurs.

  • l’Écluse (Charles de), 1605, Exoticorum libri decem, Anvers, ex officina plantiniana.

  • Libavius (Andreas), 1610, De universitate et originibus rerum conditarum Contemplatio singularis, Francfort-sur-le-Main, typis J. Savrii.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Liceti (Fortunio), 1618, De spontaneo viventium ortu, Vicence, ex typographia Dominici Amadei.

  • Lobel (Matthias de), 1576, Plantarum seu stirpium historia, Anvers, ex officina Ch. Plantini.

  • Lobel (M. de), 1581, Plantarum seu stirpium icones, Anvers, ex officina Ch. Plantini.

  • Maier (Michael), 1619, De volucri arborea, Francfort, typis N. Hoffmanni.

  • Martini (Martino), 1655, Novus atlas sinensis, Amsterdam, Joh. Blaeu.

  • Moray (Robert), 1677, « A Relation concerning Barnacles », Philosophical Transactions, n° 12, pp. 925-927.

  • Münster (Sebastian), 1550, Cosmographiae universalis Lib. VI, Bâle, apud Henrichum Petri.

  • [Peiresc], 1888, Lettres de Peiresc aux frères Dupuy, publiées par Ph. Tamizey de Larroque, Paris, Imprimerie nationale, t. 1.

  • Ortus sanitatis, 1491, Mayence, Jacob Meydenbach.

  • Pena (Pierre) et Lobel (Matthias de), 1571, Stirpium adversaria nova, Londres, excudebat prelum T. Pursoetii.

  • Redi (Francesco), 1712, Opere, Venise, per G. G. Ertz.

  • [Renaudot] 1639, Troisième Centurie des questions traitées aux Conférences du Bureau d’Adresse, à Paris, Au Bureau d’Adresse.

  • Scaliger (Jules-César), 1556, In libros duos qui inscribuntur De Plantis Aristotele autore Libri duo, Paris, ex officina Mich. Vascosani.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Scaliger (J.-C.), 1557, Exotericarum exercitationum Liber XV De subtilitate ad Hieronymum Cardanum, Paris, apud F. Morellum.

  • Schott (Gaspard), 1662, Physica curiosa, Wurtzbourg, Job. Hertz.

  • Senguerdius (Arnold), 1658, Physicae Exercitationes, Amsterdam, sumpt. J. Raveisteinii.

  • Sennert (Daniel), 1636, Hypomnemata Physica, Francfort, typis Caspari Rotelii.

  • Taurellus (Nicolas), 1604, De rerum aeternitate, Wurtzbourg, typis Pauli Egenolphi.

  • Worm (Ole), 1655, Museum Wormianum seu Historia rerum rariorum, Leyde, apud Joh. Elsevirium.

Contributions et articles

  • Brancher (Dominique), 2015, Quand l’esprit vient aux plantes. Botanique sensible et subversion libertine (XVIe-XVIIe siècles), Genève, Droz.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Daston (Lorraine) et Park (Katharine), 1998, Wonders and the Order of Nature, New York, Zone Books.

  • Grendi (Edoardo), 1994, « Ripensare la microstoria ? », Quaderni Storici, vol. 29, n° 86 (2), pp. 530-549 (trad. fr. « Repenser la micro-histoire ? » dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, 1996, pp. 549-575).

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Guillo (Dominique), 2009, Ni Dieu ni Darwin. Les Français et la théorie de l’évolution, Paris, Ellipses.

  • Heron-Allen (Edward), 1928, Barnacles in Nature and in Myth, Londres, Oxford University Press.

  • Louis (Pierre), 1970, « La génération spontanée chez Aristote », dans Actes du XIIe Congrès International d’Histoire des Sciences (Paris, 1968), Paris, A. Blanchard, t. IA, pp. 291-305.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Marrache-Gouraud (Myriam), 2015, « Merveilles de nature et contrefaçons dans les cabinets de curiosités », dans Pascale Mounier et Colette Nativel (dir.), Copier et contrefaire à la Renaissance. Faux et usage de faux, Paris, H. Champion, pp. 155-170.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Mazauric (Simone), 1997, Savoirs et Philosophie à Paris dans la première moitié du XVIIe siècle. Les Conférences du Bureau d’Adresse de Théophraste Renaudot, Paris, Publications de la Sorbonne.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Mazauric (S.), 1999, « Les zoophytes et la question de la végétalité aux débuts de l’âge moderne », dans Jean-Pierre Cléro et Alain Niderst (dir.), Le Végétal, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, pp. 7-30.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Ogilvie (Brian W.), 2006, The Science of Describing. Natural History in Renaissance Europe, Chicago, The University of Chicago Press.

  • Schmitt (Charles B.), 1992, Aristote et la Renaissance, Paris, PUF.

  • Siraisi (Nancy G.), 2005, « Historiae, Natural History, Roman Antiquity, and Some Roman Physicians », dans Gianna Pomata et Nancy G. Siraisi (dir.), Historia. Empirism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge (Mass.), The MIT Press, pp. 325-354.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Van der Lugt (Maaike), 2000, « Animal légendaire et discours savant médiéval. La barnacle dans tous ses états », Micrologus. Natura, scienze et società medievali, t. VIII, n° 2, pp. 351-393.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Van der Lugt (M.), 2004, Le Ver, le Démon et la Vierge. Les théories médiévales de la génération extraordinaire, Paris, Les Belles Lettres.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • Vignaud (Laurent-Henri), 2015, « Un héritage bien encombrant : la relecture des livres de merveilles par les savants de la Renaissance », dans Dominique Boutet et Joëlle Ducos (dir.), Savoirs et fiction au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, PUPS, pp. 73-95.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
1

Cet article est le résultat d’une réflexion collective menée avec Dominique Brancher et Myriam Marrache-Gouraud à l’occasion d’une table ronde consacrée aux zoophytes qui a eu lieu au cours du 62e congrès annuel de la Renaissance Society of America réuni à Boston en avril 2016.

2

Gervais de Tilbury, 1992, chap. 123, p. 141 : « Dans l’archevêché de Canterbury, dans le comté de Kent, sur les confins du territoire de l’abbaye de Faveresham, de petits arbres de la taille des saules poussent au bord de la mer. Sur ces arbres croissent des nodosités, comme les prémices d’une germination à venir ; quand elles ont grossi le temps nécessaire, elles prennent la forme de petits oiseaux qui, au bout d’un temps donné, pendent par le bec tout vifs ; secouant légèrement les ailes, comme si leur mise au monde était achevée, ils tombent dans la mer : ou bien ils sont attrapés par les indigènes, ou bien, s’abandonnant au flot marin, ils échappent à la main de l’homme. Ces oiseaux deviennent gros comme de petites oies, avec un plumage varié, aux couleurs mêlées ; on les mange rôtis en carême, car l’on considère plutôt leur manière de naître que leur goût de viande. On appelle communément cet oiseau la bernecte. »

3

Pour l’historique complet, voir Heron-Allen, 1928, et Van der Lugt, 2000.

4

Van der Lugt, 2000, p. 355. Des remarques additionnelles sur les théories médiévales de la génération spontanée associées à l’exemple des bernacles se trouvent dans Van der Lugt, 2004, pp. 131-181.

5

Sur les Conférences de Renaudot, voir Mazauric, 1997, et pour le texte : [Renaudot], 1639, 64e centurie du lundi 8 mars 1638, pp. 429-432.

6

Voir Mazauric, 1999.

7

À titre d’exemple, un traité de l’apothicaire Laurent Catelan, datant de la même année 1638, témoigne de l’inquiétude suscitée par la mandragore capable, dit-on, de tuer par son cri, ce qui conduit le savant montpelliérain à verser cette sinistre merveille dans l’escarcelle de la démonologie (Catelan, 1638). Sur ce même thème, voir Brancher, 2015, pp. 74-100.

8

Sur l’importance de cette antienne, y compris dans l’imaginaire biologique contemporain, voir Guillo, 2009, pp. 48-51 et 79-100.

9

Voir Brancher, 2015, pp. 38-39 et 61-62.

10

J’ai montré ailleurs que le corpus aristotélicien faisait l’objet, en ce qui concerne son œuvre naturaliste, d’une relecture « plinienne » à la Renaissance, notamment par la promotion et le commentaire du pseudo-Aristote Péri thaumaziôn akoumastôn.

11

Bien plus tard, au moment de l’ultime controverse sur la génération spontanée, Félix Pouchet, principal adversaire de Pasteur dans ce débat, utilise encore l’argument d’une vis plastica à l’œuvre dans la Nature pour expliquer le passage de la matière inanimée à la vie.

12

Belon du Mans, 1555, p. 158 : « Il est ja venu une commune nouvelle de certains oyseaux nommez Cravants, que le vulgaire estime estre néz de pourriture des mas des navires. Mais ayant veu les oyseaux Cravants pondre et faire des œufs, et esclore leurs petits : par celle manière avons pensé dire librement nostre avis que c’est abus de croire. »

13

Le récit de ce voyage effectué au milieu des années 1590 est d’abord paru en néerlandais à Amsterdam en 1598, rapidement traduit en latin, italien, français, allemand et anglais. Voir l’édition moderne et son appareil critique : [Barents], 2000, p. 78.

14

Daléchamps, 1586, livre XII, chap. 38, pp. 1397-1398. Je cite d’après la traduction de Des Moulins (Jean), De l’histoire générale des plantes, Lyon, chez les héritiers G. Rouille, 1615, t. 2, livre XII, chap. 41, p. 285.

15

Voir Ogilvie, 2006, pp. 231-243.

16

Martini, 1655, p. 33 (poisson ailé), 67 et 163 (oiseau né d’une fleur).

17

Kircher, 1667, IVe partie, chap. 9, pp. 199-201.

18

Kircher, 1664, livre VIII, sect. IV, chap. 2, p. 97.

19

Voir Louis, 1970.

20

Bauhin, 1623, pp. 513-514.

21

Boèce, 1527, livre XVIII, fol. 14v.

22

Duret, 1605, pp. 310-316. En réalité, Duret emprunte lui-même cette thèse à Scaliger, voir infra.

23

Gesner, 1555, pp. 107-109.

24

Cardan, 1557, livre XVII, chap. 36, pp. 208-210.

25

Scaliger, 1557, Exercit. 59, sect. 2, p. 89v.

26

Scaliger, 1556, pp. 124v-125r.

27

Pena et Lobel, 1571, dernier chapitre.

28

Della Porta, 1588, pp. 25-26.

29

Je cite d’après la traduction française : Bodin, 1597, pp. 423-426. Le procédé ici décrit par Bodin fait penser à une forme de gestation pour autrui dont il ne décrit pas, cependant, le processus.

30

Delrio, 1599, pp. 174-175. La remarque posant la distinction entre la génération sexuée (y compris avec des démons) et celle accomplie par la putréfaction apparaît dans les versions ultérieures du texte.

31

Taurellus, 1604, p. 557.

32

Franz, 1613, pp. 399-400 et 509-510.

33

Libavius, 1610, pp. 533-536.

34

Maier, 1619, chap. 4 et 5. L’ouvrage se poursuit par l’examen d’autres fameux hybrides comme le borametz, le dragonnier, les loups-garous, etc.

35

Les bernaches ont un statut théologique particulier car leur nature de zoophytes les rend consommables les jours maigres : voir Van der Lugt, 2000, pp. 375-393.

36

Sennert, 1636, pp. 495-507.

37

Sur le thème des faux objets merveilleux fabriqués pour tromper les curieux, voir Marrache-Gouraud, 2015, pp. 155-170.

38

Senguerdius, 1658, pp. 174-182.

39

Je cite d’après la réédition de la Dissertatio in : Deusing, 1660, pp. 602-616.

40

J’emprunte cette formule à Graindorge, 1680, p. 19. Elle rappelle celle que Bossuet emploie huit ans plus tard au sujet des « variations » du protestantisme.

41

Schott, 1662, t. 2, livre IX, chap. 22, pp. 1153-1158.

42

Voir Van der Lugt, 2000, fig. 1, 2 et 3 et Daston et Park, 1998, pp. 36-37.

43

Ortus sanitatis, 1491, livre « De avibus », chap. 20, fol. [306r].

44

Münster, 1550, p. 49.

45

Lobel, 1576, p. 655.

46

Lobel, 1581, t. 2, p. 259.

47

Gerard, 1597, pp. 1391-1392.

48

Colonna, 1592, pp. 14-19.

49

Aldrovandi, 1603, livre XIX, chap. 23, pp. 165-174 et annexe p. 548.

50

Aldrovandi, 1606, pp. 543-544.

51

Duret, 1604, pp. 229-231 et 287-316. L’essentiel des références modernes du siècle précédent y est mentionné et résumé : l’historien écossais Hector Boèce, les érudits Cardan et Scaliger, les cosmographes Münster, Thevet et Ortelius, le botaniste Dalechamps, etc.

52

L’ultime image de l’arbre légendaire figure dans les Dendrographias de Jonston, 1662, p. 471 et p. 134. On peut y voir une concession rendue obligatoire par le sujet même du livre.

53

Chiocco, 1622, pp. 24-29.

54

[Grotius], 1964, lettres n° 1493, 1495, 1499 et 1501, pp. 185-200.

55

[Peiresc], 1888, lettre du 7 avril 1628, pp. 584-585.

56

Bibliothèque Inguimbertine (Carpentras), Ms 1869, fol. 123r-123v.

57

Imperato, 1599, p. 778. Imperato trouve néanmoins l’histoire des « telline pedate madri de ucelletti » crédible dans la mesure où des insectes peuvent naître de la gale des végétaux. Malgré son grand réalisme, ce dessin est resté quasiment sans postérité jusqu’aux études savantes du XVIIIe siècle.

58

Voir [CESI], 2015, pp. 808-809.

59

Worm, 1655, pp. 256-257.

60

Bartholin, 1661, VIe Centurie, 46e histoire, pp. 271-275.

61

Liceti, 1618, pp. 235-238. Liceti, pour l’essentiel, se fie à l’avis de ses devanciers, dont Aristote, Cardan, Scaliger et Della Porta.

62

Lepas anatifera n’est pas un coquillage mais un crustacé, au même titre que les crabes ou les crevettes. Appartenant au groupe des cirripèdes, il est cependant immobile et hermaphrodite et produit une larve après éclosion des œufs dans la cavité palléale. Cette larve est ensuite éjectée et se mélange au plancton avant de s’accrocher à un support et de s’y développer.

63

Pour un processus de sélection à peu près similaire concernant les sept merveilles du Dauphiné, voir Vignaud, 2015.

64

Colonna, 1592, pp. 16-17. Voir encore le témoignage de l’humaniste Enea Silvio Piccolomini, le futur pape Pie II, cité par Van der Lugt, 2000, p. 373, note 1 : « De qua re cum audivimus investigaremus, didicimus miracula semper remotius fugere, famosamque arborem non in Scotia, sed apud Orcades insulas inveniri » (Historia de Europa, chap. 46). La tentative (assez désespérée) de Kircher pour ranimer la légende à partir des récits chinois relève sans doute de la même logique du toujours plus loin.

65

L’ÉCluse, 1605, p. 368.

66

Moray, 1677. La relation publiée en 1677 figure à l’année 1661, soit la première de la toute jeune académie.

67

Borel, 1656, p. 351.

68

Une semblable et contemporaine reconsidération du mythe du « mimosa pudique » s’est opérée à partir du paradigme mécaniste : voir Brancher, 2015, pp. 66-74.

69

Redi, 1712, t. 2, pp. 107-110.

70

Schmitt, 1992.

71

Siraisi, 2005.

72

Grendi, 1994.

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 350 73 0
Full Text Views 243 142 43
PDF Views & Downloads 202 147 7