Save

Presentation of the Patterson Prize / Présentation du prix Patterson

In: Simone de Beauvoir Studies
Authors:
Jennifer McWeeny Worcester Polytechnic Institute Worcester, MA USA

Search for other papers by Jennifer McWeeny in
Current site
Google Scholar
PubMed
Close
and
Claudia Bouliane Université d’Ottawa Ottawa, ON Canada

Search for other papers by Claudia Bouliane in
Current site
Google Scholar
PubMed
Close
Free access

We have the distinctive pleasure to announce that Esther Demoulin’s incisive and innovative article “ ‘Qui gagne perd’ : Simone de Beauvoir et le couple littéraire” (“ ‘The Winner Loses’: Simone de Beauvoir and the Literary Couple”) is the recipient of the second annual Patterson Prize / prix Patterson competition. This award was established by the International Simone de Beauvoir Society in 2020 to recognize outstanding work in Beauvoir studies that extends Simone de Beauvoir’s legacy both by making an original contribution to the field and enacting modes of thinking and expression characteristic of Beauvoir’s oeuvre.

The Patterson Prize / prix Patterson is named in honor of Yolanda Astarita Patterson, founder and first president of the International Simone de Beauvoir Society, author of numerous publications that opened the field of Beauvoir studies in the 1990s and 2000s, and editor in chief of Simone de Beauvoir Studies for thirty years.1 With the publication of each Patterson Prize / prix Patterson article, we pay homage to Yolanda and her vision of building a robust international community of researchers, teachers, and activists who are inspired, challenged, and brought together by Simone de Beauvoir’s writings.

Demoulin’s article stands out because it not only offers fresh ways to think about the significance of Beauvoir’s relationship with Jean-Paul Sartre but also attends to Beauvoir’s evolving sense of her own relationship to the literary canons and trends of the twentieth century. “ ‘Qui gagne perd’ : Simone de Beauvoir et le couple littéraire” considers what it means to be a woman writer across historical shifts in the purpose, audience, and practice of literature, as well as the practical strategies that Beauvoir used to navigate these changes.

Demoulin understands the idea of the “literary couple” as a relationship between two writers who share lived experiences, a library, a place in the public eye, and a mode of reading each other’s writing that is woven into everyday life. In Beauvoir and Sartre’s case, their relationship has also involved “[les] transfert[s] du droit de réponse” (transfers of the right to respond) to criticisms from one author to the other. Paradoxically, being part of a literary couple can both augment one’s status as a writer through the mythification of the couple and diminish this status through the loss of one’s individuality.

Demoulin’s astute readings of Beauvoir’s and Sartre’s interviews and correspondence shows how the roles that the two writers played in their literary couple changed from the 1940s and 1950s to the 1960s and 1970s, as women’s relationships to literature changed—as did the gender and genre of the novel, which became more masculine as it became more legitimate. Whereas Beauvoir emphasized her proximity to Sartre in public forums and Sartre was more likely to defend Beauvoir privately during the earlier period, these positions reversed in the 1970s when Beauvoir’s later writings are shaped by memoir, old age, and a recognition of differences between the lived experiences of women and men, and Sartre had much to gain through a symbolic alliance with feminism. Demoulin’s analysis of the differential social and historical positions of gendered individuals and couples will likely motivate similar investigations in regard to the rising popularity of genres of “life-writing,” including memoir, diary, the autobiographical novel, and autofiction.

“ ‘Qui gagne perd’ : Simone de Beauvoir et le couple littéraire” is expertly researched, extending prior work by Éliane Lecarme-Tabone, Catherine Poisson, and Delphine Naudier, while also engaging relevant Anglophone sources and demonstrating a seasoned command of both Beauvoir’s and Sartre’s writings and interviews.2 More important, Demoulin’s article makes an original contribution to Beauvoir studies and Sartre studies by redirecting these fields from the material/historical question of “influence” to the anthropological/sociological question of “impact.”3 When the literary couple is “heterosexual,” in the sense of consisting of a man and a woman, the differential impacts of the pairing through time trace not only the personal trajectories of two writers but the changing social meanings of “woman.” As Demoulin explains:

Le couple littéraire, hétérosexué en tout cas, est le lieu d’une tension qu’il convient d’interroger en tant que telle, tension entre les impératifs institutionnels et personnels d’entraide et de transformation réciproque du couple, et les luttes de concurrence internes au champ littéraire et au couple hétérosexué. (The heterosexual literary couple is the site of a tension that should be questioned as such. This is a tension between, on the one hand, institutional and personal imperatives that motivate the reciprocity of the members of the couple, and, on the other, concurrent struggles internal to the literary field and the heterosexual couple that individuate its members).

Beauvoir’s maneuvers inside and outside the literary couple suggest her resistance to the sexist arrangement that she describes in the introduction to The Second Sex, where man represents both the positive and neutral embodiment of “the writer” and a woman writer must therefore be a deviation from that norm.4 Perhaps ironically, Beauvoir’s participation in the literary couple allows her to break free from this structure at times, winning by losing her singularity and losing literary legitimacy the more she wins visibility as a woman writer.

The editors of Simone de Beauvoir Studies offer our heartfelt congratulations to Esther Demoulin for her outstanding article as we await the many conversations and future research that it will undoubtedly inspire. We also invite readers to submit their original work for future cycles of the Patterson Prize / prix Patterson competition, an annual event that takes the pulse of our field and showcases its strength and vibrancy with inspiring writing such as “ ‘Qui gagne perd’ : Simone de Beauvoir et le couple littéraire.”

Nous avons le grand plaisir d’annoncer que l’article « “Qui gagne perd” : Simone de Beauvoir et le couple littéraire » d’Esther Demoulin a remporté le deuxième concours annuel du prix Patterson / Patterson Prize. Ce prix a été créé en 2020 par l’International Simone de Beauvoir Society pour récompenser des études exceptionnelles qui contribuent à pérenniser l’héritage intellectuel de Simone de Beauvoir en étendant le champ des études beauvoiriennes grâce à un travail où l’on discerne les modes de pensée et d’expression caractéristiques de son œuvre.

Le prix Patterson / Patterson Prize a été nommé en l’honneur de Yolanda Astarita Patterson, fondatrice et première présidente de l’International Simone de Beauvoir Society, autrice de nombreuses publications qui ont contribué à ouvrir le champ des études beauvoiriennes dans les années 1990 et 2000 et rédactrice en chef des Simone de Beauvoir Studies pendant trente ans5. Avec la publication de chaque article lauréat du prix Patterson / Patterson Prize, nous rendons hommage à Yolanda et à son projet de former une communauté internationale de chercheur.se.s, professeur.e.s et activistes inspiré.e.s, mis.es au défi et réuni.e.s par les écrits de Simone de Beauvoir.

Non seulement l’article de Demoulin se démarque parce qu’il offre une réflexion inédite sur l’importance de la relation de Beauvoir avec Jean-Paul Sartre, mais il se penche aussi sur le rapport toujours en évolution de Beauvoir au canon littéraire et aux grandes tendances du xxe siècle. « “Qui gagne perd” : Simone de Beauvoir et le couple littéraire » examine la situation de l’autrice au travers de multiples changements historiques qui ont eu une incidence sur les visées, les auditoires et les pratiques de la littérature, en plus de mettre au jour les stratégies qu’a empruntées Beauvoir pour gérer ces transitions.

Demoulin définit le concept du « couple littéraire » comme une relation entre deux écrivain.e.s qui partagent une expérience vécue, une notoriété, une bibliothèque et une lecture des travaux de l’autre imbriquée dans le quotidien. Dans le cas de Beauvoir et Sartre, leur relation a également impliqué « [les] transfert[s] du droit de réponse » aux critiques émises envers l’un.e ou l’autre des membres du couple. Paradoxalement, faire partie d’un couple littéraire peut valoriser le statut de l’auteur.rice grâce à la mythification du couple, tout comme cela peut le dévaloriser en raison de la perte de la singularité des individus qui le forment.

La lecture perspicace que fait Demoulin des entretiens et de la correspondance de Beauvoir et de Sartre montre comment les rôles que jouaient les deux écrivain.e.s au sein de leur couple littéraire se sont transformés des années 1940 et 1950 aux années 1960 et 1970, alors qu’évoluaient les rapports des femmes à la littérature, particulièrement au genre romanesque, lequel était considéré comme plus masculin à mesure qu’il devenait plus légitime dans le champ littéraire. Tandis que Beauvoir soulignait publiquement sa proximité avec Sartre et que ce dernier la défendait en privé au cours de la première période, ces positions se sont inversées dans les années 1970, où les écrits tardifs de Beauvoir trouvant leur matière dans la mémoire, la vieillesse et la reconnaissance des différences genrées dans l’expérience vécue remportaient l’adhésion, et où Sartre avait beaucoup à gagner d’une alliance symbolique avec le féminisme. Cette analyse des positionnements différentiels sur le plan sociohistorique comme en regard de l’incarnation genrée dans un couple littéraire pourrait donner le branle à une série de travaux qui reproduiraient cette investigation en s’appuyant sur des écrits de soi du xxie siècle, comme des Mémoires, des journaux intimes, des romans autobiographiques ou des autofictions.

« “Qui gagne perd” : Simone de Beauvoir et le couple littéraire » résulte d’une recherche de fond incluant les travaux d’Éliane Lecarme-Tabone, de Catherine Poisson et de Delphine Naudier, mais aussi des sources pertinentes anglophones, en plus de faire montre d’une connaissance étendue des écrits et prises de parole de Beauvoir et de Sartre6. Surtout, l’article de Demoulin apporte une contribution originale aux études beauvoiriennes comme aux études sartriennes en faisant la transition de la question historique de l’« influence » à celle, anthropologique et sociologique, de l’« impact7 ». Lorsque le couple littéraire est « hétérosexuel », dans le sens où il comprend un homme et une femme, la réunion des deux individus au travers du temps fait non seulement dévier la trajectoire personnelle de l’un.e et l’autre écrivain.e, mais tend en outre à redéfinir la notion sociale de « femme ». Comme l’explique Demoulin,

[l]e couple littéraire, hétérosexué en tout cas, est le lieu d’une tension qu’il convient d’interroger en tant que telle, tension entre les impératifs institutionnels et personnels d’entraide et de transformation réciproque du couple, et les luttes de concurrence internes au champ littéraire et au couple hétérosexué.

Les menées de Beauvoir à l’intérieur et à l’extérieur du couple littéraire laissent percevoir sa résistance aux dispositions sexistes qu’elle décrit dans l’introduction du Deuxième Sexe, où l’homme représente l’incarnation à la fois positive et neutre de « l’écrivain », l’écrivaine étant alors appréhendée comme une déviation de cette norme8. L’intégration de Beauvoir à un couple littéraire lui a peut-être ironiquement permis de s’affranchir par moment de cette structure, gagnant en liberté d’action ce qu’elle perdait en singularité et perdant de la légitimité à mesure qu’elle gagnait en visibilité à titre d’écrivaine au sein du couple littéraire qu’elle formait avec Sartre.

Le comité de rédaction des Simone de Beauvoir Studies félicite chaleureusement Esther Demoulin pour son article remarquable, qui saura susciter des échanges féconds et inspirera des recherches fructueuses. Nous en profitons pour inviter nos lecteur.rice.s à soumettre leurs études inédites pour les prochaines éditions du concours annuel du prix Patterson / Patterson Prize, lequel a notamment pour mérite de rendre manifestes les progrès dans les études beauvoiriennes et d’en faire valoir le dynamisme avec des publications stimulantes comme « “Qui gagne perd” : Simone de Beauvoir et le couple littéraire ».

1

For a detailed discussion of Yolanda Astarita Patterson’s unparalleled contributions to Beauvoir studies and the history of the Patterson Prize / prix Patterson, see the editors’ introduction that accompanies the inaugural presentation of the award. Jennifer McWeeny and Claudia Bouliane, “Presentation of the Patterson Prize / Présentation du prix Patterson,” Simone de Beauvoir Studies, vol. 32, no. 2, 2021, pp. 287-301.

2

Éliane Lecarme-Tabone, “Le couple Beauvoir-Sartre devant la critique féministe,” Les Temps modernes, no. 619, 2002, pp. 19-42; Catherine Poisson, Sartre et Beauvoir: du je au nous, Amsterdam, Rodopi, 2002; Delphine Naudier, “Genre et activité littéraire: le double jeu de la nature,” in L’Œuvre du genre, ed. Mélody Jan-Ré, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 2019, pp. 53-78.

3

On the question of influence, see, for example, Kate Fullbrook and Edward Fullbrook, Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre: The Remaking of a Twentieth-Century Legend, New York, Basic Books, 1994 [1993]; and Christine Daigle and Jacob Golomb, eds., Beauvoir and Sartre: The Riddle of Influence, Bloomington, Indiana University Press, 2009.

4

Simone de Beauvoir, The Second Sex, trans. Constance Borde and Sheila Malovany-Chevallier, New York, Vintage Books, 2010 [1949], p. 5.

5

Pour un exposé détaillé des contributions sans précédent de Yolanda Astarita Patterson aux études beauvoiriennes et un retour sur l’histoire du prix Patterson / Patterson Prize, voir l’introduction des rédactrices qui accompagne la remise inaugurale du prix. Jennifer McWeeny et Claudia Bouliane, « Presentation of the Patterson Prize / Présentation du prix Patterson », Simone de Beauvoir Studies, vol. 32, nº 2, 2021, p. 287-301.

6

Éliane Lecarme-Tabone, « Le couple Beauvoir-Sartre devant la critique féministe », Les Temps modernes, nº 619, juin-juillet 2002, p. 19-42 ; Catherine Poisson, Sartre et Beauvoir : du « je » au « nous », Amsterdam, Rodopi, coll. « Faux titre », 2002 ; Delphine Naudier, « Genre et activité littéraire : le double jeu de la nature », dans Mélody Jan-Ré (dir.), L’Œuvre du genre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2019, p. 53-78.

7

Sur la question de l’influence, voir notamment Kate Fullbrook et Edward Fullbrook, Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre: The Remaking of a Twentieth Century Legend, New York, Basic Books, 1994 ; Christine Daigle et Jacob Golomb (dir.), Beauvoir and Sartre: The Riddle of Influence, Bloomington, Indiana University Press, 2009.

8

Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, vol. 1, Les Faits et les mythes, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976 [1949], p. 14-15.

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 0 0 0
Full Text Views 27 27 3
PDF Views & Downloads 49 49 9