Save

Une interprétation politique de la représentation pontificale en Syrie et au Liban

Frediano Giannini et les Églises orientales face au mandat français (1918-1936)

In: Social Sciences and Missions
Author:
Édouard Coquet Centre d’ histoire du 19e siècle, Sorbonne Université

Search for other papers by Édouard Coquet in
Current site
Google Scholar
PubMed
Close
Download Citation Get Permissions

Access options

Get access to the full article by using one of the access options below.

Institutional Login

Log in with Open Athens, Shibboleth, or your institutional credentials

Login via Institution

Purchase

Buy instant access (PDF download and unlimited online access):

$34.95

Résumé

Au début du mandat français en Syrie et au Liban, le Saint-Siège renouvelle ses objectifs et ses moyens d’ action dans la région. Nous avons étudié ce mouvement à travers les lettres adressées à Rome par Mgr Frediano Giannini, vicaire apostolique d’ Alep et délégué apostolique en Syrie de 1905 à 1936. Les rapports de Giannini constituent un bon exemple de la manière dont les missionnaires participent à la production de connaissances sur les communautés chrétiennes orientales. En rendant compte des épreuves et des migrations qui leur sont imposées, Giannini participe au développement d’ une nouvelle perception de ces communautés, vues comme des minorités persécutées. Giannini sollicite les autorités françaises pour défendre les intérêts des chrétiens (à la fois les catholiques et les orthodoxes). Sa position est ambiguë : alors qu’ il exprime sa nostalgie au sujet du fonctionnement traditionnel du protectorat français, Giannini s’ implique lui-même dans le domaine politique et prend en charge une partie de l’ ancien rôle des Français. Cette ambivalence révèle l’ émergence d’ une nouvelle politique pontificale, fondée sur un double mouvement d’ autonomisation et de centralisation.

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 397 79 5
Full Text Views 28 16 1
PDF Views & Downloads 20 3 0