L’écriture: lien de mère à fille chez Jeanne Hyvrard, Chantal Chawaf, et Annie Ernaux

Series:

Le but de ce livre est d’examiner les œuvres de trois auteures contemporaines dont le lien à la mère est à l’origine de leur désir d’écrire. Jeanne Hyvrard, professeur d’économie politique, se place sur un plan socio-économique mais le rapport pénible avec sa mère se manifeste dans son texte autobiographique La jeune morte en robe de dentelle. Par contre dans ses autres ouvrages, le terme “mère” prend une ampleur plus métaphorique et philosophique et Hyvrard développe ce qu’elle appelle une pensée-corps. Chantal Chawaf, née d’une mère agonisante, tente de se rattacher à elle en luttant pour la préservation du féminin. Elle crée une langue poétique et sensorielle où les sonorités et les métaphores tentent d’évoquer les perceptions ressenties par l’enfant dans l’intra-utérin. Annie Ernaux, de souche prolétaire mais professeur de Lettres et dont la mère est la femme qui a le plus compté pour elle, avoue avoir écrit pour lui plaire. Elle utilise une langue hybride qui mêle l’oral à l’écrit et relie son expérience personnelle à celle de toute une classe sociale. Hyvrard, Chawaf et Ernaux développent à travers leurs ouvrages une identité et une écriture qui mettent en relief l’importance de la mère. Elle est non seulement source de vie mais ce qui en elles les pousse à vouloir contribuer à la formation d’un monde meilleur.

Paperback : List price

EUR €37.00USD $47.00
Table of contents
I. Introduction. II. Chapitre 1. Jeanne Hyvrard. III. Chapitre 2. Chantal Chawaf. IV. Chapitre 3. Annie Ernaux. V. Conclusion. Bibliographie. Table des matières.
Index Card