Paroles de salauds

Max Aue et cie

Series:

Editor: Luc Rasson
La publication des Bienveillantes de Jonathan Littell (2006) a projeté sur l’avant-plan la figure inquiétante du « salaud » (ou du « monstre », ou du « bourreau ») prenant la parole. Cette figure n’est pas inédite. Au début des années cinquante, Robert Merle avait déjà octroyé le monopole narratif au monstre par excellence que fut Rudolf Höss, le commandant d’Auschwitz. Même un Jean-Paul Sartre, dans une nouvelle célèbre parue en 1939, avait fait parler l’infâme. D’autres écrivains, à diverses époques et issus d’aires linguistiques différentes, n’ont pas hésité à mettre en place des dispositifs énonciatifs comparables, tels Jorge-Luis Borges, Alberto Moravia, Edgar Hilsenrath, Harry Mulisch ou Roberto Bolaño, parmi d’autres. Le présent volume s’interroge sur les stratégies d’interprétation que le lecteur peut mettre en œuvre face à ces prises de paroles dérangeantes. Qu’est-ce que l’abjection et comment lutter contre elle?

Paperback : List price

EUR €45.00USD $58.00
Biographical Note
Luc Rasson est professeur de littérature française à l’Université d’Anvers. Il s’intéresse aux rapports entre littérature et politique au 20ème siècle. Il est l’auteur, entre autres, de Ecrire contre la guerre: littérature et pacifismes (1997) et de L’écrivain et le dictateur (2008).
Table of contents
Sommaire
Luc Rasson: Lire contre
Du narrateur non-fiable
Karen Haddad: Ethique et unreliable narrator
Frank Wagner: De la friture sur la ligne
Franc Schuerewegen: Brèves remarques sur le droit à l’indifférence
Max Aue et cie
Aurélie Barjonet: Lire avec et contre les salauds nazis
Luc Rasson: Quand le nazi parle contre lui-même
Albert Mingelgrün: Lire l’innommable nazi
Luc Rasson: Le narrateur SS a-t-il lu Sade?
Liran Razinsky: Bourreau et victime
Du côté de l’auteur
Etienne Barilier: Quand l’assassin, c’est l’écrivain
Jean Kaempfer: Amor auctoris
Résumés
Index Card
Collection Information